Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique LES DIX VÉRITÉS SUR L'HUMILIATION CUISANTE DE SASSOU N'GUESSO AUX USA

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

LES DIX VÉRITÉS SUR L'HUMILIATION CUISANTE DE SASSOU N'GUESSO AUX USA

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La débâcle diplomatique et l’humiliation subies le Mardi 27 Décembre 2016 en terre américaine par Sassou Nguesso et toute sa diplomatie sont sans précédent dans les annales de l’histoire de la République du Congo, et ce depuis 1960. Et même, de mémoire d’Africains, aucun chef d'État africain en exercice n’a eu une telle humiliation diplomatique depuis 1960, année des pseudo-indépendances. Une débâcle de telle ampleur est à rechercher dans les annales profondes de la diplomatie du monde.

Venons maintenant à quelques vérités sur le “célèbre petit rendez-vous – manqué – du siècle entre le président-élu des USA , Donald Trump et Denis Sassou Nguesso, le dictateur de Brazzaville" :

Vérité numéro 1: Évidemment, les lobbies (groupe d’intérêts, groupes de pressions) travaillant pour la famille Sassou aux Etats-Unis d’Amérique avaient fait leur “minimum" pour décrocher ce “fameux tête-à-tête Trump-Sassou” auprès de certains collaborateurs de Trump. Au passage, ces lobbyistes ont empoché des millions de dollars (des milliards de francs cfa) venant des caisses de la République du Congo, argent qui devrait servir à améliorer les conditions – toujours et toujours archaïques – des populations congolaises. Aux côtés de ces lobbies, quelques langues secrètes chuchotent que Vladimir Poutine aurait mis son doigt dans cet arrangement …

Vérité numéro 2: Le régime dictatorial de Brazzaville a visiblement un réel problème. Pourquoi: eh ben, au vu de leur précipitation sans commune mesure à vouloir rencontrer Trump. Monsieur Trump n’est pas encore le président en exercice des USA. Et on prétend annoncer que Sassou vient discuter avec Trump des questions relatives à la paix en Libye et aux autres sujets sur l’Afrique et le monde. Tout simplement curieux, intenable, pathétique, etc … Sassou Nguesso médiateur dans la crise Libyenne, c’est une moquerie ou quoi ! La Lybie a été déstabilisée (et Kadhafi tué) par les amis ou partenaires de Sassou Nguesso: Nicolas Sarkozy de France, Mme Clinton des USA et les autres de la coalition (Grande-Bretagne, Italie, …) Les présidents africains auraient nommé Sassou Nguesso comme président du Comité de Haut Niveau de l’Union Africaine sur la Libye, on espère que ce n’est pas une moquerie de ce syndicat de dictateurs contre les libyens. Allez poser des questions aux libyens (même responsables) combien sont-ils à connaitre Sassou Nguesso!!!. Spéciale Afrique !

Vérité numéro 3: Le président Barack Obama, en fonction jusqu’au 19 Janvier 2017, n’a pas un problème personnel avec monsieur Sassou Nguesso. Mais Obama avait, dès sa prise de fonction en 2008, annoncé les couleurs: il avait dit qu’il ne traiterait pas avec les “soi-disant hommes forts du continent: en clair avec les dictateurs africains”. Et ces dictateurs n’ont jamais porté Obama dans leur cœur, bien que ce dernier, combattu dans son propre pays n’a rien pu faire pour faire partir ne fût-ce qu’un seul de ces dictateurs. On ne lui en voudra pas trop.

Vérité numéro 4: La mégalomanie avec laquelle Sassou passait en revue les troupes à l’aéroport Maya-Maya et l’arrogance avec laquelle il saluait tous ses ministres venus se courber lors de son départ de Brazzaville le Lundi 26 Décembre 2016 (pour les USA) traduisaient à elles seules les éléments d’un pouvoir au fait de sa gloire; un pouvoir ayant apparemment conquis et vaincu le monde entier (par les armes et par la corruption.) Même Trump et son futur ministre des affaires étrangères étaient vaincus (comme l’ont été Chirac, Hollande, Sarkozy!) Evidemment, les assurances des lobbies et des parents installés aux USA (ambassadeurs, courtisans et autres proches) étaient “absolues, nettes, sûres!” Rien n’échoue jamais à monsieur Sassou. Relisez le fameux communiqué du beau-père ministre Ayessa et la suite.

Regardez ensuite les images de son retour à Brazzaville le Vendredi 30 Décembre à 7H30 du matin (sans fanfares!): la victoire du siècle et les joies annoncées en grandes pompes le Lundi et Mardi 26 et 27 se sont transformées en visibles douches froides, en ténèbres à peine dissimulées.

Les sbires de la presse de propagande accusent aujourd’hui pêle-mêle les medias occidentaux, les medias ouest-africains, les diasporas congolaises d’être à l’origine de l’humiliation – sans commune mesure – de leur chef de bandes. (lire ici: (http://www.portail242.info/Congo-Denis-Sassou-N-Guesso-rega…).

Ces mêmes sbires insultent même madame Hope Hicks, l’une des porte-parole de monsieur Trump de “naïve et d’innocente.” C’est cette dame qui a annoncé au monde entier le “non-rendez-vous entre Trump et le dictateur du Congo.”

Vérité numéro 5: Sassou Nguesso, en quête perpétuelle de reconnaissance, voulait flanquer au président Obama une humiliation manifeste. En 8 ans de séjour à la Maison Blanche de Washington, Sassou Nguesso n’a jamais réussi à obtenir une invitation personnelle en tant que président reconnu et n’a jamais été reçu en tête-à-tête par le couple Obama. En dehors des réceptions de masse (ONU) ou comme celle de 2014 lors du Sommet Afrique – USA pendant laquelle tous les dictateurs s’empressaient de faire des photos de souvenir avec le président Obama, aucun dictateur africain n’a été reçu avec honneur par le président Obama aux USA.

A écouter la jubilation (faussement dissimulée: 1er président africain à être reçu par Trump!) de Moungalla Thierry, le porte-parole du gouvernement de Brazzaville, le Mardi 27 Décembre matin sur les ondes de Radio France Internationale, on croyait assister à la victoire finale suite à une quête mondiale menée depuis longtemps.

Vérité numéro 6 : Évidemment, le régime dictatorial de Brazzaville aurait été plus à l’aise avec l’élection de madame Clinton comme présidente des USA. Raté ! La famille Sassou Nguesso et les Clinton sont depuis longtemps “liés” ! Pendant le coup d’Etat sanglant de 1997 au Congo, c’est Clinton qui était au pouvoir; il ferma yeux et oreilles aux cris du peuple congolais. Les Nguesso ont donné des tonnes d’argent à la fondation des Clinton. Argent donné, non pas pour des raisons humanitaires comme on pourrait l’imaginer, mais en réalité pour acheter des faveurs des Clinton (ce que l’on appelle aux USA: le pay-for-play – genre de mafia corruptrice que monsieur Trunp a dénoncé durant sa campagne et promis de démonter durant son règne.) Autrement dit, du blanchiment d’argent pur et simple, au détriment des populations congolaises. A contrario, l’élection de monsieur Trump a visiblement donné quelques sueurs froides à Brazzaville. Malgré le pragmatisme du guerrier Sassou et celui de monsieur Trump, rien ne semble “réglé” entre les deux hommes, malgré la supposée amitié qui lie les deux à Vladimir Poutine. Rex Tillerson est venu déranger les paisibles sommeils de Brazzaville.

Vérité numéro 7: De la presse internationale francophone basée en France. Toute la matinée du Mardi 27 Décembre, quelques radios et media francophones basées en France ont repris, presqu’à titre de publireportage, l’information de la rencontre du siècle Trump – Sassou. Comme exactement elles avaient fait des publireportages mondiaux sur la visite du ministre congolais des affaires étrangères (Ngakosso) chez Vladimir Poutine en Russie en début de cette année. La vérité est que: on y perd la tête car on est vite amener à soupçonner que tous ces gens reçoivent des ordres et de l‘argent du pouvoir de Brazzaville pour faire un travail que tout journaliste dûment formé dans un pays libre comme la France devrait dénoncer. Merci à quelques esprits éclairés, surtout de la presse anglophone qui ont dans la recherché de la vérité, d’une façon ou d’une autre, contribué à faire échec à ce scenario des grandes mafias du monde.

Vérité numéro 8: Des auteurs de l’échec de la rencontre du siècle et de l’humiliation de Sassou Nguesso et de sa diplomatie, on en saura pas trop, on en dira pas trop. En tous cas pas pour l’instant. Mais au moins, on peut, même dans l’ombre, féliciter le travail de tous ces humains qui œuvrent pour le bien des autres humains. Comme on dit, “chaque victoire a plusieurs parents.” Et c’est tant mieux. De l’actuelle ambassadrice au Congo (Stéphanie Sullivan) en passant par tous les militants des bonnes causes humaines et des libertés fondamentales dans tous les pays, qu’ils trouvent ici la reconnaissance du peuple congolais meurtrie depuis des décennies par la cupidité de ses propres enfants. Celui que les sbires, les griots patentés et les “sans-foi-ni-lois” ont crié qu’il est (ou sera) le premier africain à être reçu par Trump comme chef d’Etat a réalisé qu’il n’a pas finalement le contrôle absolu et la main mise sur le monde entier comme ils se le croient, malgré la puissance de la corruption et de l’argent. Ces sbires et griots accusent les diasporas congolaises et les medias ouest-africains et internationaux d’avoir fait échouer les entreprises de leur maître. Pathétique! Pitoyable! En lieu et place de ces accusations, ces griots et sbires feraient mieux de dire a leur chef “d’acheter toutes les diasporas congolaises et tous les medias” comme ils le font déjà avec beaucoup d’occidentaux arpentant les avenues de Brazzaville dans des véhicules aux vitres noires, avec l’argent des congolais dans des valises.

Vérité numéro 9 : Quelque soient les suites de la diplomatie entre Sassou Nguesso et monsieur Trump, cette humiliation ne restera pas sans traces. Le président-élu Trump, qui très certainement ne connaissait pas l’existence d’un petit pays pétrolier appelé Congo-Brazzaville où règnent toutes les corruptions possibles va apprendre à conjuguer entre ses promesses de “clean up Washington” (nettoyer Washington de ses mafias), la présence de son Secrétaire d’Etat Rex Tillerson et la realpolitik des affaires. Il a sûrement fait la connaissance du Congo grâce à Rex Tillerson ce Mardi 27 Décembre. La cuisante défaite (non méritée) de Tillerson (futur ministre des affaires étrangères des USA) et Exxon Mobil face à Sassou et son clan (en faveur de Elf Aquitaine) dans les années 80-90 au Congo n’est pas quelque chose que l’on efface comme cela, comme si de rien était. Malgré la présence de Poutine. Manifestement, au regard de cet épisode de fin 2016, on a tous compris que Rex Tillerson n’a pas une mémoire courte. Ça prompt !

Vérité numéro 10: Obama n’a pu rien faire pour le continent africain dans sa partie subsaharienne (le débat à ce sujet est plus que profond.) En dehors de Compaoré chassé par le peuple Burkinabé avec le soutien invisible de la France, tous les dictateurs africains sont restés en place durant son règne. En sera-t-il de même pendant tout le règne de monsieur Trump: rien n’est moins sûr. (J’entends déjà certains dire, à la lecture de cette conclusion qui n’en est pas une: vous africains attendez toujours les solutions des autres ! Triste argument car tous ces dictateurs sont là avec la bénédiction des occidentaux.)..

Bien sûr que oui, aucun président américain, anglais, français ou autre ne viendra prendra la place des africains pour réclamer ou établir la démocratie dans leurs pays. Mais nous demandons l’arrêt des assistances multiformes aux dictatures quelles qu’elles soient, d’où qu’elles soient.

Justice Makanda

Diffuse le 31 décembre 2016, par www.congo-liberty.com

 


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir