Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique La démocratie de la pensée unique : tu es contre donc tu intenterais à la sûreté de l’Etat.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La démocratie de la pensée unique : tu es contre donc tu intenterais à la sûreté de l’Etat.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L’argument du gouvernement illégal et illégitime de l’usurpateur des élections du 20 mars 2016.

Chers amis, cette petite brèche est à l'ensemble des Congolaises et Congolais qui luttent contre le tyran de Mpila.

La démocratie de la pensée unique : tu es contre donc tu intenterais à la sûreté de l’Etat. L’argument du gouvernement illégal et illégitime de l’usurpateur des élections du 20 mars 2016.

La « Nouvelle République » de « mister eight » se construit sur la violence, la terreur, la confiscation de tous les leviers du pouvoir : des médias sous contrôle avec des griots journalistes dotés d’une intelligence artificielle exécutant ad litteram les consignes dictées par le « gourou » de Mpila, une armée inexistante où l’on dénote une présence massive des mercenaires de différents horizons enroulés au sein de la Garde Républicaine, la police politique et des miliciens de tout acabit arborant les artères de nos villes (Brazzaville et Pointe Noire), certains envoyés au Pool pour terroriser les populations, un gouvernement fantoche et sans profondeur. De mémoire, le Congo n’avait jamais atteint un tel niveau de cruauté. Comment peut-on se déclarer humain et se faire déshumaniser par un homme, mortel comme vous ? Comment peut-on suivre un homme sans vision réelle et dont le seul mérite est de regarder son bout du nasus et sa petite personne.

Manifestement, la seule justification de la violence actuelle est signe d’une fébrilité agaçante qui angoisse le dictateur. Conscient de son échec du 20 mars 2016, le tyran spartiate n’a pour seule ambition que la conservation du pouvoir. A-t-il conscience que la nature donne et reprend en son temps ! Je crois que non ! Sinon, se comporter de la sorte relève de l’animalité.

Devant cette situation ubuesque (arrestation de monsieur Paulin MAKAYA, de monsieur BOUKADIA, du Général Jean Marie Michel MOKOKO, des proches des leaders de l’opposition, des cadres de l’opposition et de la société civile), nous sommes plus que jamais mobilisés pour faire obstacle à cette dictature. Les hommes passent le Congo reste. Le combat que nous menons en phase avec l’ensemble de notre population se justifie et croyez-moi, le tyran va tomber et avec lui, tous les déshumanisés qui le suivent comme des moutons de panurge.

A l’unisson, mettons fin à cette barbarie orchestrée par un groupe d’individus sans aucune humanité, minoritaire dans le pays (8%) qui tentent d’utiliser la violence comme seul projet politique. Cette offensive de la violence et de la terreur engagées contre les dirigeants de l’opposition et les populations civiles pour tenter d’affaiblir la nouvelle majorité issue du 20 mars 2016 trouveront sur son chemin des hommes et des femmes dignes, intègres et soucieux du bien commun.

L’idée d’une tension nord-sud n’ayant pas été suivie de fait et n’existant que dans la tête du tyran et de ses sbires, le dictateur a choisi des termes combien farfelus et grotesques « d’atteinte à la sûreté de l’Etat et détention illégale d’armes » pour justifier ses manœuvres d’un autre âge. Kimongo aura vécu ! Comme toujours, le mensonge, la répression et la pensée unique sont érigés en projet de société.

« Quand un pouvoir en arrive là et à recours systématiquement à de telles pratiques c’est la preuve qu’il est démocratiquement fragile et qu’il veut s’imposer par la force ».

Y’a-t-il encore un espoir - peuple congolais ! Je vous dirai oui ! Le dictateur ne sachant plus quoi faire, n’ayant plus la main sur l’armée a fait appel à des mercenaires pour assurer sa protection, mater les dirigeants de l’opposition et massacrer les populations civiles. Son seul argument, la guerre civile pour se maintenir au pouvoir. C’est ici, l’occasion de dire aux officiers, sous-officiers, hommes de rang républicains de se tenir prêt pour défendre le peuple.

Congolaise, Congolais, écrivons notre histoire, celle de la libération du pays des mains du tyran. En ce début du mois de juillet, je demande à tous (militaires, employés du privé, fonctionnaires, étudiants,) de rester chez vous. La désobéissance civile est un droit, voici une occasion de jouir de ce droit sans commune mesure. Dans l’adversité, nous vaincrons. Les plates-formes IDC/FROCAD restent solidaires et unies.

Vive la démocratie ! Vive le Congo ! Le peuple vaincra !

André OKOMBI SALISSA

New Jersey (USA)

 

 

 

 


 

Commentaires  

 
0 #1 MASSOLA Yvonne 28-06-2016 06:38
Quand la cruauté d'un homme qu'ion appelle Sassou Nguesso et son clan Yoka, JDO, Ndenguet, Nianga Mbouala, Obarra, Bakala, Atipo, Oko Ngakala atteint le summum des horreurs, le peuple qu'il soit du nord ou du Sud ne peut plus l'accepter. Qui du nord n'a pas un jour pleuré soit un parent, soit une connaissance?
Il paraît aujourd'hui indispensable de dire à Sassou et ses sbires, Stop, on en a marre des ces arrestations arbitraires, de ces humiliations, de ces assassinats. Le Congo nous appartient tous. Alors restons chez nous en désobéissant civilement, car c'est un droit qu'il ne peut pas nous arracher.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir