Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique INTERVIEW DU MOIS: L'honorable Victor TAMBA-TAMBA, député UPADS de Kingoué à l'assemblée nationale congolaise

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

INTERVIEW DU MOIS: L'honorable Victor TAMBA-TAMBA, député UPADS de Kingoué à l'assemblée nationale congolaise

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

LA COHÉRENCE POLITIQUE

L'ancien ministre du Président Pascal Lissouba et un des membres influents du plus grand parti de l'opposition congolaise UPADS nous livre ses impressions sur l'avenir du pays et la vision de son combat politique. L'honorable  Victor TAMBA-TAMBA (V.T.T.), député UPADS de Kingoué à l'assemblée nationale congolaise,  n'est plus à présenter. Son parcours témoigne de son assise au sein du paysage politique congolais.

DAC-PRESSE:   Monsieur le ministre, depuis votre retour au pays, après plusieurs années d'exil, quel est votre sentiment sur l'accueil qui vous a été réservé ?

Victor Tamba-Tamba: Comment voulez-vous que je sois accueilli ! Je dirais tout simplement que cela s'est passé comme cela devrait se faire pour tout opposant. On ne m'a pas jeté des pétales roses sur mon passage pour m'acclamer. Je suis un citoyen libre comme tout congolais, mon retour s'est fait comme il devrait l'être,  sans fanfare ni trompette. Je suis heureux de retrouver les parents et amis qui m'ont soutenu durant ces moments difficiles. Aujourd'hui je me tourne vers l'avenir pour d'autres combats pour notre pays.

DAC-PRESSE: Justement pouvez-vous nous en parler de votre vision future du pays ?

V.T.T: Ce serait indécent de ma part de parler de " ma " vision, car il s'agit d'un combat commun avec plusieurs autres membres de notre parti. Nous nous  attelons à réorganiser notre structure dans le respect des statuts et de la charte. C'est une étape importante pour conscientiser et mobiliser  les militants souvent floués par  des manœuvres ou seule la poursuite du gain facile prime. L'heure n'est plus aux jérémiades d'un temps révolu, mais plutôt  à la reconstruction et à la consolidation de notre unité. Cela doit se faire dans l'épreuve de la vérité pour nous sortir des chantiers battus du mensonge et de l'usurpation. Notre parti est un grand mouvement où les valeurs de paix, de solidarité et surtout de développement  occupent une place primordiale dans l'action que quiconque doit mener pour la promotion du panafricanisme et le développement du Congo. L'opposition doit proposer une autre initiative politique. Il ne suffit pas de se dire tout simplement  solidaire de la souffrance du peuple.

DAC-PRESSE: Parlons de paix, on vous reproche de la brader avec le Président SASSOU Nguesso pour ne servir que vos intérêts ?

V.T.T: Comme je l'ai déjà dit " l'allusion à une paix durable et à l'apaisement social constituent la toile de fond de toute discussion pour faire avancer la démocratie". A cela il n'y a qu'un moyen pour y parvenir c'est le dialogue. Tout citoyen devrait y contribuer et sans exception. Je me place dans une double volonté par rapport aux citoyens congolais : Rester cohérent et sincère en vue de créer la dynamique de rassemblement qui fait aujourd'hui défaut au sein de notre parti. Je me projette dans une conception de gouvernance qui  soit plus respectueuse des citoyens et du droit. La crainte de voir germer les solutions à la crise politique congolaise fait peur à  ceux qui ont choisi comme refuge la politique du mensonge et du déni de toute démarche démocratique.
Pour ma part je ne poursuis aucun intérêt personnel sinon celui de défendre ce que je crois être juste. C'est-à-dire  défendre le pouvoir d'achat des congolais, accorder la priorité à l'emploi, refonder une école publique ou l'égalité des chances est la règle, bref  tous ces thèmes qui ont fait que le peuple congolais nous accorde leur confiance. Cette cohérence qui m'anime me permet de me regarder dans un miroir en toute sérénité. Je m'efforce à servir les citoyens et non seulement à détenir un pouvoir.  La morale en politique, c'est d'être constant, de ne pas être flou. Dans cette optique,  je n'ai pas de leçon de morale à recevoir.

DAC-PRESSE: Pensez-vous que l'UPADS sortira grandi de ces moments de fortes incertitudes ?

V.T.T: La majorité des militants de notre parti souhaite ardemment le changement. Ils récusent la course aux antivaleurs, aux faux semblants et  aux postures. Il y a une très grande mobilisation dans ce sens. La situation actuelle est extrêmement difficile et nécessite  une vision et un travail nouveaux. Nous avons choisi de cultiver notre différence dans le respect des règles de notre parti. Nous avons suffisamment pris du recul. Aujourd'hui nous savons où nous devons aller et surtout avec quels partenaires fonder ce nouveau pacte au sein de notre parti. Ces incertitudes sont derrières nous. Toutefois, cette situation difficile soulève une question politique et morale majeure : Avec qui allons-nous reconstruire ?  On ne peut pas échapper à cette interrogation. Il faut y répondre clairement.

Victor TAMBA-TAMBA.

*1995 - médiateur de la république

*1996 - ministre d’État chargé des transports

Propos recueillis par DAC PRESSE  le 1er Octobre 2011 à Brazzaville.

 

Commentaires  

 
+1 #2 NGAKOSSO 29-10-2011 18:17
Profitant d’un séjour à l’étranger du spécial JDO, le président Denis Sassou Nguesso a expédié un commando sur Oyo pour récupérer son bien. La prise a été belle. Le commando y a trouvé notamment le stock des armes volées à la résidence de Mpila du président congolais, le stock des armes récupérées après l’incendie qui s’était déclaré au domicile privé du Général Blaise ADOUA, le stock des armes prises à la suite de la perquisition opérée au domicile privé du Général Léonard ESSONGO à Kintélé et le stock des armes issues de la réserve personnelle du ministre Isidore Mvouba à Kidamba, région du Pool, armes récupérées à l’époque par JDO, sur injonction du Chef de l’Etat congolais.
Revenu au Congo après ses escapades en Europe, le spécial JDO se mord les doigts. Le coup d’Etat qu’il préparait et qui devait le propulser à la tête de l’Etat congolais pour succéder à son oncle est éventré. Comme c’est dommage ! Nos condoléances les plus joyeuses au spécial JDO.
Citer
 
 
0 #1 NGAKOSSO 29-10-2011 18:13
Congo-BRAZZAVILLE : ça brûle au sein de la famille régnante
Depuis son retour précipité d’Espagne en septembre dernier, le président congolais Denis sassou nguesso s’emploie fiévreusement à retrouver les armes volées en son absence à son domicile privé de Mpila. Il vient de les retrouver. Elles étaient soigneusement cachées à Oyo, son village natal, dans l’une des propriétés de son neveu, le spécial Jean-Dominique, Secrétaire général du conseil national de sécurité, affectueusement appelé le « Vice-président du Congo ».
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir