Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Interview du général Jean Marie Michel Mokoko: « Rien ne me fera reconnaître une élection que je conteste »

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Interview du général Jean Marie Michel Mokoko: « Rien ne me fera reconnaître une élection que je conteste »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Un mois après l’élection présidentielle au Congo, dont le président sortant Denis Sassou-Nguesso a été proclamé vainqueur, son principal opposant, le général Jean Marie Michel Mokoko est toujours privé de ses mouvements, encerclé par les forces de l’ordre, dans sa villa de Brazzaville.

Par téléphone, il a accordé une interview à Paris Match, indiquant que rien ne fera fléchir sa détermination et appelant à la fin des violences dans la région du Pool.

Un mois après l’élection présidentielle du 20 mars, vous êtes toujours reclus dans votre maison familiale. Quelle est votre situation?

Jean Marie Michel Mokoko. Ça dure depuis presque deux mois. Je suis encerclé par les agents cagoulés du pouvoir, seul avec mon aîné qui a la gentillesse de rester avec moi. Il y a un mois, j’ai fait sortir ma vieille mère afin qu’elle ne subisse pas ces événements. Je ne comprends pas pourquoi moi et un autre candidat à la présidentielle sommes en quelque sorte assigné à résidence surveillée, sans autre forme de procès. C’est très désagréable. Ces derniers jours, les choses se sont aggravées. Plus personne n’est autorisé à entrer ou sortir de chez moi. On m’empêche de m’approvisionner à l’extérieur pour aller chercher de la nourriture ou des médicaments à la pharmacie. Comme lors des sièges du Moyen-Age, on cherche à m’affamer. Ça n’a pas de sens. Et ce n’est pas ce genre de manœuvre qui va résoudre les problèmes de fond du Congo.

Certains affirment que vous pourriez prochainement reconnaître l’élection de Denis Sassou Nguesso?

Rien ne me fera reconnaître une élection que je conteste, pas même ce siège digne du moyen-âge, où on cherche à m’affamer. Je conteste les résultats de l’élection présidentielle car ils ne sont pas conformes à la réalité des urnes. Quand je me suis présenté comme candidat, j’ai insisté sur l’importance de la sincérité du scrutin. J’ai une certaine expérience en la matière, pour avoir organisé plusieurs élections, comme récemment en République centrafricaine. Je sais ce qu’est une commission électorale indépendante. Or, le scrutin n’a pas été sincère. C’est pour cela que je le conteste.

« Je n’ai pas appelé à la violence mais à la désobéissance civile »

Le régime assure que vous vouliez prendre le pouvoir par la force en faisant descendre la population dans la rue.

Ce sont des procès staliniens pour chercher à me discréditer. Je n’ai pas appelé à la violence mais à la désobéissance civile. Je n’ai pas demandé que les Congolais descendent dans la rue mais qu’ils observent une journée de ville morte en restant chez eux. C’est la manifestation la plus pacifique qui soit. Car je ne suis pas partisan de la violence. Le Congo a tellement souffert depuis son indépendance. On est toujours en train de panser les plaies des violences de 1997, notamment dans la région du Pool. Et voilà que de nouvelles exactions ont lieu. Je ne suis pas sur le terrain mais on me rapporte qu’il y a des bombardements des forces gouvernementales dans le Pool, avec des hélicoptères de combat. Il y des dégâts et certainement aussi des pertes humaines. Une chape de peur s’est abattue sur le Congo. Mais ce n’est pas parce qu’on contrôle l’armée et la police qu’on peut diriger sereinement un pays.

Quelle solution voyez-vous à cette crise?

Nous sommes dans une crise post-électorale. Elle ne peut se résoudre que par le dialogue. Il faut un dialogue qui nous amènerait à l’arrêt des violences dans le Pool et à trouver des solutions pour une gestion démocratique du pays. Les grandes instances comme l’Union Européenne, l’Organisation Internationale de la Francophonie ou l’ONU, devraient s’y intéresser. De part et d’autre, il faut dépasser les postures individuelles pour songer à l’intérêt de tous. De mon côté, je suis serein. Comme l’ont montré mes actions passées, j’ai toujours été opposé à la violence et je suis sûr qu’on peut construire l’avenir du Congo sans le recours aux armes.

Par François Labrouillère

Source Paris Match


 

Commentaires  

 
0 #2 le fils du pays 30-04-2016 08:59
TEXTE TAILLE

Le Doyen des présidents en exercice n'a pas porté de gants pour brocarder l'actuel homme fort du Congo. Selon Mugabe, Sassou NGUESSO, est le premier fossoyeur des ressources de son pays sous la houlette de la France : « Sassou NGUESSO est le premier complice de la France au Congo. Il a laissé les français piller le pétrole du pays. Total au Congo c'est la France, Orange c'est la France…tout au Congo appartient à la France, même les femmes. Il faut que cela s'arrête et vite. » Tout dernièrement la position très mitigée de François Hollande à propos du référendum que compte organiser Sassou Nguesso dans le but de modifier la constitution de son pays, a été largement critiquée.
Citer
 
 
0 #1 le fils du pays 30-04-2016 08:58
source:www.cameroonvoice.com
28/04/2016 02:46:05



Mugabe : Sassou NGUESSO est le premier complice de la France au Congo

Le Doyen des présidents en exercice n'a pas porté de gants pour brocarder l'actuel homme fort du Congo. Selon Mugabe, Sassou NGUESSO, est le premier fossoyeur des ressources de son pays sous la houlette de la France : « Sassou NGUESSO est le premier complice de la France au Congo. Il a laissé les français piller le pétrole du pays. Total au Congo c'est la France, Orange c'est la France…tout au Congo appartient à la France, même les femmes. Il faut que cela s'arrête et vite. » Tout dernièrement la position très mitigée de François Hollande à propos du référendum que compte organiser Sassou Nguesso dans le but de modifier la constitution de son pays, a été largement critiquée.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir