27/06/2017

Dernière mise à jour01:53:03 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Mme Claudine MUNARI, une combattante en première ligne !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Mme Claudine MUNARI, une combattante en première ligne !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« Si les Congolais ne font rien, personne d’autre ne fera quelque chose. Chaque peuple a son propre pays. Nous n’avons pas de pays de rechange. Le Congo est notre pays. Battons-nous pour le libérer.» Claudine MUNARI.

Ces paroles prononcées le 11 avril 2016 ont réconforté plus d’un Congolais. Elles sont d’une puissante incitatrice à la prise de conscience qu’aucun homme sensé ne peut ne pas se sentir concerné.

Mme MUNARI, laissez-moi, vous avouez que depuis ce jour-là, vous aviez non seulement regagné l’estime des Congolais mais surtout vous avez inscrit la femme congolaise dans le combat politique du moment. Le chemin à suivre est encore long dans le contexte de notre pays, le Congo-Brazzaville, pour qu'en politique, les femmes soient reconnues comme les égales des hommes. Mais vous aviez pris votre courage à deux mains pour dire aux Congolaises (et congolais) de croire en leur compétence et que l'égalité entre les femmes et les hommes est impérieuse. Malgré les difficultés et les intimidations dont vous aviez été victime récemment votre détermination reste totale pour faire progresser les libertés, mais surtout de contribuer à libérer le Congo de la dictature. Cette position progresse, mais aucune conquête n'est incoercible. Demain sur le sol congolais s’élèveront d’autres voix féminines pour que les femmes puissent monter à la tribune. Cela ne sera plus un ébahissement, mais une évidence.

Mme MUNARI, vous aviez su nous le redire qu’il est toujours nécessaire de se battre pour la démocratie, à tout moment, parce qu’elle n’est jamais acquise surtout dans un contexte d’accaparement du pouvoir par une portion d’individus. Donc nous devons nous en souvenir tous les jours. Et c’est quelque chose que les Congolais doivent garder à l’esprit.

C’est pour cela, nous vous encouragerons non seulement à ne pas baisser les bras, mais aussi à œuvrer ensemble à la meilleure manière de répondre aux attentes des citoyens dans le respect des « vraies lois républicaines ». Étant dans une situation où le pays est divisé, où il y a un blocage, un manque de confiance. Il faudra pour cela renouveler le dialogue, amener sur scène les nouveaux partenaires notamment la communauté internationale qui puissent nous amener à nous comprendre. « A tous les acteurs politiques, aux confessions religieuses, à la société civile, à la communauté internationale, aux partenaires du Congo, aux défenseurs de la démocratie et de la paix, le Congo brûle. Ne regardons pas ailleurs, agissons. » Dixit MUNARI, 11 avril 2016.

Nous avons tous un seul intérêt, c’est la réussite de ce pays, et surtout faire de la démocratie un combat d’idées et non un combat à la kalachnikov. Vous avez fait preuve dans un présent récent de vos capacités à prôner l’apaisement, le rassemblement et l’unité de toutes les entités de l’opposition. Nous vous exhortons à perdurer dans cet élan. Telle une mère poule hyper protectrice, anxieuse et inquiète pour le peuple congolais.

Mme MUNARI, aujourd’hui, vous aviez pris le bâton avec les autres pour faire de ce combat pour la restauration de la démocratie un devoir où doit régner l’honnêteté, l'intégrité et l'amour de la vérité. Par votre engagement, vous redonnez un espoir qui force le respect et l'admiration en raison de votre ambition pour la construction d'un Congo plus juste et équitable. Alors ne vous dispersez pas, suivez une seule voie, un seul objectif à savoir le départ de Sassou Nguesso.

Mme MUNARI, les Congolais vous ont vu vous battre, prendre des coups et resurgir. Maintenant, ils vous disent, que vous faites partie de nous, et ceux qui vous ont fait confiance disent qu'ils ne se sont pas totalement trompés sur vous. Hier décriée pour ses idées décalées, aujourd'hui saluée pour ses vertus anticipatrices militantes qui inciteraient les jeunes de s'inscrire sans gêne à l'école Munari. Votre engagement franc et sans détour a su montrer la nécessité de répondre aux inquiétudes quotidiennes des simples citoyens.

Mme MUNARI, vous êtes devenue l’héroïne de la campagne et des élections volées par Mr 8% mais aussi la mère de la nation congolaise . Car le Congo aura besoin d’une mère de la nation pour agir.

Restez concentrée et suivez votre voie, Merci pour cet apport à la nation.

 

Jean-Claude BERI

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires  

 
0 #1 vêtements ethnique 02-09-2016 12:39
Quoi dire de + ? Vous avez tout expliqué
sur cette page. Extrêmement intéressant
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir