Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : Antoinette Sassou-Nguesso convoquée par des avocats aux Etats-Unis

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : Antoinette Sassou-Nguesso convoquée par des avocats aux Etats-Unis

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La femme du chef de l’Etat, Antoinette Sassou-Nguesso, est convoquée lundi 27 juin par le cabinet d'avocats White and Case, agissant suite à une décision de justice américaine. Selon l'avocate de l'Etat congolais, la Première dame ne devrait pas se rendre à cette convocation faisant valoir son immunité diplomatique. Cette assignation n'est que le dernier épisode d'un bras de fer judiciaire qui oppose Denis Sassou-Nguesso à l’homme d'affaires anglo-libanais Mohsen Hojeij.

Le feuilleton débute dans les années 1980. Mohsen Hojeij dirige alors une importante société privée baptisée Commisimpex. Il connait bien le chef de l'Etat et remporte d'importants marchés publics. Problème : à la fin des travaux, Brazzaville ne lui verse qu'une petite partie de l'argent promis.

Une bataille judiciaire commence pour récupérer la créance, menée sur plusieurs fronts : Royaume-Uni, Belgique, Suède, Etats-Unis, et France. A deux reprises (en 2000 et 2003), la justice donne raison à l'homme d'affaires anglo-libanais. Mais Brazzaville refuse toujours de payer la dette et tente en 2012 de la faire annuler en déclarant la société Commisimpex en faillite.

Une dette d’un milliard d’euros

Les tribunaux américains et français rejettent cette liquidation, mais sachant qu'il a peu de chances de récupérer son argent au Congo, le patron de Commisimpex tente par tous les moyens de faire saisir les biens de l'Etat congolais à l'étranger. En 2015, l'équivalent de six millions d’euros ont pu été glanés à Paris sur des comptes bancaires appartenant aux autorités congolaises.

Mais aux yeux de l'équipe d'avocats de l'homme d'affaires, ce n'est pas assez. Ils promettent de poursuivre leur traque jusqu'au bout. D'autant qu'au fil des ans, la créance n'a cessé d'augmenter : passant de 100 millions d'euros en 1990 à un milliard aujourd'hui, soit près de 20 % du budget de l'Etat congolais l'an passé.

Assignation de la Première dame


Lundi 27 juin, la femme du chef de l’Etat est convoquée par le cabinet d'avocats White and Case. Objectif de cette assignation : pousser Antoinette Sassou-Nguesso à coopérer en fournissant au cabinet d'avocat américain toute information en sa possession sur les sources de revenus de sa famille, l’emplacement de ses biens, ainsi que ceux de l’Etat congolais. Des biens, qui selon les avocats de l'homme d'affaires sont « connus pour faire l’objet de pratiques et de transferts frauduleux ».

Le document d'assignation relève la liste des personnes auxquels l'entourage de l'homme d'affaires s'intéresse pour récupérer leur créance. Au total, ce sont 63 personnes, parmi lesquelles des enfants du couple présidentiel, le chef des services de renseignement congolais ou encore le négociant en pétrole Lucien Ebata. « Des personnalités, explique-t-on dans l'entourage de Mohsen Hojeij, susceptibles de détenir des informations importantes ou d'avoir servi de possible prête-nom », dont certaines ont été citées par le passé dans des affaires de détournement de fonds.

« Cette assignation est contraire aux règles de la diplomatie et de la courtoisie internationale. On n’assigne pas une Première dame, personnellement ça me choque. Madame Sassou n’a rien à voir avec ce problème étatique, les personnes physiques elles-mêmes ne sont pas concernées », a déclaré au micro de RFI, Simone Bernard Dupré, avocate de l’Etat congolais.

© RFI


 

Commentaires  

 
0 #4 http://jazztimes.Com 30-08-2016 14:46
Très bien expliqué, je suis pas mal de sites de
votre domaine mais votre site est un must.
Citer
 
 
0 #3 vetements chics 27-08-2016 17:32
J'ai appris beaucoup d'articles intéressants en parcourant
votre site. Merci
Citer
 
 
0 #2 Osiéré paul 27-06-2016 15:10
LA FAMILLE NGUESSO EST À LA RUE ET NOUS DEMANDONS UN MANDAT D'ARRÊT INTERNATIONAL À L ENCONTRE DE SASSOU. CE QUE L AVOCAT DE LA DIABLESSE ANTOINNETTE SASSOU NE VEUT PAS EXPLIQUER À LA PRESSE ,C EST QU'ANTOINNETTE N A PAS ÉTÉ INTERPELLÉE COMME UNE VULGAIRE TOURISTE CONGOLAISE OU AFRICAINE , MAIS ELLE A ÉTÉ ARRÊTÉE ET POURSUIVIE DANS L AFFAIRE DES DETTES DE SASSOU PARCE CE QU' ELLE ÉTAIT EN PLEIN LOBBYING , EN TRAIN DE FAIRE DONS AUX ASSOCIATIONS CARITATIVES ET À CERTAINS SÉNATEURS AMÉRICAINS QUI DU RESTE SE SONT SERVIS EN TOUTE LIBERTÉ, POUR LE MAINTIEN DE SON SASSOU AU POUVOIR . IL NE S AGIT PAS DE SON ARGENT DE POCHE MAIS DE L ARGENT DU CONGO . VOILÀ LE MOBILE DE LA RÉACTION DU CABINET D AVOCATS AMERICANS .
Citer
 
 
0 #1 MASSOLA Yvonne 27-06-2016 14:26
Que signifie première Dame en droit, la dernière dame est où? Dans un état de droit, Antoinette Sassou Nguesso est une justiciable, au même titre que tous les justiciables. Pourquoi voulez vous que dans ce pays où un président qui a commis une faute démissionne, et que Antoinette Sassou co-auteur de certains détournements effectués par son époux ainsi que son clan soit à l'abri de toute audition. De toutes les façons son refus de se présenter, lui coûtera un mandat, car dans ce pays on respecte les hommes de droit.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir