Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique La rencontre «ratée» entre Sassou-Nguesso et Trump crée des remous

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La rencontre «ratée» entre Sassou-Nguesso et Trump crée des remous

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le président congolais Denis Sassou-Nguesso est de retour à Brazzaville. De sources concordantes, il semblerait donc que la rencontre avec le nouveau président américain, annoncée lundi 26 décembre dans un communiqué officiel puis démentie par l'entourage de Donald Trump, n'ait pas eu lieu. A Brazzaville, cet épisode suscite en tout cas de nombreuses questions et pas mal de critiques.

Mercredi soir encore, le ministre congolais des Affaires étrangères invitait à la patience. « Le temps de la diplomatie n'est pas celui des médias », expliquait Jean-Claude Gackosso depuis la Floride où il se trouvait en compagnie du président congolais.

Chacun s'interrogeait alors sur un hypothétique face à face avec Donald Trump. Depuis, aucune information officielle n'a filtré, et c'est en toute discrétion que Denis Sassou-Nguesso a regagné Brazzaville. De sources concordantes, la rencontre annoncée n'aurait donc finalement pas eu lieu.

Comment expliquer un tel « raté » ? s'interroge une source gouvernementale. Les suppositions vont bon train à Brazzaville, et les critiques aussi.


L'opposition monte au créneau

Sans attendre une possible explication, Paul-Marie Mpouélé, désormais à la tête du Parti des républicains, parle d'une « honte nationale », dénonce un « tourisme présidentiel » et demande que la totalité des frais liés à ce voyage soit reversée dans les caisses de l'Etat. « Comment, à ce niveau, peut-on être aussi amateur ? interroge Paul-Marie Mpouélé. Dans tous les cas, effectuer un déplacement pour aller juste consolider un pouvoir personnel, ce n’est pas ce que les Congolais attendent. En ces temps de crise, où beaucoup de situations sociales sont laissées en suspens, on ne peut pas accepter que le président de la République qui a plus de trente-deux ans de pouvoir, donc qui connaît à peu près comment fonctionne la diplomatie mondiale, puisse effectuer un déplacement de prestige de ce genre sans être certain de rencontrer son homologue américain ? Donc nous réclamons que l’argent public qui a servi à ce déplacement soit restitué en tout cas de manière intégrale au Trésor public ».

Même tonalité dans l'entourage de l'ex-candidat à la présidentielle, Guy-Brice Parfait Kolelas : « C'est un fiasco », s'insurge Vivien Manangou son porte-parole, qui qualifie l'affaire de « Trump gate ».

Vendredi, ils étaient peu nombreux au sein de la majorité à vouloir évoquer publiquement le sujet. Sur son compte Twitter, cependant, le ministre des Zones économiques spéciales, Alain Akouala, estime que « les responsabilités doivent être assumées ».

Par RFI

***


 


 

Commentaires  

 
0 #3 M 02-01-2017 16:33
La presse du pouvoir titre pour ce scénario de tous les temps:“La tentative d’évasion de prisonniers aurait été commanditée par quelques éléments du pasteur du pasteur Frédéric Bintsamou alias Ntoumi qui sont également en détention dans ces geôles. „ Cela est vraiment Cynique et relève d'ailleurs un aveu de faiblesse. Comment les élements de Ntoumi ont'ils pu réussir à pénétrer les enceintes de la prison si bien surveillées et dans une de Brazzaville si bien quadrilllées par les forces de l'ordre au service de Sassou et clique. Sassou Nguesso et sa clique qui font de Ntoumi un mythe, derrière lequel il faut se cacher pour tous les coups, ne peuvent désormais en tout cas tromper que les niais et les comrompus.Ntoumi est' il l' auteur des massacres des disparus de Beach et ceux perpétrés à la maison de Ntourou il ya à peine quelques années?“ Remontons un peu plus loins:"Lorsque Sassou Nguesso et Yhombi-Opango assassinent Marien Ngouabi.
Citer
 
 
0 #2 M 02-01-2017 16:31
Opération d'épuration éthnique, d’extermination dans le Pool. Sassou-Nguesso est un adepte du terrorisme d’État. Sassou-Nguesso humilié et devenu la risée du monde entier a besoin de faire encore usage à la violence, qui est pour lui seul moyen qu'il connait pour faire oublier la honte, les crimes contre l'humanité qu'ils imputent toujours aux autres,particul ièrement à Ntoumi qui n`était qu'un petit enfant quant' il a commencé à les commettre. Comme il fallait s' y attendre, le pouvoir illégitime de Sassou Nguesso, qui n'est autre qu'une organisation criminelle, n'a pas tarder à accuser de nouveau Ntoumi, son victime de tous les temps, pour la dite mutinerie à la maison d’arrêt centrale de Brazzaville, le jeudi 29 décembre 2016 afin de justifier sa poursuite de ses arrestations arbitraires, l'épuration éthnique dans le Pool.
Citer
 
 
0 #1 M 02-01-2017 16:29
Oui, l'équipe (officielle) de Donald Trump a vite compris qu' un chef d'Etat pas du tout recommandable, était en passe d'être, publiquement, reçu par Donald Trump. Les choses ont été stoppées de justesse. Pour masquer son échec, Sassou et son équipe ont cherché vite quelque chose et fournir des images fortes. sur ce plan aussi les choses ne sont pas passées comme prévues.
La mutinerie du 29.12.2016 à la maison d’arrêt de Brazzaville est un coup monté par les extrémistes du pouvoir ultra criminel et Nazi de Sassou Nguesso.Elle visait à abattre J3M, Ntsourou et Paulin Makaya à la sortie de leurs cellules dans la confusion, et créer ainsi des images fortes aptent à détourner l'attention sur l'humiliation subie par Denis Sassou Nguesso aux USA. Le tyran est prêt à faire davantage couler le sang des Congolais pour camoufler son incompétence, ses crimes contre l'humanité et accentuer son opération d'épuration éthnique,
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir