24/02/2017

Dernière mise à jour09:08:30 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Nécrologie : Décès à Brazzaville du Colonel Marcel Ntsourou

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Nécrologie : Décès à Brazzaville du Colonel Marcel Ntsourou

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le valeureux soldat de 2ème classe Marcel Ntsourou est mort ce matin 17 février 2017 à Brazzaville.

www.dac-presse.com a le regret de vous informer, comme on s’y attendait, le régime tribalo-sanguinaire de Mpila vient d’assassiner l’un des plus vaillants soldats des Forces Armées Congolaises (FAC). Le colonel Marcel Ntsourou incarcéré depuis le 16 décembre 2013 est mort ce jour à Brazzaville.

Paix à son âme.

****

Décès du colonel Ntsourou à l'hôpital militaire


La nouvelle est tombée cette fin de matinée. Le colonel Marcel Ntsourou, arrêté le 16 décembre 2013, après qu'une perquisition à son domicile ayant tourné à la guérilla urbaine.

Il croupissait depuis cette année à la Maison d'arrêt aux côtés d'autres prisonniers politiques comme Jean-Marie Michel Mokoko.

Marcel Ntsourou était dans un état sanitaire précaire depuis des mois, ne disposant pas de soins appropriés. Il aurait fait un malaise ce matin assimilé à un AVC qui selon nos informations aurait précipité sa mort. Pour l'instant les autorités congolaises n'ont pas encore annoncé officiellement son décès.

Au fait il est mort la nuit. On a cru le réanimer en vain. Mais aucune déclaration ni annonce n'est faite jusque-là. N'est-ce pas là une opportunité de faire une très bonne analyse...

Le colonel Marcel Ntsourou, ancien secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité (CNR), est décédé ce vendredi à la mi-journée à l’hôpital militaire de Brazzaville. Il y avait été transféré après un malaise qui l’a plongé dans le coma à la maison d’arrêt où il était incarcéré depuis 2014. Une information donnée par l’un de ses avocats, Me Eric Yvon Ibouanga. Le colonel Ntsourou avait été jugé successivement en 2013 et 2014 et condamné aux travaux à perpétuité pour atteinte à la «sûreté de l’Etat». Bras droit du président Denis Sassou-Nguesso qu’il a aidé à reconquérir le pouvoir par les armes en 1997, il était tombé en disgrâce après les explosions meurtrières dans un dépôt de munitions de l’armée en mars 2012 à Brazzaville.

Mort par empoisonnement du Colonel Marcel Ntsourou à la maison d’arrêt de Brazzaville ?

Suite à l’annonce par les réseaux sociaux de la mort du Colonel Marcel Ntsourou, le pouvoir de Brazzaville est entrain de libérer les élèves et les travailleurs, mais une bonne partie de la ville ne sait pas trop ce qui se passe. Le centre-ville de Brazzaville se vide petit à petit.

Pour rappel, le colonel Marcel Ntsourou aurait vomi du sang toute la nuit (certainement après un empoisonnement) et personne n’est venu à son secours. Il est donc mort à la maison d’arrêt de Brazzaville.

C’est un corps sans vie que les miliciens de Sassou Nguesso ont transporté à l’hôpital Central des Armées de Brazzaville.

Comme par hasard Denis Sassou Nguesso se trouverait en Guinée Équatoriale.

Le corps du colonel Marcel Ntsourou vient de quitter l'hôpital militaire pour la morgue du CHU. Impossible de passer par la morgue. Le centre-ville de Brazzaville s'est vidé.

Ref-image: la morgue de Brazzaville bloquée par les miliciens de Denis Sassou Nguesso.

 

Commentaires  

 
+2 #2 Ngolotou 17-02-2017 16:21
Denis Sassou Nguesso commanditaire des disparus du beach et sa bande continuent à assassinner, à massacrer. Que tous les congolais et l’opinion internationale prennent acte de ce qui se passe dans la république du Congo, qui est devenue une prison ouverte. Combien d’opposants, des gens vont encore mourrir au Congo où Sassou Nguesso et clique ne vont que tuer, se livrer au génocide dans le Pool, se livrer à l’achat des conscience, à la corruption à grande échelle, jouer Avec l’argent des richesse du Congo?
Citer
 
 
+1 #1 Malanda Noëlle 17-02-2017 14:39
Les civiles congolais ont peur de se soulever sans le soutien de l'armée. Ntsourou a été torturé et assassiné en prison. La version officielle de la cause et du lieu de sa mort n'est que mensonge. Comptez le nombre d'assassinats sous le règne de Sassou et aucun militaire vaillant ne peut nous sortir des mains de ce bourreau? L'armée du peuple est passée où? La police qui doit protéger le peuple fait quoi? L'argent fini, tout passera, le Congo qui est notre bien commun restera mais dans quel état? Ntumi, Mokoko, Okombi, Boukadia, Makaya et tous ceux qui sont en prison subiront le même sort c'est à dire la mort. Pourquoi? Parce qu'ils veulent vivre libres au Congo, parce qu'ils veulent que la démocratie revienne au Congo. Le prix à payer est bien trop lourd mes chers compatriotes. Il est temps que Sassou arrête de tuer les congolais. Nous demandons à la police et à l'armée de faire arrêter ces assassinats en mettant cet imposteur de Sassou aux arrêts. Vive le Congo. Vive la démocratie.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir