27/06/2017

Dernière mise à jour01:53:03 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique PRESIDENTIELLE CONGO-BRAZZAVILLE : Premières reculades du dictateur

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

PRESIDENTIELLE CONGO-BRAZZAVILLE : Premières reculades du dictateur

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La journée « Pays Mort » de mardi, 29 mars, a connu un franc succès. Il n'y a rien à dire d'autre. Avant de s'envoler pour Bangui où il va assister à l'investiture de Faustin Archange Touadera, le dictateur a pu constater que le Congo-Brazzaville est sous le contrôle de l'opposition.

Contrairement à ce qu'il avait fait annoncer, hier, il n'a pas osé couper, ce jour, le téléphone, internet et les sms, qui ont fonctionné normalement. Il voulait bien le faire, mais il en a été incapable. Il a reculé pour la première fois, préférant payer des Brazzavillois désoeuvrés afin qu'ils viennent assister à son meeting, non prévu, au Rond-Point de Moungali. C'était sa manière de casser le mot d'ordre de « Pays Mort ». Mais, il n'y a pas réussi.

La pression de l'opposition vient donc de payer, malgré les multiples arrestations de ses responsables. Coup d'essai, coup de maître. Un seul mot : Continuez !

On sent un homme à bout de souffle qui ne donne vraiment pas l'impression d'avoir gagné l'élection à 60,39%. Comme le chante la CENI de Bouka.

L'opposition a le vent en poupe. Si elle poursuit cette pression, le dictateur va avoir de sérieux ennuis du côté de ses amis entrepreneurs étrangers. Il voit déjà l'étau se resserrer contre lui.

Le succès d'aujourd'hui montre que l'Opération « Pays Mort », c'est appuyer là où ça fait mal : le portefeuille de ceux qui l'aident à perpétuer sa dictature.

Afrique Education


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir