Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Pierre OBA suspecté de crimes de guerre a échappé de justesse à la justice belge

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Pierre OBA suspecté de crimes de guerre a échappé de justesse à la justice belge

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Pierre Oba, actuel ministre des Mines du Congo-Brazzaville et ancien ministre de l'Intérieur, s'est glissé entre les mailles du filet judiciaire tressé par la Belgique et la France alors qu'il est accusé de crimes de guerre commis entre 1997 et 1999 dans son pays, écrivent mercredi Le Soir Mag et le magazine français Marianne.

Selon les deux hebdomadaires, l'homme aurait été repéré à partir du 23 novembre 2015 en Belgique et en France. M. Oba, qui dispose également de la nationalité belge, serait venu chercher sa nouvelle carte d'identité aux services de l'état civil de la commune d'Uccle avant de retourner pendant 40 jours dans sa résidence située en banlieue parisienne, à Sartrouville. Selon certaines sources, il s'y serait rendu pour se soigner.

M. Oba a fait l'objet de plaintes déposées en France et en Belgique en 2001. Le ministre n'a jusqu'à présent jamais pu être interrogé par les autorités judiciaires des deux pays pour répondre de massacres présumés de milliers d'opposants entre 1997 et 1999.

La présence de M. Oba en Belgique et en France a été établie par les enquêteurs. La justice belge s'est dotée d'un mandat d'arrêt international le 21 décembre 2015, fondé sur des indices sérieux quant à l'implication du ministre dans des violations graves du droit humanitaire.

Le 6 janvier, M. Oba ne s'est pas présenté à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle de Paris où il devait embarquer dans un avion à destination de Brazzaville. Il est apparu pourtant six jours plus tard au Congo. Selon les deux hebdomadaires, le ministre aurait quitté la France à bord d'un "avion spécial", échappant ainsi à la justice.

Selon un courrier diplomatique dont Le Soir Mag a obtenu copie, le président congolais Denis Sassou-Nguesso aurait convoqué entre-temps l'ambassadrice de l'Union européenne en poste à Brazzaville, Saskia De Lang, pour lui demander des explications sur la "tentative d'arrestation" d'un de ses ministres, laissant penser que l'information était parvenue à l'intéressé.

La Libre.be

http://www.lalibre.be/actu/international/un-ministre-congolais-suspecte-de-crimes-de-guerre-a-echappe-a-la-justice-belge-5810d868cd70fdfb1a58274c

 


 

Commentaires  

 
0 #2 BHW 30-03-2017 10:03
Write more, thats all I have to say. Literally, it seems as though you relied on the video to make your point.
You definitely know what youre talking about, why waste your intelligence on just posting videos to your weblog when you could be giving us something enlightening to read?
Citer
 
 
0 #1 vlaskez 31-10-2016 15:26
Laisser le tranquil les plus criminels ce sont vous les européens on avait dit la non ingérence dans les affaires d'état les probldes africains n'engagent que les africains eux et non les européens occupéz vous de vos affaires,vous les européens quand est ce que vous allez être traduit en justice,pour tout le mal les assassinats que vous eu à planifier depuis l'Europe ou sur le sol africain même sans parler du vol,pillage qui dure depuis belle lurette !! ...
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir