21/10/2017

Dernière mise à jour06:52:55 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Décès du ministre Damase Ngollo

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Décès du ministre Damase Ngollo

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Des sources concordantes affirment que l'ancien ministre des travaux publics est mort en France mais de suite d'une maladie non encore élucidée;
Le ministre Damase Ngollo fut limogé du dernier gouvernement avant que le ministre Clément MOUAMBA ne prenne la primature après la réélection pour le 3e mandat du président Denis Sassou Nguesso en 2016.

 

 

Comme la maladie des hommes au pouvoir de Brazzaville est toujours la chasse gardée de leurs entourages et le bilan de santé de ces hommes est toujours gardé secret, il faut attendre tout de l'étranger pour connaitre le nom de la maladie qui a emporté l'ancien ministre des travaux publics.

Raymond Damase Ngollo a été l'un des plus grands compagnons de lutte du président Denis Sassou Nguesso. Pilier du Comité militaire du parti (CMP) à la mort du président Marien Ngouabi en 1977, il est également cité membre de l'équipe qui chassa le président Pascal Lissouba du pouvoir en 1997 sous les pétarades de la guerre du 5 juin et qui ramena le président Sassou au pouvoir.

Ses détracteurs ont toujours laissé entendre que c'est lui qui creva, les yeux du défunt président Alphonse Massamba -Débat désigné comme l'un du groupe des assassins du président Marien Ngouabi. Et le président Alphonse Massamba Débat porté disparu n'a pas de tombe jusqu'à ce jour.

A l'époque, Raymond Damase Ngollo occupait le poste de parole du Comité Militaire du Parti; le parti Congolais du travail.

Le ministre Raymond Damase Ngollo était aussi militaire au grade de général a été ministre de 1979 à 1992 puis de 1997 à 2015.

Paix à son âme

La griffeinfos Journal


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir