Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le machiavélisme politique qui fait école au Congo

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le machiavélisme politique qui fait école au Congo

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La récente histoire de la politique congolaise issue de la conférence nationale souveraine est semée de trahison, de concussion, de caméléons tapis dans l’ombre, mais surtout de vipère à deux têtes. Au sortir de la guerre de 1998 et la vague des congolais obligée de s’exiler pour fuir la barbarie, nous pensions qu’enfin les congolais prendront conscience. Mais c’était sans compte sur le machiavélisme politique qui fait école dans les hautes sphères obscures du pouvoir congolais. Beaucoup en sont arrivés à se désintéresser de la politique considérant que c’est plus ou moins un nid de serpents venimeux et surtout interdits aux amateurs d’en approcher au risque de se faire mordre.

Si l’on peut se souvenir un seul instant qu’à chacune de leur trahison, ils ont saignés leur parti politique et par delà, contribués à la souffrance des enfants de la république.

Le Président LISSOUBA en a fait les frais durant toute sa gouvernance. Trahi à gauche, trahi à droite. Mais le pire a été de voir ses fidèles parmi les fidèles être les premiers traîtres. Tous ceux qui l’ont entourés souvent  ceux qui offraient la parfaite apparence de militants de conviction, se révélèrent en vérité n’être que des suceurs de sang, des vrais sangsues. Ce n’était que des serpents à sonnette rampant silencieusement dans le salon du président. Si LISSOUBA, aujourd’hui pouvait parler, les Christophe MOUKOUEKE, Victor TAMBA-TAMBA, MBERI MARTIN, Benoît KOUKEBENE, Grégoire LEFOUOBA et surtout Claudine MUNARI la gardienne de l’antichambre des secrets des saints des saints n’ont ils pas vendu leur roi sous l’autel de la trahison  ?

Le général MOKOKO n’a-t-il pas cédé lui aussi aux sirènes du pouvoir en trahison le premier ministre de la transition André MILONGO en premier et LISSOUBA en second ? Oubliant que la trahison ne grandit jamais l’homme. Car si elle apporte un bonheur éphémère, elle portera toujours ce nom sale qui lui colle à la peau.

Parfait KOLELAS n’a-t-il pas accompagné son père dans sa folie meurtrière de vouloir à tout prix « bouffer » du NIBOLEK ?

Les Charles BOWAO, André OKOMBI SALISSA n’ont-ils pas été nos bourreaux à un moment donné ?

Tout ceci pour dire simplement que les congolais, que nous sommes, avions à faire un choix en toute honnêteté et toute respectabilité du désir du peuple. Car aucun des hommes politiques qui se présentent aujourd’hui devant le peuple ne mériteraient pas un regard complaisant sinon du dégoût et du mépris. C’est dire que la trahison est une chancissure qui infiltre en silence les volontés de nos dirigeants. Elle peut être le fait d’une intelligence phénoménale qui trouve résidence dans un système corruptible.

Comme le maître incontesté en la manière l’avait si bien décrit que « Le traître est né traître pour mourir traître, évolue dans le terreau de la médiocrité et de l'indécence, fonctionnaire de la politique du ventre. Il n’est fidèle qu’à sa petite personne et aux caprices de ses plaisirs sensuels, bestiaux et instinctifs. Il ne croit qu’aux ressources de ses prestations, convertible, infidèle, pervers et inhumain. » (Machiavel)

Il y a rien d’étonnant qu’aujourd’hui que Pascal TSATY MABIALA soit au centre d’une trahison innommable. Ceux qui l’accusent en savent quelques choses en la matière. Car,  ils sortent tous de la même école qui plébiscite la trahison.

N’avons-nous pas nous même, peuple congolais,  choisit MOKOKO, KOLELAS, TSATY-MABIALA, MUNARI et OKOMBI SALISSA comme nos futurs sauveurs, nos libérateurs, nos portes voix devant la saignante dictature  qui nous enferme dans une prison en feu ? Qui n’a pas salué la charte de la victoire des cinq candidats ?

Nous avions tous  ( tout au moins une grande majorité des congolais) fait confiance à ces femmes et hommes à qui nous avions  attribués une certaine forme de reconnaissance,  des pouvoirs de nos droits, nous en avions fait des partenaires, des guides pour ce combat pour notre liberté et la démocratie. Seulement a  cet instant personne n’ignorait que beaucoup sont des septuagénaires qui attendent tranquillement le repos éternel sans pouvoir trouver la paix intérieure, car la paix de l’âme commence par la reconnaissance de leurs trahisons face à cette jeunesse. Une jeunesse qu’ils continuent à manipuler à merci en détruisant l’école de la république et en dépravant continuellement les mœurs. Nos écoles ont échoué dans l’enseignement et la transmission des codes et valeurs politiques républicaines. Une jeunesse qu’ils ont sacrifié comme de la chair à canon. Simplement parce que cette a cru en eux et nous avion soutenu cette ferveur

Ce contrat entre MOKOKO, KOLELAS, MUNARI, TSATY MABIALA et OKOMBI n’était-elle pas biaisé dès le départ ? Nous savions qui étaient ces femmes et hommes pour donner l’impression aujourd’hui d’être sorti hier d’une amnésie politique de plusieurs années.

Nous leur avons fait confiance par dépit pour ne pas dire par  défaut de mieux. Ce qui serait mieux à faire maintenant , ne serait-il pas d’amener ces femmes et hommes à ne pas retombés dans les travers de la traîtrise . Mais surtout pas en ressassant sans cesse leur passé. Nous ne construirons rien de bien en transvasant de pères en fils ce fardeau de traîtrise. Beaucoup seraient enclins d’aller dialoguer avec Mr 8% mais garde leur cœur fermé devant la traîtrise des leurs.

Nous devrions faire un travail de dépassement de soi en pardonnant leurs traîtrises d’hier pour retrouver la paix avec nous-mêmes, avec les autres et avec ceux de l'au-delà pour faire avancer notre combat et notre destin.

Comme l’a su bien le dire  notre compatriote Gildas MOUTSARA « Hier, nous avons fait tomber Paul Marie M'POUELE, aujourd'hui, le tour est venu de couper la tête de Pascal Tsaty-Mabiala et demain, nous trancherons assurément la gorge de Claudine MUNARI. Je tremble déjà pour elle. Cette façon de faire est contre-productif car elle ne consiste qu'à faire croire à tous que l'opposition est infestée de traîtres. C'est dommage! »

Dites moi, quel prix voulez-vous que MOKOKO paie qui serait plus fort que le sacrifice de soi au point de donner de sa personne. Si la situation que traverse MOKOKO ne peut interpeller l’homme congolais (Surtout l’homme du NORD) dont le respect de l’être humain est le plus sacré des règles, c’est que nous avions perdu notre humanité. Pourtant,  il a choisi d’être du côté du peuple en s’émancipant de son ancien maître devenu son tortionnaire.

KOLELAS Parfait, séparés et mis en conflit avec ses propres sœurs et frères de sang a choisi de défendre les droits du peuple en s’investissant dans le combat pour le peuple au détriment de sa propre famille. Faudrait-il qu’il soit livré aux chiens de chasse de SASSOU et enfermé dans les geôles de la salissure humaine pour qu’il soit enfin pardonné des erreurs commises par son père ? L’argumentaire consistant a dire que Parfait KOLELAS est le prolongement de KOLELAS Bernard est insensé.

NTUMI, n’a t-il pas suffisamment payé ses errements en refusant aujourd’hui de suivre la logique de la violence et prônant de ce fait la paix pour une vraie consolidation de la nation ?  Pourchassé comme un vulgaire malfrats dans son propre pays alors qu’il n’a fait que défendre la liberté et la démocratie en se mettant du coté du peuple. Que vous faut-il de plus que son supplice actuel pour que notre pardon lui soit définitivement accordé ? Je me le demande …..

MUNARI, oui un temps perdu dans les méandres de la traîtrise au point de être traitée de « PUTE DE LA REPUBLIQUE » ne mérite-elle pas  aujourd’hui un regard autre que ce qualificatif  ? Son combat actuel n’est-elle pas à la hauteur des attentes des milliers de congolais ? Une femme qui a su exprimé son pardon et son dévouement pour le peuple ne doit-elle pas  jouir de notre respect et encouragement  et non d’être poignardé dans le dos à cause son passé ?

OKOMBI SALISSA, mène depuis plus d’un an un combat de libération du peuple pris en tenaille par un clan, choisit le noble combat pour la démocratie et la justice  en respectant les règles de la légalité. Il a su dire non à la voyoucratie, à l’hégémonie d’un clan sur tout un peuple. Ce choix lui prive aujourd’hui sa liberté mais ne le détourne pas du combat du peuple.

BOWAO, intimidé, persécuté mais refuse d’être le valet d’un clan ni d’une oligarchie militaro-politico-tribale et financière. Que nous faut-il de plus pour nous en convaincre ?

Nous devons garder en mémoire que nous combattons un pourvoir dont les tentacules sont bien implantés dans la société congolaise, il nous faut donc toutes nos forces vives pour le combattre. « Ce qui fait la force de ceux que nous combattons c'est que pour eux le chef « Sassou » reste le chef, bon ou mauvais, gentil ou méchant, honnête ou traître. On ne touche pas à sa tête, c'est la règle. On chante plutôt ses louanges à tue-tête dans le but de nous convaincre qu'ils ont, eux, le meilleur meneur d'hommes. C'est la mystification du chef qui terrorise l'adversaire, jamais le contraire. » dixit MOUTSARA

Le machiavélisme politique dont fait preuve Sassou s’articule autour de la bonté, de la brutalité et du gangstérisme. Sachant se prémunir de ça. Sachant surtout glorifier nos leaders pour en faire des leaders inébranlables. Cultivons le respect de nos leaders et non le dénigrement permanent qui semble devenir la règle au sein de l’opposition. Nous sommes condamnés à pardonner leurs traîtrises d’hier. Notre conscience doit être interpellée pour ne pas perdre le sens du pardon dans la société congolaise.

Ainsi, quelle estime faut-il donc que les leaders politiques de l’opposition au Congo doivent avoir d’eux-mêmes ou de nous, le peuple, pour que notre regard les emmène si loin et ne se détourne pas de notre combat politique, le triomphe de la liberté et des valeurs de la démocratie.

Le peuple souffre de cette situation,  ressaisissons nous.

 

Par :   Jean-Claude BERI

 


Commentaires  

 
0 #6 vetements ethnique 02-09-2016 12:39
Tout est bien résumé dans cet article, bravo la team
Citer
 
 
0 #5 infidelite 27-08-2016 16:53
Tout est bien rapporté dans ce post, félicitations la
team
Citer
 
 
0 #4 il me trompe 27-08-2016 05:13
Comme d’habitude, le site est impécable. bravo
Citer
 
 
0 #3 test fidelité 26-08-2016 22:49
Page quelques peu long à déchiffrer mais vraiment enrichissant
Citer
 
 
0 #2 Mbia 09-07-2016 12:21
L’heure est à la désobéissance civile illimitée et au soulèvement populaire. Il n’y pas d’autres solutions contre le régime totalitaire, sanguinaire et tribaliste qui ne recule contre rien. .
Citer
 
 
0 #1 Mbia 09-07-2016 12:20
Nous exigions la libération immédiate du général Mokoko et de tous les autres prisonniers politiques.Le peuple Congolais doità tout Prix faire l'efffort pour se liberer, sans attendre l'aide venue d'ailleurs. Sassou Nguesso le tyran, génocidaire et sa clique se prépare encore à relancer un assaut dans le département du Pool avec le prétexte d'aller y traquer le pasteur Ntoumi.Sassou Nguesso et ses complices voués aux pratiques occultes ne savent pas comment gouverner, construire le Congo, Ils ne pense qu' à continuer à s'enrichir personnellement , à séparer et continuer les tueries, génocides des Lari- Bacongo. Une partie de l'opposition Congolaise plus préoccupée aux intérêts personnels pareil à l'ONU, la France ne pensent pas du tout à mettre un terme à la folie de ce déséquilibré mental, génénocidaire qui est le général, président autoproclamé; Sassou Nguesso et sa clique.On connait les actes incroyables, atroces posés par le psychopathe Sassou Nguesso.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir