Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique MESSAGE DU CODICORD ET DU CARDDL AU CONGRES DES CONGOLAIS DE L’ETRANGER du 6-7 AOUT 2016 à PARIS

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

MESSAGE DU CODICORD ET DU CARDDL AU CONGRES DES CONGOLAIS DE L’ETRANGER du 6-7 AOUT 2016 à PARIS

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

MESSAGE DU CODICORD ET DU CARDDL

AU CONGRES DES CONGOLAIS DE L’ÉTRANGER

Chers sœurs et frères,

Messieurs les présidents des structures civiles

et politiques de la diaspora.

Chers amis amis du Congo,

 

Mesdames, Messieurs,

Je vous salue au Nom du CODICORD et du Comité d’Actions,

Recevez les salutations et les félicitations du Président du Groupe PS à l’Assemblée Nationale française Mr BRUNO LEROUX, ainsi que le soutien du PS, par son Secrétaire National chargé du pôle Mondialisation, régulation, coopération  Mr MAURICE BRAUD.

 

Mes Chers compatriotes,

L’heure n’est plus à l’immobilisme ni à des querelles stériles, aucune politique publique ne peut se construire sur la désunion.

Pour restaurer la démocratie, nous avons le devoir et l’obligation d’être unis,

Nous serons entendus par le pouvoir de Brazzaville si nous sommes ensemble pour affirmer ensemble ce que nous faisons à titre individuel, ce que nous mettons en œuvre dans les sphères de nos structures,

Nous serons entendus par la communauté internationale si nous parlons d’une seule voix,

Nous serons suivis par nos populations si nous marchons côte à côte,

Nous arriverons au bout de la dictature si nous conjuguons ensemble, nos efforts.

 

A nous, de montrer aujourd’hui, que les  Congolais de l’étranger, savent s’organiser lorsque l’intérêt supérieur de la nation l’exige,

Lorsque la vie et la dignité de nos frères, notre propre dignité est en jeu,

Lorsque notre patriotisme est mis à rude épreuve.

Posons nous la question suivante: Comment structurer notre Diaspora et comment faire évoluer nos pratiques individuelles vers des pratiques collectives pour une meilleure cohésion afin de restaurer la démocratie confisquée dans notre pays?

Faisons un bref Constat:

 

-   L’État- nation a disparu laissant la place à un État tribal ;

L’État de droit, républicain, à peine naissant a laissé la place à un Etat de Clientèle ;

L’État qui prône la bonne gouvernance au service du plus grand nombre et pour le bien-être de tous a laissé la place à un État d’anti valeurs, de corruption organisée jusqu’au plus haut sommet des institutions ;

Aujourd’hui, le Congo, à travers son régime politique, ses pratiques, ne sert pas les objectifs de sa population, de son rayonnement de ses talents.

 

C’est pourquoi il nous faut agir pour restaurer la démocratie.

Pour restaurer la démocratie nous devons mettre l’éthique au cœur de nos comportements,

Pour restaurer la démocratie nous ne pouvons faire l’économie de l’inventaire de l’échec de nos stratégies pour venir au bout de la Dictature.

 

Ce constat,

Mes chers amis,

nous le ferons tous, réunis dans cet espace, C’est ce que nous appelons le Congrès, personne, je dis  bien personne ne devra être exclus de cette concertation.

Il nous faudra une mobilisation cohérente et efficace pour libérer notre potentiel inventif, pour aider notre génie populaire à croître dans sa diversité et permettre au plus grand nombre de nos compatriotes d’intégrer l’idée de l’alternance.

Ne nous trompons pas d’adversaire !

Notre adversaire à un nom :  SASSOU NGUESSO et son système, SASSOU NGUESSO et son système sont un danger pour la démocratie dans notre pays ?

SASSOU NGUESSO et son système n’ont jamais été habités par les valeurs républicaines et de démocratie pluraliste, de respect des libertés publiques et de liberté d’expression et d’opinion ; il est le fossoyeur de notre démocratie chèrement acquise à la Conférence Nationale Souveraine

Faut-il rappeler que des vies entières ont été sacrifiées pour son ascension au pouvoir ? pour son maintien au pouvoir ?

Depuis 33 ans  qu’il dirige le Congo, le décrochage du Congo dans tous les domaines est devenu une réalité incontestée.

Nous devons donc redynamiser notre combat et passer à l’action et mettre fin à l’aventure de SASSOU NGUESSO et son système pour stopper le gâchis et inverser la dynamique. Cela doit être l’une des questions centrales de Congrès.

Dois-je rappeler qu’il est intellectuellement absurde aujourd’hui de participer à une mascarade électorale pour les législatives dont on connait à l’avance les résultats

 

Il est donc judicieux d’explorer d’autres stratégies pour mettre fin à la dictature dans notre pays.

 

Chers compatriotes,

Chers amis,

Notre combat est plus que légitime, le devenir des générations futures est en jeu,

Nous devrons être leurs ambassadeurs auprès de la communauté internationale, auprès des organismes internationaux.

Nous n’avons aucun droit à l’erreur car nos populations ne nous le pardonneraient jamais.

Nous devrons travailler en toute intelligence et efficacité  avec l’opposition  intérieure pour la restauration des valeurs et principes démocratiques et républicaines initiés par la Conférence Nationale Souveraine.

Dans cette perspective de travailler ensemble, je voudrais remercier le comité d’organisation du Congrès qui a fait un travail remarquable, les présidents des structures civiles et politiques ainsi que les individualités qui ont contribué à la tenue de ce Congrès.

 

Que Dieu bénisse le Congo

Vive la République,

Vive le Congo

 

Je vous remercie.

 

Suivre la Vidéo:  https://www.youtube.com/watch?v=CdO_OI3GQ64

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Raphaël GOMA

Président du Conseil de la Diaspora Congolaise pour la Restauration de la Démocratie (CODICORD)

Président d’Honneur du CARDDL

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir