17/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Conférence de presse de l’IDC-FROCAD du 25 mai 2016

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Conférence de presse de l’IDC-FROCAD du 25 mai 2016

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Point de Presse de la nouvelle Majorité Républicaine ce jour 25/05/2016 au siège de la CADD du Président Andre Okombi Salissa, animé par le Professeur Charles Zacharie BOWAO, Guy Romain KIFOUISSA, Michel MAMPOUYA et Clément MIERASSA.

« Nous proclamons illégitime le pouvoir de Brazzaville. Le Congo Brazzaville a un Chef d’État de fait qui règne, mais n'est pas le Chef d’État démocratiquement élu. C'est donc un putschiste qui gouverne par les armes depuis le coup d’État du 25 octobre 2015, conforté aléatoirement par le hold-up du 20 mars 2016. C'est ce coup d’État là qui mérite un procès historique, après le procès démocratique qui a déjà condamné le putschiste en lui infligeant, avec des circonstances atténuantes, la sanction émérite d'ancien Chef d’État.

Une chose est sûre, ce procès historique aura bien lieu. Le peuple congolais dira son dernier mot.»


L'opposition exige la libération des détenus politiques

Les plateformes de l'opposition, le Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique - Initiative pour la démocratie au Congo (FROCAD-IDC), ont exigé mercredi la libération des détenus politiques.

Les plateformes FROCAD-IDC demandent la libération de ces détenus "sans autre forme de procès", a déclaré au cours d'une conférence de presse le coordonnateur du FROCAD-IDC, Charles Zacharie Bowao.

Parmi ces détenus figurent deux candidats malheureux à l'élection présidentielle anticipée du 20 mars dernier, André Okombi Salissa et le général Jean Marie Michel Mokoko, "assignés à résidence depuis le 4 avril dernier", et Paulin Makaya, président du parti "Unis pour le Congo" (UPC,opposition), "emprisonné" à la Maison d'arrêt de Brazzaville depuis le 23 novembre 2015, a déploré Bowao.

"Les plateformes FROCAD-IDC se disent disposées à capitaliser leurs propositions relatives à un dialogue inclusif de sortie de crise", a-t-il souligné.

Il a salué la démarche du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Kimoon, tendant à encourager le pouvoir de Brazzaville à rechercher par un dialogue politique inclusif une solution durable à la crise postélectorale et sécuritaire au Congo.

Ci-dessous la liste des prisonniers :




 

Commentaires  

 
0 #4 Claudia 19-11-2016 21:01
I like the helpful info you supply to your
articles. I will bookmark your blog and take a look at once
more here regularly. I'm slightly certain I will be told lots of new stuff proper right here!
Good luck for the following!
Citer
 
 
0 #3 Hollis 16-11-2016 01:30
Magnificent goods from you, man. I have understand your stuff previous to and you're just
too fantastic. I really like what you've acquired here, certainly like what you're saying and the
way in which you say it. You make it entertaining and you
still care for to keep it smart. I can't wait to
read far more from you. This is really a terrific site.
Citer
 
 
0 #2 Rachael 01-09-2016 00:45
J'ai compris pas mal de choses intéressantes en lisant votre site internet.

Merci
Citer
 
 
0 #1 Valtro 26-05-2016 15:14
LE PEUPLE CONGOLAIS EST DEBOUT , IL CONNAÎT LA VÉRITÉ...SASSOUFIT NGUESSO A ÉTÉ BATTU MALGRÉ
SON CORPS ÉLECTORAL TRUQUÉ.
QU'IL S'EN AILLE MAINTENANT!
MERCI AU VAILLANT PEUPLE , MERCI À L'IDC-FROCAD.
RESTEZ UNIS ET FERMES.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir