Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique MESSAGE DE VŒUX CODICORD - COMITE D’ACTIONS (CARDDL) AU PEUPLE CONGOLAIS

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

MESSAGE DE VŒUX CODICORD - COMITE D’ACTIONS (CARDDL) AU PEUPLE CONGOLAIS

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Peuple Congolais,  L’année 2015 qui s’achève aura été, pour la population congolaise, une année de  drames et des supplices les plus attristants

Le Congo notre pays vit des moments les plus sombres de son histoire, car les dirigeants politiques qui se trouvent  à la tête de notre pays sont des hommes sans foi, ni loi. Le Congo est frappé par une pauvreté endémique sans précédent. Tous les observateurs étrangers s’accordent à dire que si on n’y prend garde, ce pays court vers une hécatombe. Le chef de l’État actuel et son gouvernement peinent à conduire le pays vers une destinée meilleure qui ferait  la fierté  de tout le peuple congolais et du  peuple africain.

 

Chers compatriotes,

Si on s’en tient à faire le bilan de cette année  dans des domaines les plus essentiels et nécessaires de la vie d’un peuple (les fondamentaux), l’année 2015 est caractérisée, de manière générale, par une régression dans le domaine de l’éducation, de la santé, de l’alimentation et de l’énergie, malgré un budget excédentaire depuis 2009.  Aujourd’hui avec la baisse du prix de baril de pétrole, la situation est on ne peut plus alarmante. Des salaires des fonctionnaires tombent à compte goûte, certaines administrations sont à leur 4 ème mois de retard de salaire ! Comment peut-on en pareille circonstance accorder du crédit à un pouvoir qui affame son peuple ? Comment le peuple congolais a pu supporter un tel monsieur inique qui l’a endeuillé et l’affame ?

Les autorités politiques congolaises sont irresponsables avec un égoïsme inhumain couronné d’un esprit belliqueux en utilisant les moyens militaires pour qu’aucune voix ne puisse s’élever pour dénoncer tous les méfaits de leur gouvernance chaotique.  Malgré leur incapacité notoire à gérer le pays de façon équitable, ce monsieur d’une sauvagerie extrême, d’une animalerie sans nom,  n’hésite pas à user de tous les moyens y compris les forces armées et la police qui tuent les paisibles populations à balle réelle à travers tout le pays, intimidant de ce fait le peuple  en vue de se maintenir au pouvoir, freinant ainsi l’élan démocratique initié depuis la CNS en 1991.

Chers compatriotes,

Ce Monsieur que d’aucun appelle « Vieux Ebola, baloba ayoka té, vieux goudron… » refuse de donner aux Congolais la chance à la bonne gouvernance, à l’alternance politique, à la liberté  et au développement économique.

A l’heure où nous mettons ce message sur presse, le Congo notre pays est dans un imbroglio constitutionnel sans précédent. Le pays est régi par deux constitutions. La première celle du 20 janvier 2002 sur laquelle l’actuel monsieur au pouvoir a eu à prêter serment pour deux mandats consécutifs ; et la deuxième, c’est celle du 25 octobre 2015, qui a été promulguée et pour laquelle le référendum n’a connu qu’une participation de 5% des votants. Avec cette nouvelle constitution,  ce monsieur a levé les verrous qui l’empêchaient de briguer un énième mandat pour demeurer au pouvoir à vie.

C’est un homme habitué aux coups de force, aux passages en force. Dans ce désordre politique, la République du Congo occupe sous sassou, le premier rang des pires dictatures au monde ; cette cacophonie n’honore ni les responsables, ni les victimes de ce désordre. Le référendum était pour dire oui ou non mais ce monsieur a brulé les étapes et n’ a pas soumis au référendum le contenu de sa constitution qu’il a promulgué sans que le peuple n’ait voté contrairement à celle de mars 1992 que le peuple avait réellement  voté. Nous avons à faire à un démon déguisé en humain.

Cependant, aucune situation n’étant irréversible, il subsiste un espoir que les Congolais ont encore l’opportunité d’éviter le chaos total.

C’est dans cette perspective que le COMITE  D’ACTIONS et le CODICORD exigent sans conditions, la démission de ce malfrat et  de toutes les autres  institutions issues de la Constitution du 20 janvier 2002 pour faire place à un début de dialogue citoyen de toutes les forces vives de la nation afin de restaurer les valeurs  démocratiques  issues de la CNS de 1991 sous la supervision de la Vraie Communauté Internationale.

Que ce monsieur  arrête son projet malicieux d’avancer sans vergogne la date de l’élection présidentielle qu’il vient  d’annoncer  lors de son dernier message devant le parlement pour le premier trimestre de l’année 2016. Ce projet est le sien, mais pas le nôtre. Il s’agit pour les autorités actuelles d’être politiquement honnêtes et crédibles. Le Congo n’a pas besoin des hommes et des femmes qui n’ont aucun respect de l’ordre constitutionnel et qui usent des manœuvres dilatoires comme moyen pour s’éterniser au pouvoir indéfiniment.

Loin d’être dupe, le peuple congolais qui n’est plus manipulable, et qui ne se positionne plus en simple spectateur, a le regard bien vif et observe avec intelligence toutes les actions visant à nous conduire vers une monarchisation du pays.

Le COMITE D’ACTIONS et le CODICORD espèrent que les autorités politiques actuelles sauront prendre toute la mesure pour épargner les affres de faim de soif, de douleurs  et de la guerre à ce peuple qui ne cherche qu’à vivre en paix, en liberté et dans l’unité de la nation. Cessez d’être égoïste pour notre postérité. Cela ne vous valorise pas, la jeunesse est là pour vous déguerpir au moment opportun. Ce n’est pas une menace, mais une promesse.

Le COMITE D’ACTION et le CODICORD souhaitent à toutes et à tous une excellente année  2016.

 

Fait à Paris, le 24/12/2015

Pour le Comité d’Actions

Gertrude Bienvenue M.K.

 

 

 

 

 

Pour le CODICORD

Raphaël  GOMA

 

 

 

 

 


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir