Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique UNE PENSÉE POUR LE GÉNÉRAL MOKOKO

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

UNE PENSÉE POUR LE GÉNÉRAL MOKOKO

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Je ne suis pas un soutien du général MOKOKO mais un soutien majeur de Parfait KOLELAS comme vous le saviez .J'ai des fois ici sur la toiles déploré le comportement de certains fossoyeurs de l'opposition qui passent leur temps à écrire des pamphlets sur PAKO.

Mais aujourd'hui ce qui se passe sur l'affaire MOKOKO et surtout quand on voit les images de celui-ci escorté par les gendarmes qui l'accompagnaient au tribunal de BRAZZAVILLE on ne peut qu’être indigné lorsqu'on est un congolais qui œuvre pour la paix et l'unité nationale. Ce spectacle n'honore pas notre pays.

Moi ce qui me dérange dans cette affaire dont je n'ai aucun élément d'appréciation, c'est le timing. Aujourd'hui alors que Digne ELVIS OKOMBI vient se vanter à Télé Congo comme quoi notre pays est rentré dans un processus de dialogue permanent, d'où vient donc que le clan SASSOU engage des poursuites judiciaires sur un candidat qui a fait partie du trio en tête lors de la précédente élection présidentielle du 20 Mars 2016.

Si cette interpellation fait suite à la vidéo du prétendu coup d'Etat de 2007,il aurait donc fallu ne pas autoriser le général MOKOKO de se présenter à la magistrature suprême. La période choisie par le pouvoir pour interpeller un candidat qui a eu des milliers des voix est plus que mal venue. Au lieu d'apaiser les tensions déjà visibles, le clan SASSOU a visiblement choisi le chemin inverse, celui qui fragilise la cohésion et l'unité nationale.

Notre pays n'est pas encore sorti de sa crise post-électorale que l'on veut encore le plonger dans une crise politico-judiciaire. Moi je suis partisan d'un monde non partisan, ou chacun défendra ses idées mais acceptera de travailler avec le voisin qui n'a pas forcément les mêmes. Alors qu'aujourd'hui un camp impose toujours sa loi à l'autre. J'en ai assez de ces divergences politiciennes qui prennent en otage la population toute entière alors que le rôle d'un responsable politique devrait être celui de travailler pour le bien être de la population. Je milite pour que disparaisse la justice partiale toujours aux ordres du pouvoir et la violence institutionnalisée ponctuée par un tribalisme aigu, cette règle du jeu dictée par la barbarie et la jungle.

Si notre justice est impartiale, oui elle peut se permettre de juger tout congolais ,mais dans l’état actuel des choses ou nous avons des magistrats qui obéissent aux ordres du pouvoir, juger MOKOKO devient tout simplement une affaire politique et le verdict donc connu d'avance parce qu'il dépendra du vouloir du clan SASSOU. C'est pourquoi je redis ici,,, Allons plus loin vers un dialogue véritablement inclusif pour résoudre les problèmes qui minent notre pays.

Henri Blaise NZONZA président APAKO.

 



 

Commentaires  

 
0 #1 test fidelite 30-08-2016 14:50
J'ai lu cet article et si je peut je voudrais vous recommander quelques choses que vous avez oublié ou vous offrir quelques conseils
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir