Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : mascarade électorale sur fond de pétrole

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : mascarade électorale sur fond de pétrole

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le 20 mars Denis Sassou-Nguesso a été réélu dès le premier tour président de la République du Congo. Ce n’est pas une surprise. S’il avait modifié il y a six mois la Constitution pour pouvoir briguer un mandat supplémentaire, ce n’était pas pour perdre les élections ! Tout était donc prévu pour qu’il n’y ait même pas besoin d’un second tour.

Le jour de l’élection, les télécommunications ont été totalement coupées afin que les résultats relevés dans chaque bureau de vote par des opposants ne puissent pas être diffusés. Les forces de répression ont été déployées dans tout le pays et la circulation automobile interdite. Certains porte-parole d’autres candidats ont été arrêtés. Ces actes rappellent la répression qui avait eu lieu contre les opposants lors de la modification de la Constitution, en octobre 2015, lorsque plusieurs d’entre eux avaient été assassinés.

Cela fait 37 ans que Sassou-Nguesso règne sur l’ancienne colonie française du Congo-Brazzaville. À ce titre, il a été le protégé de Valéry Giscard d’Estaing, de François Mitterrand, de Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Mais surtout il fut l’ami de tous les présidents d’Elf-Aquitaine, puis de Total. Le Congo-Brazzaville dispute en effet au Gabon, autre pays sous la coupe des pétroliers français, le 4e rang pour la production pétrolière en Afrique subsaharienne. Total s’y taille la part du lion, assurant officiellement 60 % de la production. Les groupes américains et l’italien ENI se partagent les restes. Le partage des revenus du pétrole entre pays producteur et trusts pétroliers est un des plus favorables au monde pour les compagnies et, quant au pourcentage qui revient à l’État congolais, il passe directement dans les poches du clan Sassou-Nguesso et suffit à faire sa fortune. La population, elle, vit dans la misère.

Les Congolais ont payé cher ce pillage par les compagnies pétrolières. En août 1992, un nouveau président, Pascal Lissouba, avait été élu. Ce ne fut qu’un bref et sanglant intermède dans le règne de Sassou-Nguesso. Lissouba s’étant tourné vers une compagnie américaine, Sassou-Nguesso jeta ses milices, les Cobras, sur le pays. Il s’ensuivit une guerre civile entre Cobras et Ninjas, les milices de Lissouba, au cours de laquelle Brazzaville fut pillée et des centaines de réfugiés massacrés. Sassou-Nguesso sortit finalement vainqueur de cette guerre entre compagnies pétrolières menée avec le sang des Africains.

Le gouvernement français s’est certes inquiété des irrégularités du scrutin. Comme dans d’autres pays africains, il aurait préféré que le vieux potentat passe la main à un nouveau président, plus apte à assurer dans le calme la continuation du pillage. Le général Mokoko, cet ancien conseiller de Sassou-Nguesso qui n’a rompu avec lui qu’il y a six mois, à l’annonce de la modification de la Constitution, aurait parfaitement fait l’affaire, comme du reste la plupart des autres candidats. Mais puisque Sassou-Nguesso a choisi de s’accrocher, le gouvernement français saura faire avec, pour le plus grand bien de ses trusts pétroliers.

Daniel MESCLA

Source : Lutte Ouvrière.fr


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir