Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Hervé Mahicka écrit au FMI

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Hervé Mahicka écrit au FMI

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

A  Madame la directrice générale du Fond Monétaire International

 


Madame,

C’est avec une profonde consternation que nous avons appris l’intention de l’institution dont vous avez la charge de venir en aide au régime de Monsieur Denis SASSOU NGUESSO du Congo.

Ce qui choque avant tout dans votre démarche c’est qu’elle intervient la semaine même où le département d’Etat américain a publié son rapport sur ce pays. Rapport dont la teneur est le réquisitoire le plus sombre jamais adressé à une dictature depuis la fin de seconde guerre mondiale. Les autorités américaines ont en effet écrit qu’au cours de trois dernières années « ce régime a violé presque toutes les lois internes, sa constitution et toutes les conventions internationales auxquelles il est partie ». On y décrit une prison à ciel ouvert, un Far West où des policiers tuent des enfants de 15 ans sans être inquiétés, le viol y est un droit et les journalistes sont emprisonnés avec les opposants sans respect d’aucune procédure!

Comment pouvez-vous volez au secours d’un tel régime si barbare en sachant pertinemment que votre soutien va le prolonger ?

Comment pouvez vous signez avec un président illégitime sans tenir compte du droit de celui qui lui succédera de refuser de respecter cet accord ?

Comment votre mission n’épingle t-elle pas la responsabilité, l’incompétence et l’incurie du gestionnaire suprême lui-même, gestionnaire unique en réalité ?

Comment pouvez-vous annoncer des mesures « pour restaurer la confiance des investisseurs » alors que l’unique bénéficiaire du business dans le pays c’est lui-même et à sa famille ?

Pourquoi faites-vous semblant d’ignorer que le pétrole congolais est vendu par le fils de Monsieur SASSOU NGUESSO très officiellement, encaissé par lui et planqué pour le compte de la famille comme le signale le scandale des Panama Pepers auquel ils figurent ?

Pourquoi prêtez-vous de l’argent à un des régimes les plus corrompus de la planète sans émettre la moindre condition sur la lutte contre la corruption, l’obligation de transparence et le rapatriement des fonds extorqués au peuple congolais ?

Pourquoi faites-vous semblant de vouloir croire que ces maigres ressources que vous allez leur donner soulageront le peuple quand vous savez que la grande croissance des 12 dernières années fastes ne lui a en rien profité ?
Pourquoi ne constatez vous pas qu’ils n’ont aucune solution pour sortir le Congo de ses difficultés depuis 33 ans, et que d’autres pourraient en avoir ?

Votre argument justificatif qui est de soutenir ce clan pour renforcer les capacités du Congo et sa contribution aux réserves de change au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale est une circonstance aggravante. Le peuple congolais n’a pas à payer pour vivre sous le joug d’un régime aussi brutal, incompétent, clanique et vieux de 33 ans pour sauver la stabilité de la zone économique la plus corrompue, la moins réfractaire au développement et la moins démocratique au monde.

Le monde a changé Madame ! La démocratie, les droits de l’homme la transparence, la justice, la liberté de participer à la gestion de son pays sont des valeurs qui comptent aujourd’hui et pas que pour les Blancs !

Le Congo et les Congolais survivront sans un rond durant des années. Le seul qui en pâtira c’est le régime de SASSOU NGUESSO.

Madame,

Vous pouvez essayer de vous cacher derrière une mission purement économique mais je vous rappelle que Walter Funk, ministre de l’économie du IIIè Reich comparut au tribunal de Nuremberg où il fut reconnu coupable de crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l'humanité et condamné à la prison à perpétuité. Qu’avait il fait ? Accepter l’or des déportés dans les caisses de la Reichsbank. Vous allez encore plus loin :

Vous êtes entrain de vous rendre coupable de complicité de corruption, de financement d’un projet politique dont le but est de pérenniser un clan illégitime au pouvoir, de financement d’une armée et d’une police d’hors la loi qui tueront, violeront, emprisonneront et tortureront grâce à votre argent. Vous ne pourriez pas dire que vous l’ignoriez :
VOUS LE SAVEZ, VOUS LE SAVEZ, VOUS LE SAVEZ !!!

Si vous leur prêtez cet argent, sachez madame que c’est en votre nom propre que vous le prêterez à la famille NGUESSO et que s’ils sont renversés, jamais le peuple congolais libre ne remboursera un centime de l’argent de son esclavage et de sa torture. JAMAIS.
Quelle insulte !
Nous en ferons une clause d’honneur national et un cas d’école universel qui ralliera les opinions publiques mondiales à notre cause. Vous perdrez, soyez en assurée car contrairement à vous pour qui ce n’est qu’un papier à signer, nous avons des familles et des proches à sauver. Un jour il vous sera exigé d’organiser un référendum à chaque fois que voudrez engager des nations dans vos programmes d’appauvrissement durables.

Retirez-vous de cette entreprise criminelle pendant qu’il est encore temps.

A bon entendeur !

Fait à Paris le 13 mars 2017


Hervé MAHICKA

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir