Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique CONGO-BRAZZAVILLE : LA FAUTE POLITIQUE

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

CONGO-BRAZZAVILLE : LA FAUTE POLITIQUE

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Existerait-il un pacte ou un agenda caché entre certaines familles régnantes du Congo-Brazzaville pour se maintenir à tout prix au pouvoir ? Quoi qu’il en soit, maintenant que le secret est éventré, le peuple vous observe.

La saillie malheureuse de ces dernières 24 heures montre à suffisance qu’il ne suffit pas de croire être sorti de la cuisse de Jupiter pour que cela soit vrai. La politique n'est pas un héritage ni un métier, mais un acte d’engagement personnel, un sacerdoce au service du peuple, des masses populaires. Mais, ces derniers temps, aussi bien au Congo qu’à travers le monde, l’on assiste à des dynasties familiales politiques qui veulent transmettre le pouvoir de père en fils ou fille, de mari à femme. Qu’à cela ne tienne, les frères et sœurs, les neveux ou nièces, petits-fils ou petites-filles, ne sont pas en reste. C’est navrant.

Tout ceci ressemble plus à une mafia qui vise à confisquer le pouvoir. L’exemple du Congo est de plus en plus flagrant. Entre le père qui se confond à la constitution congolaise et le fils qui s’arroge les prérogatives du gouvernement, la coupe est pleine dira-t-on. Pire encore, nommer sa fille responsable des investissements au Congo, celle qui n’a comme fait d’armes que d’avoir réussi avec brio la maternelle du fait de l’insouciance de l’enfance, finit par nous achever. Le gouvernement congolais devient un lieu intergénérationnel dirigé par un parrain, dont le ticket d'entrée dépend plus de son pedigree familial ou clanique que de la volonté de servir l'intérêt général, la nation.

Toute crise est avant tout une crise médiatique. L’opposition congolaise de laquelle je me réclame ne reconnaît pas Sassou comme Président de la république suite à son échec cuisant à l’élection présidentielle du 20 mars 2016. Les faits sont têtus. Alors comment peut-on demander à ce dernier de gracier nos leaders qu’il a contribué à mettre en prison ou exiler par le simple caprice du prince ?

C’EST UNE FAUTE POLITIQUE. Les congolais attendent de nous d'avoir une cohérence dans la pensée et dans l’action au niveau de notre démarche politique. Il est temps que le paradigme politique change au Congo. Le cartel politico-familial qui sévit au Congo depuis 32 ans doit laisser la place aux patriotes soucieux du bien-être du pays.

L’héritage politique ne s’assume pas que pour des raisons bassement familiales ou génétiques. Il ne vaut que lorsqu’il perpétue l’idéologie de son détenteur. L’on peut exister par soi-même et c’est ce qui est le plus difficile à faire car nos actes d’aujourd’hui conditionnent nos vies de demain. Nous serons dans l’arène politique parce que nous aurons quelque chose à proposer à nos concitoyens. La politique mémorielle a vécu. Un exemple en France, ceux qui se revendiquent des idéaux du Général de Gaulle ne sont pas spécifiquement de sa famille.

Notre rôle est de faire en sorte que les congolais sortent de cet état d’asservissement, d’avilissement, de dépendance vis-à-vis de ces familles tenues par des gourous qui nous prennent en otage pour leurs combines ou magouilles politiques. Nous n’acceptons plus d’être les dindons de la farce. Apprenons à réfléchir par nous-mêmes et nous saurons ce qui est mieux pour nous. Sans se départir du passé, soyons les acteurs de notre présent tout en se projetant dans l’avenir.

L’heure est grave, et pour tout citoyen congolais qui veut porter sa pierre à l’édifice c’est le moment de le faire. Libérons-nous de nos peurs et faisons briller nos lumières. Comme l’écrivait Marianne Williamson, "Notre plus grande peur n’est pas d’être insuffisants. Notre plus grande peur est d’être capable au-delà de toute mesure. C’est notre lumière et non notre obscurité qui nous effraye le plus…"

Au travail citoyen !

----

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA


 

 

 

Commentaires  

 
0 #3 anonyme 01-08-2016 09:59
La déclaration des Assises Nationales du Congo datant du 31 juillet 2016 à Paris: Sassou doit être dégagé par tous les moyens disponibles, explication https://www.youtube.com/watch?v=10XzkeSMJEo
Citer
 
 
0 #2 MASSOLA Yvonne 01-08-2016 04:45
Les congolais doivent tous comprendre que le Congo nous appartient tous. Ce pays qui est aujourd’hui en péril doit être sauvé par tous les patriotes du nord au sud, de l'est à l'ouest.
Face à un président i qui arrive en fin de mandat, il n'est nullement question d'accepter de laisser la place à n'importe quel homme, ou n'importe quelle femme se prétendant leader politique de vouloir sauver ce pouvoir.
Sassou battu à l'élection présidentielle est illégitime, avec pour corollaire un gouvernement illégitime, ainsi que des institutions illégitimes dont les actions sont illégitimes.
Citer
 
 
0 #1 la connerie humaine 31-07-2016 22:06
LA CONNERIE OU LA BÊTISE HUMAINE N'A NI RACE, NI ETHNIE, NI TRIBU ET ENCORE MOINS NI COULEUR ET COUCHE SOCIALE CONFONDUE DU CLOCHARD AU MILLIARDAIRE... ET PUIS, CELA VEUT DIRE QU'IL Y A DU BOULOT (ISIDORE AYA TONGA) !!! http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/07/15-techniques-infaillibles-pour-prendre-votre-interlocuteur-pour-un-con.html
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir