Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : S'indigner ne suffit plus.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : S'indigner ne suffit plus.

Envoyer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

" Le véritable héroïsme n'est pas l'absence de peur mais la canalisation de la peur vers l'action. " Doric Germain : Extrait de Le soleil se lève au nord.

Dans notre société congolaise secouée par une fuite en avant, une désaffection grandissante à l'égard de l'activité politique laisse libre court aux personnes investies d'une quelconque  autorité d'abuser injustement de leur pouvoir. Le ballottage des médias et de la presse condamne  les populations à subir un abreuvage orientée et totalement partial  de l'information. Si le peuple congolais est victime de cette culture de la désinformation sur le terrain favorisé par le pouvoir en place, ceux de l'extérieur ont le devoir d'éclairer l'opinion sur l'état réel de notre pays. C'est cela la liberté d'expression, porter l'information juste et impartiale à tous ceux qui en sont privés. La démarche de Patrick Eric MAMPOUYA s'inscrit dans cette optique pour dénoncer, comme l'ont précédemment fait beaucoup d'autres avant lui, l'accaparement de tous les leviers du Congo par un clan qui en abuse en traumatisant et appauvrissant  le peuple. Nous n'oublions pas ceux qui ont sacrifié leur vie comme Bruno OSSEBI, et ceux qui ont été arbitrairement incarcéré comme  Gilbert NSONGUISSA MOULANGOU pour ne citer que ces deux cas.   S'indigner contre cela ne  suffit plus. Il faut y adjoindre un consensus populaire et unitaire  pour susciter une adhésion nationale pour restaurer une vraie justice sociale et démocratique.

La mobilisation aujourd'hui autour d'une volonté de dialogue avec tous les partenaires exclus par cette politique de déni de démocratie instaurée par le pouvoir de Brazzaville est grandissante. Notre société actuellement regorge plus des gens qui sont " contre " et pendant que  se raréfie ceux qui sont  " pour "  cette politique déshumanisante. Tout le problème repose, non pas sur le courage politique des uns et des autres à aller braver la dictature, mais dans la cohésion pour mener une action concertée et solidaire dans un but précis. Les tentatives solitaires et non concertées affaiblissent  notre action et peut renforcer le pouvoir de Brazzaville à accélérer ses manœuvres de récupération, d'étouffement dans l'œuf de toute velléité de revendication  sociale.

Nous ne devrions pas nous s'opposer à cette dictature comme des amateurs ni encore moins comme des prédateurs égoïstes dans la mesure ou notre action ne dessine rien de commun et de bien précis  à l'horizon, a part vouloir le départ de Mr SASSOU. N'oublions pas le cas de Thierry MOUNGALLA , un ancien virulent contre le pouvoir de Brazzaville , mais qui s'est révélé comme étant un prédateur assoiffé de pouvoir.

Nous devrions savoir valoriser notre indignation positive et surtout ne pas tomber dans une colère régressive. Notre souhait de revendications a un but, celui de mettre en mouvement toutes les forces patriotiques en branle pour des actions transformatrices.

Les actions isolées, comme sont tentées de les mener  bon nombre d'entre nous,  conduisent forcément à décrédibiliser la véritable raison de notre indignation. Ceci  renforce l'hypothèse que la diaspora est incapable de modifier la situation insupportable que traverse notre pays par une analyse constructive et  raisonnée. Or, nous le savions tous que ce n'est pas le cas. Au sein de notre communauté, les analyses ont été faites et les pistes  clairement identifiés. Il ne s'agit pas d'aller débusquer les coupables dans leur  terroir en dramatisant à outrance notre mécontentement. Ni encore moins de susciter des guérillas urbaines totalement incontrôlables.

Aujourd'hui l'un d'en nous  a été interpellé et questionné, demain çà sera le tour d'un autre et ainsi de suite et nous nous contenterons de publier des communiqués ? Notre action sera ainsi minée de l'intérieur faute d'avoir suffisamment su s'organiser et se mobiliser de concert.  Aussi gardons-nous de faire extrêmement attention du positionnement plus ambiguë de beaucoup  d'entre nous qui se font passer pour des opposants au régime de M. SASSOU. De même gardons-nous de plébisciter des héros qui le font par calculs pour des intérêts mesquins et égoïstes. Parfois nous acclamons ceux qui ne le méritent peut-être pas. La prudence et la responsabilité sont des principes qui doivent impérativement guider notre action. Autrement  nous nous réveillerons submergés par nos adversaires traînés à nos portes par ceux-là même que nous pensons être les héros.

La peur a peut-être change de camp, mais il est aussi visible que l'individualisme, l'égocentrisme saborde notre action. Ce quelque chose dont nous avions besoin pour s'orienter vers une clarification de la situation actuelle est une organisation seule et unique pour parler d'une seule voie et d'animer toutes nos revendications. Nous avons besoin d'une cohérence dans les actions, qui pourtant ne sous divise point, afin qu'elles soient soutenues par l'ensemble des gens mécontents, pas forcément seulement ceux de la diaspora. Si l'on arrive à s'entendre sur l'essentiel et s'accorder sur la manière d'agir, il sera plus aisé de formuler des programmes, des projets, des actions à mener pouvant favoriser une adhésion nationale   susceptible d'engrener la majorité des congolais qui ne sont pas forcément ceux qui sont en colère aujourd'hui. S'indigner pour favoriser le changement contre le chaos politique actuel doit être un combat commun c'est ainsi qu'on pèsera politiquement, sans bien-sur  cesser de combattre, pour instaurer la démocratie.

www.dac-presse.com

---------------------------------------------

NDLR : La politique congolaise est régie uniquement par l’ambition et le rêve de pouvoir. Les partis politiques se forment autour d’un homme qu’ils sont supposés porter au plus haut, mais pas autour de concepts sociétaux. Si l’on excepte Denis Sassou Nguesso, avec ses programmes « langue de bois » à l’appellation très pub à trois sous (Nouvelle Espérance hier, Chemin d’Avenir aujourd’hui), personne n’est à même de poser sur la table un programme de société. Il faut en produire au moins un auquel les congolais seraient à même de croire et adhérer.

Les partis politiques focalisent leurs actions sur leurs luttes internes, et négligent totalement les besoins du pays et de ses habitants. Les alliances se font et se défont au gré des intérêts individuels.

Remplacer Sassou par un homme qui agirait avec l’état d’esprit qui anime les représentants de la classe politique congolaise actuelle ne résoudrait rien au problème et ne ferait que pérenniser la politique féodale qui préside aujourd’hui aux destinées du pays.

La clé réside dans l’émergence d’une classe politique porteuse d’idées et de solutions. Mais quels sont à ce jour les congolais capables de faire passer l’intérêt général avant le leur ? Joe Washington Ebina, Marion Michel Madzimba Ehouango font peut-être partie de ceux qui sont aptes à porter cette utopie. Hélas, le pouvoir possède en lui les germes de sa corruption et trop nombreux sont les privilégiés qui feront tout pour ne rien perdre de leurs avantages.

YS:  http://congo-dechaine.info/

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir