Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Campagne de désarmement dans le département du Pool : Sassou Nguesso, le pompier pyromane

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Campagne de désarmement dans le département du Pool : Sassou Nguesso, le pompier pyromane

Envoyer Imprimer PDF

Comme nous le savons tous, la région du Pool est l’une des régions qui a le plus souffert des affres des différentes guerres entre 1998-2002 que le pouvoir de Mpila a imposé au Congo-Brazzaville.

Une véritable politique de la terre brûlée « avec la destruction systématique des cultures vivrières, arbres fruitiers, empoisonnement volontaire des cours d’eau » et massacre des populations à huit clos y ont été perpétrés.

Aujourd’hui cette région, malgré sa proximité avec la capitale, est la plus sinistrée, avec le taux de scolarisation le plus faible du pays et les zones d’insécurité y sont nombreuses.

Il ne faut pas avoir peur de dire que la préméditation de la destruction de cette belle région par le pouvoir de Brazzaville, ne laisse aucun doute et cela dès la fin de la guerre en octobre 1997, pour la faire payer le rôle majeur que ses ressortissants ont joué dans la chute du pouvoir de Sassou Nguesso avec l’avènement de la démocratie en 1991.

Au moment où le gouvernement illégitime de Brazzaville par le biais du haut commissaire à la réinsertion des ex-combattants, l’ex patron de la milice populaire Michel Ngakala lançait le 25 juin 2011, une énième campagne de désarmement dans le département du Pool, en partenariat avec les agences du système des Nations Unies, je ne peux m’empêcher de me poser la question de savoir, comment toutes ces armes de guerre se sont retrouvées dans ce département et comment pendant toutes ces années le chef des rebelles, le pasteur Ntoumi a pu financer cette guerre et entretenir ses troupes ?

L’évangile nous enseigne que le seigneur avait multiplié du pain et je veux bien croire que par le Saint-Esprit, le Pasteur Ntoumi soigne les fous, mais je refuse de croire qu’il multipliait des armes et munitions car notre Seigneur tout puissant, ne l’aurait pas permis.

Aucune réponse aux questions sur le ravitaillement en arme de guerre de Ntoumi n’a été apportée à ce jour !

La vérité, le chef des rebelles a été financé par Sassou Nguesso et le cynisme de ses généraux d’opérette ont pérennisé la guerre car des budgets considérables y étaient alloués, donnant aux uns et aux autres, l’occasion inespérée de s’enrichir illicitement au détriment de la vie des populations.

Selon une enquête menée en 2005 par une ONG américaine au Congo, plusieurs centaines d’armes circuleraient encore entre les mains inexpertes, notamment dans le département du Pool où quelque 5.000 ex-combattants ninjas étaient concernés par le programme national de démobilisation, désarmement et réinsertion (PNDDR).

Les Congolais doivent savoir que l’ex milicien Ngakala Michel n’a pas été nommé à ce poste par hasard car il est l’épine dorsale de ce système.

En effet, Michel Ngakala a parmi ces nombreuses épouses, la journaliste Marie Jeanne Kouloumbou actuellement en poste au Conseil supérieur de la communication dont le cousin n’est autre que le chef des rebelles, le Pasteur Ntoumi.

Le haut commissaire à la réinsertion des ex-combattants, le milicien Michel Ngakala est à l’un des postes les plus juteux de la république, il n’ y a qu’à voir les différents budgets des années précédentes et les milliards de CFA qui sont consacrés au chapitre de la paix et de la pacification du pays.

Cette opération de désarmement est nécessaire et indispensable pour notre propre sécurité, donc est une bonne chose. Mais désarmement, il doit avoir dans les quartiers de Brazzaville et les régions nord du pays où des armes continuent d’être stockées par les dignitaires du pouvoir.

La capitale Brazzaville bien qu’autonome est située géographiquement dans le département du Pool et cette proximité aurait due être un avantage pour son développement agro-pastoral, afin de nourrir le million d’habitant de la capitale et rendre ses ressortissants prospèrent et non des "BALA BA TSANA”.

Malheureusement, le département du Pool est victime du pouvoir mortifère de Sassou Nguesso avec la complicité d’une partie de ses élites dont l’intérêt pour l’argent et le matériel ont pris le dessus sur les valeurs et la culture millénaire du KIMUNTU, KIYENGUI, KINTUARI, LOUZOLO du KONGO DIA NTOTELA.

Mingua mia Biango, Président du cercle de réflexion pour des idées nouvelles


Commentaires  

 
0 #2 www.pbase.com 20-12-2015 22:38
You see that YouTube stars who possess belatedly experimented with get across into popular Hollywood
have actually quickly lost their influence and attraction amongst young adults.


Here is my web blog :: www.pbase.com: http://www.pbase.com/michaelclarke007/the_marketing_heaven
Citer
 
 
-1 #1 Henrie Touré 28-06-2011 15:46
Je vais être clair à ce propos, ce Pasteur Ntumi, ce Ngakala, ce Nvouba, le Mcddi, les gouvernements de Sassou et certains chefs militaires de la FAC, des préfets et députés du pool devront répondre devant un tribunal congolais pour responsabilités dans la destructions de l'environnement de de cette région, des crimes commis, et de l'insécurité. Une plainte va être émis par un collectif sous saisine du congrès américain pour les crimes et déstabilisation de cette région. La région du pool pour ceux qui l'a fréquentent n'est plus ce qu'elle a était il y a 20 ans ou 30 ans. Et nous souhaitons qu'elle retrouve sa stabilité et poursuive ses buts celle d'un développement vivrière, d’élevages et entre dans la mécanisation et l'industrialisati on agricole comme le veut des partenaires sérieux, fils du pays, pour le bien être du Congo.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir