23/10/2017

Dernière mise à jour08:58:55 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Retour sur un discours très controversé.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Retour sur un discours très controversé.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

TRIBUNE LIBRE

L'immense ras-le bol des congolais.

Le discours creux et totalement démagogue de Mr SASSOU à l' occasion de la fête nationale du 15 Août 2011 est le reflet d'un dirigeant qui continue à s'enfermer dans le mensonge et les fausses promesses. Voilà un peu plus de 27 ans qu'il promet faire du Congo-Brazzaville une nation rassembler autour  des questions de justice sociale et de lutte contre la pauvreté, sans pour autant sur le terrain cela soit suivi d'effet.

Il se trouve que, plus les années passent, plus elles se ressemblent entraînant chaque jour le même lot quotidien de privations, d'injustice, d'inflation et aujourd'hui encore pire de la gabegie atteignant des proportions inimaginable. Mais toujours égal a lui-même, Mr SASSOU rassure que le pire est derrière nous et que le Congo peut espérer regarder sans inquiétude l'avenir avec un certain optimisme. Ce nouvel élan d'optimisme qu'il projette à l'horizon 2025 fera du Congo-Brazzaville un pays d'émergence et de développement à travers le nouveau slogan  " Congo Vision 2025 ".

Au regard des résultats de  ces derniers programmes "  Nouvelle espérance " "  Municipalisation accélérée "  " Chemins d'avenir " etc., cet optimisme affiché aujourd'hui est loin de rassurer  les congolais. Pire encore les ratés et les œuvres inachevées de certaines municipalisations accélérées inondent le paysage de certaines régions comme des monuments de la honte. Ces images indigestes et pathétiques témoignent de l'ampleur des échecs accumulés.

Devant l'immense ras bol des congolais, la naïveté légendaire de ces derniers n'est plus d'actualité. Les congolais sont conscients de l'énorme gâchis qui s'opère sous leurs yeux de toute cette richesse nationale  exploitée égoïstement par une frange des usurpateurs qui pondent chaque année des slogans pompeux et complètement incohérents. Les valeurs prétendument prônées par Mr SASSOU, justice sociale, égalité des chances, emploi pour tous, développement nationale etc  ne sont que de la poudre aux yeux. Cela ressemble fort bien aux promesses d'un groupe d'anthropophage qui nous réserve une place de choix sur leur futur menu.

Seulement les congolais ont ouvert les gens pour s'apercevoir quel genre de dirigeant les gouvernent. Ce ramassis de concepts et pseudo programme calqué sur les discours de certains leaders américains en l'occurrence le président OBAMA est loin de s'adapter à la réalité congolaise. Un pays ou tout est à reconstruire, à façonner, à développer au-delà de toutes ses  promesses.  Les opérations de municipalisation accélérée sont loin d'avoir répondu aux attentes des populations.

Brazzaville ayant déjà connu deux municipalisations croupit toujours dans  une insalubrité indescriptible. Le processus de modernisation de la ville prôné par M SASSOU et le maire de Brazzaville  depuis  plus de cinq ans se fait toujours attendre. Les rues de Brazzaville sont toujours jonchées d'immondices et de détritus de tous genres qui côtoient les citoyens dans leur quotidien. Le problème de délestage dont le calvaire aurait dû prendre fin en 2010, selon le ministre de l'énergie  continue de priver les congolais d'une existence paisible et moderne en profitant des bienfaits d'une électricité permanente et sûre.

La modernisation de l'Université Marien Ngouabi  annoncée depuis plus de trois est encore à l étape d'étude de faisabilité alors son entrée en action était programmé pour fin 2012. Pendant ce temps,  les étudiants congolais continuent à suivre les enseignements dans les infrastructures totalement obsolètes et inadaptées.

La réduction de la fracture sociale et des mesures de luttes contre la pauvreté  annoncée lors de son discours du cinquantenaire de l'indépendance ne sont nullement observés dans le quotidien des congolais. Le taux de chômage toujours galopant  fait de la jeunesse congolaise la première victime, l'augmentation de salaires des congolais  est largement en deçà des attentes des congolais. Alors que Mr SASSOU déclare je cite  " Il y a un an, le 13 août 2010, ici même, m'acquittant du même devoir, je déclarais que la conjoncture nous offrait des indications qui laissaient espérer, pour le Congo, des perspectives heureuses...  " Es-c'est le cas ?  Nous laissons le libre choix aux congolais d'en juger.

L'aggravation  des actes de banditisme et l'accroissement de l'impunité dont bénéficient certains congolais augmentent la frustration et le sentiment de ne pas appartenir a une même nation. Le manque d'exemplarité et l'absence de sanction  qui règne au sommet de l'état depuis des années favorisent des détournements et des trafics de tous genres. Comme le signale nos confères de la semaine africaine : "Plus de quatre mois après avoir subi le contrôle initié par le Ministère des finances, du budget et du portefeuille public,  plus de la moitié des fonctionnaires de Pointe-Noire attendent, toujours, de retrouver leurs comptes crédités en banque pour leurs salaires. Ce qui n'est pas encore le cas. A chaque paye, ils sont contraints d'aller se bousculer au trésor public. Pire, ils doivent attendre une délégation venant de Brazzaville, avec les bulletins de solde, pour toucher leurs salaires. Et cette délégation n'est jamais pressée. Pour le salaire du mois de juillet, par exemple, il n'était toujours pas payé, jusqu'au 8 août dernier. Les agents du trésor public de Brazzaville se font le malin plaisir de retarder le rétablissement des salaires par virement bancaire, afin de se taper des frais de missions, chaque mois, pour aller payer les fonctionnaires à Pointe-Noire. Compte tenu de cette situation, les fonctionnaires à Pointe-Noire sont dans la grogne. Vont-ils débrayer? En tout cas, la tension est à son comble. Si rien n'est fait, il y a lieu de craindre le pire. "

De même nous dénonçons le manque respect des recommandations prises lors de leur dernier congrès sur  le cumul des mandats. Il se trouve qu'à l'exception de Mme Jeanne-Françoise LECKOMBA LOUMETO-POMBO, plusieurs membres du Bureau politique du PCT ont conservé leurs postes ministériels dans l'actuel gouvernement publié ce 17 Aout 2011. Et ce  contrairement à la volonté affichés par ces mêmes  dirigeants de combattre les antivaleurs qui gangrène la vie politique congolaise. Cette preuve de mauvaise foi est indigne des responsables politiques. C'est également la preuve qu'il y a bel et bien un grand écart entre le discours de Mr SASSOU et les actes de son gouvernement dont 95% de ses ministres sont issus du PCT.

Comment Mr SASSOU peut-il affirmer avec autant de détachement que je cite : " Le Congo, je le dis, avec confiance, sérénité et assurance, est résolument sur la bonne voie : la voie du progrès et du développement. " Citant toujours en référence  la semaine Africaine en parlant  des conditions de voyages inhumaines sur le CFCO nous notons ceci: " Le trafic voyageur sur le C.f.c.o (Chemin de fer Congo océan) est très intense, en cette période des grandes vacances scolaires. Seulement, les conditions de voyage laissent à désirer dans les trains. Les témoignages sont poignants: les wagons sont surchargés, beaucoup de passagers sont tenus de voyager debout, car il est impossible de s'asseoir ou même de s'accroupir, les fenêtres des wagons sont, souvent, fermées, les sièges manquent de confort et les passagers sont contraints de s'entasser à quatre, voire six, etc. Le spectacle est ahurissant, se plaignent les passagers. Tout cela n'est pas du tout indiqué pour un voyage en train. Le 2 août dernier, par exemple, trois femmes se sont évanouies à la gare ferroviaire de Brazzaville, suite à un étouffement dans un train express. C'est comme une alerte. Il est temps, pour la direction du C.f.c.o, d'humaniser les conditions de voyage des passagers, pour éviter une situation autrement plus dramatique. En attendant, il faut saluer la décision prise par le C.f.c.o de prévoir, désormais, trois voyages par semaine, chaque lundi, mercredi et vendredi, au départ de Pointe-Noire, et chaque mardi, jeudi et samedi, au départ de Brazzaville. "

Faudrait-il que la réhabilitation du CFCO soit réellement une priorité et mise en chantier rapidement et non continuer à servir au peuple ce chapelet répétitif des mensonges tous les ans.

Ces mêmes plaintes nous parviennent des congolais qui sont mal reçus dans les administrations publiques, mal soignés dans les hôpitaux publiques,  leur sécurité souvent mise en danger par ceux là même qui devraient la garantir c'est-à-dire les forces de l'ordre dont le gangstérisme fait office de loi. Une armée complètement politisée à la solde de Mr SASSOU est loin de jouer son rôle  républicain de garante de la nation. Ainsi, au lieu de la paix, Mr SASSOU en monopolisant l'armée agite  le spectre de la violence comme argument de gouvernance.

La livraison sans aucune mesure préalable de sécurité du tronçon Pointe-Noire -Dolisie  est aujourd'hui le théâtre désolant des accidents à répétition. Car les citoyens, livrés à eux-mêmes, sur cette route sans panneau de signalisation de vitesse, sans aucune mesure  de prévention routière et policière, est entrain de se transformer en boulevard de la mort. Loin de nous l'idée de critiquer le bien fondé de cette route mais cela implique également une grande responsabilité de l'état de garantir la sécurité de son utilisation. Il ne s'agit pas de réaliser les belles œuvres mais également de s'en assurer qu'elles seront préventivement au service du bien-être du peuple.

Sur le plan du respect des libertés, Mr SASSOU est loin d'être un exemple du respect des libertés fondamentales des citoyens. Son goût pour l'espionnage à outrance des citoyens n'est plus à démontrer. L'intimidation et les arrestations arbitraires sont les moyens régulièrement utilisées par Mr SASSOU. En effet, contrairement a ces propos, les prisons congolaises  croupissent encore des hommes incarcérés pour leurs idéaux démocratiques. Les arrestations et détentions de personnes exprimant leur ras le bol,  leurs opinions sont toujours d'actualités et auraient même tendance à s'amplifier ces dernières années selon l'OCDH et RPDH.  De même la recrudescence des mesures d'interdictions des réunions politiques tend à montrer que le Congo-Brazzaville est sous un régime plutôt policier et anti-démocratique. C'est pourquoi nous dénonçons avec force cette affirmation fausse de la part de Mr SASSOU  je cite : " Dans le domaine de la justice probablement plus qu'ailleurs, la probité, l'éthique, la morale, la rigueur intellectuelle sont à cultiver avec soin, de façon particulière, tant l'exigence sociale y est plus forte en raison de ce que la justice, est appelée à protéger et à garantir les droits et libertés des citoyens, gage d'une République sûre. "'
Le citoyen congolais n'est libre que s'il adhère à la démarche monolithique pctéiste. La contradiction démocratique est combattue et traquée comme de la peste telle  est l'idée de la démocratie voulue par Mr SASSOU. Le silence imposé par la peur d'être brutalisé et séquestré injustement est autant des délits qui tendent à démontrer que  la liberté des citoyens est gravement bafouée au Congo-Brazzaville.

Ainsi comme on peut le constater les griefs qui retardent l'essor social de notre pays sont présents et en nette progression dans notre société et elles ne peuvent être balayé d'un revers de main comme si de rien n'était. Ils constituent un frein au développement.

Toutefois il  serait injuste de notre part de  ternir les quelques avancées observées ici et là. Seulement elles méritent d'être nuancées  pour  exemple :

" La forêt congolaise a produit plus d'un million de mètres cubes en 2010 contre environ 975 mille en 2009. Les exportations des grumes, pour la même période, sont passées de 546 à 800 mètres cubes " Mais Mr SASSOU manque de signaler que cette production profite à sa fille CHRISTELLE SASSOU qui détient plusieurs hectares de forêt exploitable. Cette manne financière profite t-elle aux congolais ?

" ...la part de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche au produit intérieur brut s'améliore d'année en année : 6% en 2006, 6,4% en 2010 ; elle sera d'environ 9%en 2011. " A qui appartiennent les grandes entreprises qui exploitent ses ressources dont nous vantent les mérites Mr SASSOU ?  Bien évidement au clan SASSOU, Edgar Nguesso, Ninette SASSOU Ngeusso et des grosses part d'investissement au sein du groupe sud africains exploitant les terres arables de la Bouenza. Ces profits sont-ils  profitables aux congolais ?

La liste de ces contre vérités est longue et surtout elle est connue de tous les congolais.

Par contre nous encourageons ces quelques  points positifs choisis parmi tant d'autres :

" - Le barrage hydro-électrique d'Imboulou d'une puissance installée de 120 mégawatts ;
- Les postes de transformation ainsi que 800 kilomètres de lignes de transport d'énergie associées à ce barrage ;
- La Centrale à gaz de la Côte Matev, à Pointe-Noire, produisant 300 mégawatts ;
- La réhabilitation des postes de transformation et des lignes de transport d'énergie entre Pointe-Noire et Brazzaville.
- La réhabilitation et l'élargissement de la route nationale N°2, de Brazzaville à Ollombo
- L'achèvement en 2012 des travaux du premier tronçon de la route nationale N°1 Pointe-Noire-Dolisie, long d'environ 170 kilomètres et le lancement du deuxième tronçon Dolisie-Brazzaville, long de 344 kilomètres ;
- L'aménagement et le bitumage des routes : Owando-Makoua-Mambili-Ouesso, sur 326 kilomètres ; Makoua-Etoumbi, sur 100 kilomètres, Boundji- Ewo, sur 80 kilomètres, Oyo-Tchikapika sur 27 kilomètres et la modernisation des voiries urbaines des villes de Nkayi et de Ouesso
- La modernisation de l'aérogare de Brazzaville par la mise en service de son premier module et la poursuite des travaux de construction du second ;
- La poursuite des travaux de construction de la deuxième piste de l'aéroport international de Maya-Maya ;
- Le lancement prochain de la construction de l'aérogare de Pointe-Noire.... "

Mais tout ceci reste insignifiant et presque dérisoire  au regard des richesses  énormes accumulées depuis un peu plus de 14 ans par ce pouvoir. Notre pays mériterait de vivre dans un environnement sain, sans déchets plastiques. Le congolais aurait déjà pu circuler sur des routes modernes et sécurisées. Il  aurait dû,  il y a longtemps, se faire soigner dans des hôpitaux modernes et sûrs. Le droit à l'eau potable,  à une électricité  permanente et sûre aurait dû être une réalité en 2011. L'étudiant congolais n'aurait plus à s'expatrier  à travers l'Afrique pour apprendre les minimums de bases pour mieux s'insérer dans notre société moderne. L'accès à l'emploi des jeunes serait aujourd'hui une réalité au regard des capacités industrielle et économiques du pays...

Comme vous pouvez le constater les manquements sont multiples et méritent de la part de Mr SASSOU un peu de décence pour les souffrances sociales  causées aux congolais  à cause de l'inapplication concrète des tous ses programmes généralement inachevés. Non Mr SASSOU !!  Le congolais n'est pas  heureux,  il souffre de votre mauvaise politique. Ce dernier ne peut se satisfaire de votre autosatisfaction qui est loin de la description que vous faites du Congo. Il est temps que vous ouvrez les yeux devant l'érosion et la fragilité de votre pouvoir.  Cessez de distribuer des  faveurs et disgrâces ni encore moins de régner sans partage dans  un  pays asphyxié  par la corruption, les pillages des biens publics, les trafics d'influences, le chômage, l'inexemplarité, l'accroissement des déficits etc.

Le combat pour une démocratie saine, humaine, impartial  et unitaire est l'œuvre de tous les congolais. C'est un combat noble qui ne doit souffrir d'aucune entorse mais doit être ravivé par une flamme démocratiquement nouvelle : Celle du combat pour les antivaleurs, du respect de l'être humain, de la liberté et d'une ambition tournée essentiellement vers le développement du peuple. C'est justement  c'est  à ce titre que  nous ne pouvons qu'encourager qu'il soit pleinement concrétiser sur le terrain  les six (6)* objectifs de reformes  prioritaires prônés par Mr SASSOU  devant  garantir le développement durable dans notre pays et de ce fait pérenniser, le mieux-être de tous les congolais. Transformez vos mensonges en pain béni pour les congolais, il vous le rendra peut-être un jour.....
.......

Jean-Claude BERI :
www.dac-presse.com

--------------------------------------------------------------------------------------
(*)Les six objectifs de reformes prioritaires (Message de son Excellence Monsieur Denis Sassou-N'Guesso sur l'état de la Nation le 12 Aout 2011)

1 - De l'exécution des engagements sociaux pris par le gouvernement :
- le règlement, en décembre 2010, du dernier des 23 mois d'arriérés des agents de l'Etat, tels que comptabilisés en 1999 ;
- le déblocage, au début de cette année, des premiers effets financiers résultant de l'abrogation du décret qui suspendait les avantages pécuniaires dus aux fonctionnaires à la suite de la valorisation de leurs situations administratives ;
- la revalorisation, au début de cette année, du salaire minimum garanti par l'Etat à ses agents, pour plus de 25%, en le faisant passer de 50.400 francs CFA à 64.000 francs CFA. Et ce, hors prime spéciale de transport fixée à 10.000 fracs CFA par mois pour chaque fonctionnaire ;
- la prise en charge de plus de 10.000 dossiers de retraite qui étaient en instance, depuis 2007, à la Caisse de Retraite des Fonctionnaires et à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ;
- l'adoption par le Parlement de la loi-cadre sur la sécurité sociale dont la vocation est d'étendre la couverture sociale à la majorité de la population.

2.- de l'impératif vital d'accès des populations à l'eau potable, pour lequel
Les investissements réalisés permettront d'augmenter, de manière substantielle, la capacité de fourniture d'eau potable dans les principales villes. C'est notamment le cas de Brazzaville qui bénéficie d'une unité de potablocs d'une capacité totale de 2.340 mètres cubes par heure, en plus de la deuxième usine de production d'eau potable de Djiri, en construction, pour une capacité de 5.000 mètres cubes par heure et de l'ancienne usine en pleine réhabilitation.

3.- de la consolidation de l'offre en matière d'éducation, par l'amélioration de l'encadrement pédagogique et la modernisation des infrastructures scolaires. A cet effet, le gouvernement s'attelle à la construction des lycées d'Excellence dont celui de Mbounda qui va ouvrir ses portes au mois d'octobre prochain.

4.- de la dynamisation de l'offre en matière de santé qui se traduit par la poursuite de l'effort de construction des infrastructures sanitaires viables, tant par la qualité du plateau technique que par le professionnalisme des praticiens de santé. Entrent dans ce cadre : la réhabilitation en cours de l'hôpital mère et enfant Blanche Gomes ; le lancement dans les prochains jours des travaux de réhabilitation du Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville d'une part, et la construction d'un deuxième CHU à Brazzaville, d'autre part. S'il est encore trop tôt de disposer des données sur l'impact de la gratuité de la césarienne et des autres interventions majeures liées à l'accouchement, les mesures de gratuité concernant la lute contre le VIH/SIDA et le paludisme nous fournissent les éléments d'appréciation ci-après:
- le nombre de patients placés sous antirétroviraux s'est élevé à 15.000 contre 1.200 en 2003;
- les nouvelles infections à VIH ont reculé de plus de 50% ; tandis que la mortalité par la même infection a baissé de plus de 60%;
- la prévalence de l'infection à VIH est tombée de 4,2% en 2003 à 3,2% en 2009 alors que la transmission du VIH de la mère à l'enfant se situe actuellement en-dessous de 2%.

5- de la poursuite des programmes immobiliers en vue d'accroitre l'offre en matière de logements sociaux dont certains sont déjà disponibles à Brazzaville, Oyo et Kindamba. Tandis que d'autres sont encore en chantier
ou à l'étude, le cas de 1000 logements prévus sur le site destiné au nouveau quartier à Kintélé, dans la périphérie nord de Brazzaville.

6- Enfin, de la création des opportunités d'emplois qui vise la réduction du chômage, notamment celui des jeunes en quête du premier emploi.

 

Commentaires  

 
0 #1 Gaston 19-08-2011 10:54
Cher ami , SASSOU se ment à lui même. La vérité finira par jaillir.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir