Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Avis aux opposants, l’ultime solution ou la mort politique…!

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Avis aux opposants, l’ultime solution ou la mort politique…!

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En dépit des pressions et  des appels de la communauté internationale à l’organisation d’une présidentielle crédible, transparente et libre, le président sortant Denis Sassou-Nguesso s’illustre dans la provocation et continue de narguer tout le monde. La preuve, sa déclaration de l’emporter dès le premier tour dans un derby aussi serré. Les forces vives, les étudiants et les opposants doivent prendre la mesure de la situation qui se dessine et se donner les moyens d’agir au plus vite, au risque  de voir tout espoir  compromis.

 

Un coup d’état est certes illégal, mais dans la situation  du Congo-Brazzaville, il pourrait  tout à fait être légitime. Ce d’autant  qu’il n’y aura pas d’élection présidentielle crédible, mais juste un simulacre  qui consacrera  Sassou dans ses visées. Nous devons savoir que dans le clan au pouvoir, on s’est fait la religion que le match est déjà joué, et le score (plus de 60%) connu.

Sassou a délibérément choisi d’humilier ses opposants  et la communauté internationale.  Tout dans l’organisation de la présidentielle  du 20 mars 2016 au Congo- Brazzaville renvoi  à un  système électoral sous contrôle. Au service d’un seul homme.  En plus d’avoir fait main basse sur la commission électorale, laquelle a un vice président qui bât campagne sans gêne pour le candidat de la majorité, le régime  utilise la terreur pour pousser les opposants à bout.

On s’est longtemps pris André Okombi Salissa pour l’homme providentiel, mais Sassou a fini par le  pousser dans ses retranchements. Aujourd’hui, le député de Lekana bât campagne sans ses hommes de confiance, qui sont pour la plupart toujours détenus dans les services de la police politique de «  Staline Sassou-Nguesso ». Pendant ce temps, le tyran lui-même a mobilisé  tout un arsenal militaire lourd, comme si le pays était en guerre.

Même lorsque l’on croit se rattraper avec le général Jean Marie Michel Mokoko, qui suscite tous les espoirs, on n’est pas non plus serein. Dès lors, le 20 mars 2016, avec un candidat qui se dit déjà vainqueur au premier tour, on va juste achever le tableau, parce qu’il a dévoilé son intention de se déclarer vainqueur, même s’il perd.

De ce qui précède, si les opposants n’optent pas pour l’ultime solution, ils auront  réussi l’exploit de leur propre mort politique. C’est probablement et forcément la raison pour, il faut vite agir et sauver le Congo du pire qui se profile à l’horizon. Les patriotes, les indignés et les étudiants ne doivent pas se laisser induire en erreur et assister impassible à la mort annoncée d’un avenir meilleur.

Il n’y a pas meilleur action que la désobéissance civile à tous les niveaux. Il y aura toute la légitimité à l’option que les leaders de l’opposition, les forces vives et tous ceux qui aiment le Congo auront choisie.  Tous ceux qui ont accueilli avec ferveur l’arrivée du général Mokoko ne s’expliquent  pas que l’IDC-FROCAD et tous les autres  qui doivent sauver la République n’agissent pas.

Nous ne devons pas perdre de vue que Sassou ne veut pas prendra le risque de s’affronter au second tour avec  une opposition unie. Il pourrait finir au gnouf. Tous ceux que le régime tyrannique de Mpila désespère ont aujourd’hui à portée de main, la légitimité tant recherchée pour sauver le pays. A défaut de passer à l’action,  on aura commis une monstrueuse erreur stratégique. Que l’on regrettera  à jamais. L’union européenne a eu l’intelligence de dire qu’elle n’enverra pas d’observateurs. C’est le signal, bon sang !  Nous devons savoir que si le général De Gaulle n’avait pas monté la résistance, les alliés ne se seraient jamais mobilisés. L’évidence, c’est que les partenaires du Congo ne lèveront le petit doigt que le  si peuple congolais lui-même s’engage pour réclamer son pouvoir.

Michèle Sylvère Délévoye


Commentaires  

 
0 #3 isidore aya 10-03-2016 14:01
Enjeux des sociétés nouvelles: comment garantir l'état de droit dans les institutions et la civilisation? http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/03/enjeux-des-societes-nouvelles-comment-garantir-l-etat-de-droit-dans-les-institutions-et-la-civilisation.html
Citer
 
 
0 #2 isidore aya 09-03-2016 22:11
Si j'étais candidat aux Présidentielles : voici le vrai projet de société pour le Congo https://www.youtube.com/watch?v=R_j_44-wh7Y
Citer
 
 
-3 #1 Franck Elvis 08-03-2016 21:55
Vive le président Sassou NGUESSO, #VotezDSN2016 avec lui nous avons la PAIX, contrairement à MOKOKO et sa bande d'imposteur
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir