23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Vous avez dit “Journée des droits des femmes”? Mais où sont les femmes congolaises?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Vous avez dit “Journée des droits des femmes”? Mais où sont les femmes congolaises?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Femme du Monde, Femme d’Afrique, Femme congolaise celle qui souffre plus de l’injustice des systèmes politiques et socio-économiques, je tiens à vous exprimer tous mes respects et vous souhaite une bonne fête des femmes !! Nous sommes plus nombreuses que les hommes, nous sommes engagées dans l’éducation de nos enfants, dans nos foyers pour nos maris, dans des activités diverses pour faire vivre l’économie du monde, l’économie du Congo Brazzaville.

Nous sous-estimons notre rôle, notre force. Nous devrons faire des efforts pour dépasser nos peurs, nos craintes car notre engagement dans la vie de tous les jours est un acte de courage plus fort qu’un engagement en politique pour le bien du pays. Sachons que donner la vie, éduquer les enfants, les nourrir, les aider à grandir, c’est un grand engagement qui demande beaucoup d’efforts et de volonté, de patience plus que s’engager dans la gestion de la cité. Plus nombreux nous serons à nous impliquer dans la gestion de la cité plus le pays se développera. Vous avez remarqué ces dernières années à quel point les grandes démocraties mettent l’accent sur l’implication des femmes en politique en incitant à la parité, à l’égalité des salaires entre hommes et femmes pour le même travail et les mêmes compétences, à la lutte contre la violence faite aux femmes etc.

Nous avons le pouvoir et la capacité de murmurer aux oreilles de ces hommes qui nous gouvernent, profitons de ça, profitons de cet avantage pour faire changer le Congo Brazzaville. Pourquoi dit-on « derrière un Homme puissant il y a une femme forte et puissante » ?

Je me rappelle de cette phrase de Michelle OBAMA quand son mari Barack et elle ont rencontré son ex-fiancé qui a ouvert un restaurant, Barack a dit à Michèle que si tu l’avais épousé, tu serais aujourd’hui la femme d’un propriétaire de restaurant. Et Michèle qui lui répond : non si j’étais sa femme il serait devenu président des Etats Unis ». Occupons notre place dans cette lutte de libération du Peuple congolais, pour montrer à ces hommes que nous sommes capables de faire comme eux, et même de faire largement mieux qu’eux.

Nous sommes les mères, les épouses, les sœurs, les filles de tous ces hommes et nous avons en nous cette patience, cette abnégation et cette persévérance qui nous caractérisent nous les femmes et que les hommes n'ont toujours pas. C'est pourquoi d'ailleurs un adage dit : "Éduquer une fille ou une femme c'est éduquer toute une nation". Tout comme « ce que femme veut Dieu le veut. »

Alors qu’attendons-nous pour faire changer ces hommes.

En avant Femme du Monde, en avant Femme Africaine, en avant Femme congolaise !

Vive la révolution féminine !

Par :  Alphonsine Mikouiza.

 

 



 

 

 

Commentaires  

 
0 #2 Wetter-Foto.de 27-08-2016 07:38
J'ai étudié cet article et je voudrais en savoir plus
à ce sujet. Eventuellement vous pourriez publier de nouveaux articles dans le
même genre
Citer
 
 
0 #1 Wetter-Foto.de 27-08-2016 07:37
J'ai étudié cet article et je voudrais en savoir plus
à ce sujet. Eventuellement vous pourriez publier de nouveaux articles dans le
même genre
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir