Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Tensions politiques au Congo-Brazzaville : L'heure est extrêmement grave !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Tensions politiques au Congo-Brazzaville : L'heure est extrêmement grave !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Ce matin, j'étais au siège de la CADD pour préparer notre conférence de Presse prévue à 11H.

Nous avons été encerclés par plus d'une dizaine de BJ de la Police avec des hommes cagoulés et lourdement armés.

Le Lieutenant de la Police qui dirigeait l'opération a fait irruption dans la salle dans laquelle je me trouvais avec une dizaine d'hommes.

Il m'a demandé de quitter les lieux avec les autres personnes présentes. Il m'a dit que toutes les activités politiques, réunions et conférences de presse étaient dorénavant interdites.

A ma demande, il m'a précisé qu'il n'avait pas de mandat ou d'ordre écrit et qu'il n'avait reçu qu'un ordre oral de sa hiérarchie.

J'ai tenu à lui préciser qu'un ordre illégal ne devait pas être suivi, mais il m'a dit les ordres sont les ordres.

Nous avons donc été contraints de quitter les lieux et j'ai prévenu mes collègues qu'il était donc inutile de se rendre sur place.

Nous allons poursuivre notre combat, nous réunir et définir les actions à suivre.

  • 1. Il est clair que Denis Sassou Nguesso ne veut pas de dialogue politique. Les arrestations politiques comme celle du Général Jean Marie Michel Mokoko en sont la preuve.

Nous allons prendre contact avec les autres forces politiques et sociales du pays pour commencer notre propre dialogue.

  • 2. Nous allons demander à nos structures de base de se préparer à la désobéissance civile.

Chers Amis, Restez à l'écoute, restez mobilisés, le combat continue contre la dictature, l'oppression et le déni démocratie.

Vive la République !

Vive le Congo !

Charles Zacharie Bowao



 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir