Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique La France gèle les avoirs de trois opposants tchadiens et congolais

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La France gèle les avoirs de trois opposants tchadiens et congolais

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Il ne faut pas s’en prendre aux amis de la France. Trois opposants africains soupçonnés de diriger des mouvements armés viennent de l’apprendre à leurs dépens.

En effet ces trois hommes ont vu leurs avoirs en France gelés sans aucune forme de procès et sans que les autorités françaises ne donnent des justifications.

Le général congolais Ferdinand Mbaou est un partisan de Pascal Lissouba installé en France qui est soupçonné de vouloir détrôner Denis Sassou Nguesso, un allié inconditionnel de la France en Afrique centrale. L’homme qui confirme cette information auprès de l’agence France presse affirme qu’il va faire un recours.

Mahamat Mahadi Ali et Mahamat Nouri deux opposants tchadiens dirigent des rébellions armées qui veulent renverser le président Idriss Deby, allié de la France dans la région du sahel. Le second était même à deux doigts de le renverser en 2008 n’eut été l’intervention française. Leurs avoirs ont également été gelés par des arrêtés du ministère de l’économie.

http://buzz.lanouvelletribune.info/2017/01/france-gele-avoirs-opposants-africains/

 

-------------------------------------

 

Général congolais Ferdinand Mbaou: « mes comptes ont été gelés parce que je m’organise pour aller renverser militairement le pouvoir de Sassou Nguesso »

 

Deux opposants tchadiens et un Congolais sont concernés par le gel de leurs avoirs pour une durée de six mois que le ministère français de l’Économie a annoncé mercredi.

« Les fonds, instruments financiers et ressources économiques » des Tchadiens Mahamat Mahadi Ali et Mahamat Nouri, ainsi que ceux du général congolais Ferdinand Mbaou, ont été gelés « pour une durée de six mois », selon trois arrêtés des ministres de l’Économie et de l’Intérieur publiés le 19 janvier au Journal officiel.

Interrogé par l’AFP, le ministère de l’Économie n’a pas donné plus de détails sur les raisons de ces gels.

Mahamat Mahadi Ali est le président du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), un mouvement de rébellion armé créé début avril 2016.

Le FACT est une branche dissidente de l’ex-Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), mouvement fondé par l’un des plus influents chefs rebelles tchadiens, le général Mahamat Nouri, également visé par ces sanctions.

En février 2008, l’UFDD, réunie avec d’autres rébellions au sein de l’Alliance nationale (AN) dirigée par Mahamat Nouri, avait mené une offensive sur N’Djamena et avait été tout près de renverser le régime du président Idriss Déby, retranché dans son palais.

Le général Ferdinand Mbaou, installé en France depuis 1999, est quant à lui un opposant déclaré au président congolais Denis Sassou Nguesso.

Ancien chef de la garde présidentielle de Pascal Lissouba (1992-1997), le général Mbaou est parti en exil avec ce dernier en 1997 quand Denis Sassou Nguesso a pris le pouvoir par les armes à l’issue de la guerre civile.

« Mes comptes ont été gelés parce que je m’organise pour aller renverser militairement le pouvoir de Sassou Nguesso », a déclaré Ferdinand Mbaou à l’AFP.

« Je me demande pourquoi (les responsables français, ndlr) m’ont sanctionné, alors que je suis ici depuis très longtemps et qu’ils savent qui je suis et quel est mon point de vue », a-t-il observé.

« Je vais faire un recours. Je ne suis pas terroriste, autrement (le général Charles) De Gaulle était un terroriste », a-t-il ajouté en ajoutant que cette sanction « ne change en rien » sa démarche.

VOA avec AFP




Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir