17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville: «Je ne me reproche rien», clame André Okombi Salissa

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville: «Je ne me reproche rien», clame André Okombi Salissa

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Il ne s'était pas exprimé depuis le mois d'avril dans les médias. L'ancien candidat à la présidentielle au Congo-Brazzaville, André Okombi Salissa, parle ce soir sur RFI

 

L'ex-ministre de Denis Sassou-Nguesso, passé à l'opposition, vit caché depuis huit mois et la réélection contestée du président congolais. Certains de ses collaborateurs ont été arrêtés, son bras droit a été enlevé et torturé. Lui reste dans la clandestinité alors qu'en début de semaine, les autorités affirment avoir trouvé des armes au domicile de son épouse. André Okombi Salissa est soupçonné de détention illégale d’armes et munitions de guerre, et tentative d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Malgré tout, ce soir, il appelle au dialogue.

« Je ne suis pas dans le schéma de ceux qui pensent conserver le pouvoir ou le conquérir par les armes. Si un juge d'instruction me convoque, je constituerai un conseil qui répondra à la place. Le pouvoir est en train de divertir le peuple. En si peu de temps, le pouvoir a fait plus de cent fois pire que le régime du président Pascal Lissouba que nous avons combattu ; c'est ce qui explique d'ailleurs ma prise de distance de ce système... »

Par Sébastien NEMETH

http://www.rfi.fr/emission/20161123-congo-brazzaville-je-me-reproche-rien-clame-andre-okombi-salissa

RFI

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir