Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique « Brazzaville, capitale de la France libre, ne l’oublions pas ! "

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

« Brazzaville, capitale de la France libre, ne l’oublions pas ! "

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Une initiative soutenue par le Chef de l’Etat français François Hollande.

 

Si nous considérons que Brazzaville a joué un rôle majeur dans l’histoire de la France libre, si nous pensons que cette ville mérite aussi d’entrer dans le panthéon des villes qui comptent pour la France, si nous estimons que beaucoup de nos parents venant de Brazzaville ont versé leur sang pour la France libre, alors, plaidons ensemble pour la reconnaissance et surtout l’inscription dans les manuels scolaires et de l’histoire française qui fait de : « Brazzaville, capitale de la France libre. » Cette inscription dans les annales de l’histoire de France permettra de fixer la mémoire collective et surtout celle de nos nombreux enfants nés en France qui risquent demain si l’on n’y prend garde d’oublier que Brazzaville fut entre 1940 et 1942, la capitale de la France libre. Ne l’oublions pas, plus que jamais nous demandons cette reconnaissante officielle soutenue par le Chef de l’Etat français François Hollande qui estime que «l’heure est venue de faire entrer Brazzaville, dans le panthéon de ces villes qui ont compté dans l’histoire de la France libre ». A l’instar d’Alger, Londres,

A l'instar d'Alger, Londres, Brazzaville est et restera le symbole vivant de la résistance de la France. La France libre, nous rappelle les historiens est né à partir de juin 1940, lorsque le général de Gaulle organise la Résistance extérieure à partir de la Grande-Bretagne. Là, il œuvre à la reconnaissance de la France Libre et tente de rassembler sous l'emblème de la croix de Lorraine, les territoires de l'Empire colonial et tous les hommes décidés à combattre pour que la France soit présente à la Victoire. Parmi ces hommes, nos pères et nos grands-pères, anciens combattants morts pour la France dont nous ne connaissons, ni sépulture, ni les conditions d’inhumation. Ils sont ainsi morts pour la France dans l’anonymat le plus absolu.

Nous leurs descendants originaires de Brazzaville, conscients du devoir de ce mémoire, demandons que cette histoire de la résistance française à travers Brazzaville soit enseignée dans les cours d’histoire. Oui, comme l’exprimait le Général de Gaulle dans son appel du 18 juin 1940, "La flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas". Alors pour qu’elle ne s’éteigne pas, veuillez signer cette pétition pour : reconnaître que Brazzaville fut la capitale officielle de la France libre, faire figurer dans les manuels d’histoire et autres documents officiels, le rôle de Brazzaville, comme capitale de la France libre, commémorer et se souvenir chaque appel du 18 juin de Brazzaville, comme capitale de la France libre, d’ériger des stèles dans nos villes sur ces villes amies de la France libres, de faciliter pour les familles des anciens combattants vivant à Brazzaville des visas lors des journées du 18 juin et du 14 juillet de chaque année, d’enseigner l’histoire de Brazzaville, capitale de la France libre en France.

Brice Arsène MANKOU

Président du Collectif : « Brazzaville, capitale de la France libre, ne l’oublions pas ! »

Pratique : Entrez en contact avec l'auteur via l'adresse :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  +33684423249 http://www.bricemankou.fr En mentionnant votre nom prénoms et adresse email


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir