Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le révérend Pasteur Ntumi (1) n’est pas un terroriste ni un rebelle ; c’est un républicain et un légaliste

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le révérend Pasteur Ntumi (1) n’est pas un terroriste ni un rebelle ; c’est un républicain et un légaliste

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En 1998-2003, en prenant les armes, il a fait ce que le préambule de la constitution du 15 mars 1992 prévoyait « le droit et l’obligation de tout citoyen de résister par la désobéissance civile, à défaut d’autre recours, à quiconque entreprendrait de renverser le régime constitutionnel, de prendre le pouvoir par un coup d’Etat ou de l’exercer de manière tyrannique. »

En 2015, en sa qualité de Délégué général chargé de la promotion des valeurs de paix et de la réparation des séquelles de guerre, il s’oppose au changement de la constitution du 20 janvier 2002 pour ne pas permettre à Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat.

En 2016, en se fondant sur les dispositions de l’article 10 de la constitution du 20 janvier 2002 qui stipule que : «Tout citoyen, tout agent de l'Etat est délié du devoir d'obéissance lorsque l'ordre reçu constitue une atteinte manifeste au respect des droits humains et des libertés publiques. L'ordre d'un supérieur ou d'une quelconque autorité ne saurait, en aucun cas, être invoqué pour justifier ces pratiques » , il a repris les armes pour résister à l’oppresseur et se défendre contre le plan machiavéliquement conçu par monsieur Sassou et son clan visant à terroriser les populations du Pool et à le tuer pour faire diversion et s’autoproclamer président de la république.

Les événements survenus le 4 avril 2016 dans les quartiers sud de Brazzaville étaient conçus de toute pièce et orchestrés par Denis Sassou Nguesso et son clan pour non seulement faire diversion et détourner l’attention des populations afin que la cour constitutionnelle proclame sa victoire volée mais aussi pour avoir un prétexte d’attaquer le révérend Pasteur Ntumi et de maintenir un climat de tension ou de guerre dans le pays afin de faire avaler son hold-up électoral au peuple congolais et se maintenir au pouvoir.

En organisant sciemment les événements du 4 avril 2016 dans les quartiers sud de Brazzaville notamment à Bacongo et Makelékelé dans le but :

- de détourner l’attention des populations et créer la psychose afin de proclamer une victoire volée et non méritée et

- d’attaquer le révérend Pasteur Ntumi afin de maintenir dans le pays un climat de guerre, pour se maintenir illégalement au pouvoir, monsieur Denis Sassou Nguesso et son clan sont donc des terroristes.

Alors qu’est-ce qu’un terroriste ?

Un terroriste est un partisan, agent du système de la terreur autrement dit un terroriste est celui qui réalise les actes de terrorisme.

Du latin terror, terreur. Le mot terrorisme a été utilisé pour la première fois en novembre 1794 pour désigner la "doctrine des partisans de la Terreur" pendant la Révolution Française.

Le terrorisme désigne l'usage de la violence par certaines organisations politiques pour atteindre leurs objectifs : faire pression sur l'Etat, contraindre une population à l'obéissance, médiatiser une cause, promouvoir une idéologie….

Le terrorisme peut prendre la forme d'attentats, d'assassinats, d'enlèvements, de sabotages, d'actes d'intimidation, etc. Au-delà des victimes directes, qui sont souvent des civils, le terrorisme cherche à frapper l'opinion publique, à l'intimider, en instaurant un climat de terreur et de peur (2).

Le terrorisme d'Etat est l'utilisation par un gouvernement de mesures d'exception et d'actes violents à l'encontre d'une partie de ses administrés, sous couvert de raison d'Etat.

Le terme terrorisme désigne aussi une attitude d’intimidation, d’intolérance ou des pratiques abusives dans le domaine de la politique, de l’économie, de la justice, de la culture…

On distingue le terrorisme de la résistance (ou guerre des partisans) qui met en avant un objectif légitime en revendiquant le droit à l'autodétermination des peuples et la lutte contre l'oppression ou contre un envahisseur.

Exemple : La Résistance en France pendant l'Occupation allemande, au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La guérilla, quant à elle, a des cibles purement militaires et cherche à recueillir le soutien de la population.

Au regard de cette définition, force est de constater que le révérend Pasteur Ntumi n’est pas un terroriste comme veut le faire croire monsieur Sassou à la communauté internationale. Ce qu’il fait c’est de la résistance car son objectif est de lutter contre l’oppression du pouvoir illégal et illégitime de monsieur Denis Sassou Nguesso.

Frédéric Bintsamou alias le révérend Pasteur Ntumi a toujours été faussement accusé par Denis Sassou Nguesso et son clan. En effet, en 1998 pour le diaboliser et le discréditer le Denis Sassou Nguesso et sa police politique ont menti le peuple congolais et la communauté internationale à propos de son stock d’armes en disant « qu’il était acquis dans le cadre d’un trafic de drogue ».

Or la police politique de Denis Sassou Nguesso n’a jamais prouvé ses allégations de trafic de drogue imputées de façon sadique et éhontée au révérend Pasteur Ntumi. En effet, selon l’encyclopédie en ligne Wikipédia, les preuves de ce prétendu trafic de drogue n’ont jamais été apportées par la police politique de Denis Sassou Nguesso ni celles des plantations de chanvre. Ainsi pour attaquer le révérend Pasteur Ntumi, il fallait inventer de toute pièce comme ils l’ont fait le 4 avril 2016 une raison moins facile à vérifier.

: « Le stock d'armes se serait constitué d'une part des armes restées en circulation depuis les combats de 1995-97, d'autre part ayant été apportées dans le cadre du trafic de drogue (Il faudrait sans doute apporter, ici, les preuves de ce prétendu trafic de drogue pour étayer cette affirmation. Or, les soldats n'ont jamais prouvé leur hypothèse, ni celle des plantations de chanvre. Il fallait bien trouver une raison pour attaquer ; la meilleure était certainement la moins facile à vérifier. ). (donc en contradiction avec les affirmations de l'entourage du Pasteur ; affirmations qui sont objectives, puisque vérifiables; tout comme la suite du propos), et enfin, celles résultant des prises sur les militaires défaits lors de multiples combats. De victoires de guérilla en victoires face à l'ensemble des forces armées congolaises, ces jeunes ont pu constituer un véritable arsenal d'armes et munitions.(3) »

Le pouvoir de Denis Sassou Nguesso est un pouvoir de sang fondé essentiellement sur le mensonge, la médisance, la diffamation, la tricherie, la division, et la fabrication du faux, le crime…

Ce pouvoir ne vient pas de Dieu car il est le produit de la combinaison de trois éléments : la méchanceté, la trahison et le fétichisme. L’histoire de son accession à la magistrature suprême au Congo-Brazzaville est très édifiante pour comprendre d’où vient son pouvoir; elle justifie la thèse selon laquelle « le pouvoir de Denis Sassou Nguesso ne vient pas de Dieu mais de la combinaison de trois éléments malicieusement conçus : la méchanceté, la trahison et fétichisme (4) »

Le révérend Pasteur Ntumi n’est pas un terroriste mais un résistant qui se bat pour le respect de la légalité et la légitimité constitutionnelle. Monsieur Denis Sassou Nguesso est l’oppresseur qui pratique le terroriste d’État envers les populations du Pool; étant malin et rusé, il veut rouler les congolais et la communauté internationale en jetant l’opprobre à ceux qu’il opprime qui ne savent que se défendre.

Selon Nelson Mandela « C’est toujours l'oppresseur, non l'opprimé qui détermine la forme de lutte. Si l'oppresseur utilise la violence, l'opprimé n'aura pas d'autre choix que de répondre par la violence. Dans notre cas, ce n'était qu’une forme de légitime défense (5) »

Le révérend Pasteur Ntumi ne fait que répondre à la violence utilisée par l’oppresseur monsieur Denis Sassou Nguesso contre les populations du Pool et sa personne; ce qu’il fait n’est pas du terrorisme mais de la légitime défense.

Le révérend Pasteur Ntumi ne peut pas faire confiance à un État et à une justice qui n’existent plus autrement dit qui n’existent que de non. Au Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso a tué l’État : l’armée, la police, la gendarmerie et la justice n’existent plus. Ces institutions régaliennes sont privatisées et deviennent la propriété privée de la famille des Nguesso et ses amis (le clan de la famille).

Si monsieur Denis Sassou Nguesso n’est pas un terroriste, qu’il nous dise sur quel instrument juridique il s’est fondé pour tuer le président Marien Ngouabi, le cardinal Emile Biayenba et le président Alphonse Massamba Débat, renverser le président Pascal Lissouba, changer la constitution, se maintenir par le sang des autres au pouvoir, bombarder les populations du Pool, arrêter arbitrairement les membres de l’opposition, fabriquer les fausses accusations pour arrêter ses adversaires politiques et gérer le pays comme une épicerie familiale ?

Tous les congolais doivent le savoir où ils se trouvent : « monsieur Denis Sassou Nguesso est un petit voyou6 qu’il faut chasser à tout prix du pouvoir; le Congo n’avancera jamais avec ce petit voyou et son clan. » Le temps n’est plus à la division, à la peur et aux discours creux et vains mais à l’action.

Un voyou est toujours sourd aux appels de la raison car il ne comprend pas le langage du dialogue, du compromis, de l’intérêt général, de l’apaisement, du vrai rassemblement et du vrai vivre ensemble.

Maître Céleste Ngantsui

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1- Le Révérend Pasteur Ntumi, de son nom de naissance Frédéric Bitsamou, est né le 29 août 1964 à Brazzaville au Congo. Ses partisans le présentent en tant que responsable religieux, « Pasteur », voire « homme de Dieu ». Au delà de cet aspect religieux, il est le chef des « Ninjas », engagés dans la guerre civile présentée comme la « libération du Pool » contre Denis Sassou Nguesso, de 2002 à 2005.

2- http://www.toupie.org/Dictionnaire/Terrorisme.htm

3- https://fr.wikipedia.org/wiki/Pasteur_Ntumi

4- Le fétichisme désigne, au sens propre, l'adoration des fétiches. Le terme provient étymologiquement 1 de feitiço (« artificiel » puis « sortilège » par extension)

5- Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté (1996) Read more at http://dicocitations.lemonde.fr/citations/citation-128341.php#0BxVtZWrT3qGxU04.99

6- individu peu scrupuleux, qui ne respecte pas les lois, se prend pour un Dieu et agit par canaille.

 


 

Commentaires  

 
0 #9 CV référencement 26-01-2017 09:46
Un grand merci pour cet article, je sais ça va
marcher pour moi aussi sur mes blogs.
Citer
 
 
0 #8 le fils du pays 17-10-2016 08:00
Quarante huit ans de la destruction du Congo par Mt Sassou et ses amis.Les Congolais doivent absolument deloger cet indecrottable et agent de l'empire francais.Il faut chasser du Congo par la force brute Mr Sassou,sa famille,son clan et ses amis de tous bords toutes nationalites confondues
Citer
 
 
0 #7 K 11-10-2016 15:46
Le secrétaire général du Conseil national des Républicains (CNR, parti du pasteur Ntoumi), Jean Gustave Ntondo, a demandé jeudi 6 octobre, à Brazzaville un "cessez-le-feu" dans le département du Pool:"Nous ne sommes pas des terroristes, nous voulons la paix", a-t-il ajouté, soulignant que "nous ne comprenons pas qu'au moment où nous voulons dialoguer, les violences redoublent d'intensité dans le Pool, où la situation est préoccupante" a dit le secrétaire général du Conseil national des Républicains (CNR)."Si le gouvernement et la majorité présidentielle ainsi qu'une plateforme de la société civile, corrompues, peureuse,naïve lèvent la voix pour condamner les soit disant violences perpétrées par les Ninjas dans le Pool, l'opposition réelle incarnée par l'IDC-Frocad.
Citer
 
 
+1 #6 K 11-10-2016 15:44
Si les actions des forces militaires de Sassou Nguesso ont commencé leur sale besogne depuis le début avril, quelques ex-combattants Ninjas n'ont commencé la riposte en"Sassou-Nguesso est dans ce plan de tentative d'extermination des populations « Kongo » dans le but de la pérennisation de la dictature. " attaquant pour la première fois l'armée dans Pool, qu'à la fin du mois de septembre. la catastrophe humanitaire, le génocide des populations du Pool incombent en totalité à Sassou Nguesso et sa clique."
Citer
 
 
0 #5 K 11-10-2016 15:42
Des représentants de l'opposition ainsi que des proches du pasteur Ntumi ont déploré mercredi encore des tirs d'hélicoptères sur plusieurs localités du Pool et de la Bouenza qui auraient selon eux tué des civils. Ntoumi et
ses milices ninjas ne sont pas de terrorists.Ils tentent de protéger les populations civiles comme durant la première grande opération Mouébara de 1998 à 2003.
L'armée clanique de Sassou Nguesso, appuyée par les les hélicoptères de combat, avions de chasse, par les forces terrestres composées de la garde présidentielle , des milices, des mercenaires se livrent réellement à l’ épuration éthnique dans le Pool depuis le 6 avril dernier,en détruisant les localités, à massacrer les paisibles populations, à violer les femmes.
Citer
 
 
0 #4 K 11-10-2016 15:40
Sassou Nguesso est le génocidaire et le terroriste lui et sa clique." Il y a des milliers de morts dans le Pool, suite aux bombardements par avions de chasse, par les helico de combat, aux actions des forces terrestres militaires de Sassou Nguesso recommancés le 6 avril dernier. Encore, le mercredi et jeudi,5 et 6 octobre, le Pool et la Bouenza ont été bombardé par les forces de Sassou Nguesso, alors que le temps devrait être au moins au cessez le feu, à la concertation. Qui commet des exactions sur les populations civiles? Qui est donc le terroriste? Ntoumi ou SWassou Nguesso?
Citer
 
 
-1 #3 K 11-10-2016 15:39
" Personne ne doit le croire en "prétextant d’une attaque des dits Ninjas de Ntumi savamment orchestrée et instrumentalisé e le 4 avril 2016,et qu’il traite de terrorisme, comme il a tenter de le faire pour l'attentat contre l'ambassade du Congo à Paris dans la nuit du 20 juin 2016 qu'il a personnellement monté pour le mettre sur le dos des opposants.Il faut que le monde si sage ne plus tromper par ces mensonges grossiers de Sassou Nguesso pour se démarquer des reponsabilités qui l'incombent en totalité. Sassou Nguesso poursuit son opération du plan Mouébara;le génocide contre les Laris-Bakongo dans le Pool.
Citer
 
 
-1 #2 K 11-10-2016 15:38
Et aucune personne informée dans ce monde ne peut ignorer ceux ci qui datent depuis le retour sanglant en 1997. Personne ne peut dire n’avoir jamasis été informé par l’affaire des disparus du beach,d’ explosions du dépôt de munitions de Mpila le 4 mars 2012 ainsi que du massacre à la maison de Ntsourou. Sassou Nguesso poursuit son opération du plan Mouébara;le génocide contre les Laris-Bakongo dans le Pool ."
Citer
 
 
0 #1 K 11-10-2016 15:36
Depuis plus de 6 mois jour après jour, Sassou Nguesso et sa clique décidés d’exterminer une partie de la population du Congo, continuent avec l'épuration éthnique dans le Pool,sans être inquiétés par la communauté international. Cela est réellement une chose plus que surprenante que le terroriste Sassou Nguesso poursuivent sont travail macabre contre les droits de l’homme, bien que ses crimes depuis plus de 40 ans contre l’humanité soient bien connus.Et personne informé dans ce monde ne peut ignorer ceux ci qui datent depuis le retour sanglant en 1997. Personne ne peut dire n’avoir jamasis été informé par l’affaire des disparus du beach,d’ explosions du dépôt de munitions de Mpila le 4 mars 2012 ainsi que du massacre à la maison de Ntsourou. Sassou Nguesso poursuit son opération du plan Mouébara;le génocide contre les Laris-Bakongo dans le Pool ."
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir