Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Remaniement de l’équipe gouvernementale : Curieux jeu de chaises musicales

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Remaniement de l’équipe gouvernementale : Curieux jeu de chaises musicales

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Ce remaniement ministériel opéré par Denis Sassou Nguesso n'est qu'un curieux jeu de chaises musicales

annoncé dans la foulée pour éviter une grève générale des salariés de la SNE. Sassou a dû transférer Bruno Jean-Richard Itoua au plus vite à un autre ministère. Toujours le règne de l'impunité pour le " chemin d'avenir".

Les travailleurs de la SNE boudaient la gestion tribale et apocalyptique de cette structure par l'ancien ministre Bruno Jean-Richard Itoua. Les travailleurs de la SNE et l'ancien ministre ne se parlaient plus, étaient devenus deux rivaux qui ne pouvaient plus se réconcilier et se regardaient comme des chiens de faïence.

Sassou a coupé l'herbe sous le pied de Bruno Richard Itoua, une manière de faire taire syndicalement et politiquement les travailleurs de la SNE.

Surtout que le volet social et économique du « chemin d’avenir » ne produit aucun effet auprès des Congolais.

Se nourrir, se soigner, se loger et se déplacer sont devenus un vrai casse-tête. Les demi-terrains ne sont pas éradiqués. Les loyers sont de plus en plus élevés, même loin du centre.

À Brazzaville et à Pointe-Noire, un deux-pièces sans toilettes dans un quartier populaire se loue 35000 F.CFA par mois, quand le salaire mensuel moyen est de 75000 F CFA environ. Pas facile non plus d’acheter une parcelle: les prix flambent à cause de la spéculation foncière, qui rejette les pauvres en périphérie. Un logement ancien ou neuf de la Soprogi coûte entre 30 millions et 50 millions de F CFA. « Trop cher pour nos bourses », déclare Oscar A. un commerçant au marché de Poto-Poto.

Les Libanais, les Ouest-africains, les RD. Congolais et autres étrangers n’hésitent plus à évincer les Congolais dans leur propre pays et avec leur propre administration, comprenant des fonctionnaires en guenilles, mal payés. Ils piétinent les lois, défient les instruments de contrôles, se moquent de nos policiers et de nos douaniers. Ils ont vraiment le vent en poupe partout, pendant que les agents des différentes administrations de contrôle, ainsi que ceux des forces de l’ordre, fragilisés par des instructions les plus contradictoires, sont visiblement désaxés par les évènements. Même dans la circulation, pris en flagrant délit d’inobservation du code de la route, ces étrangers menacent indistinctement, les policiers et les automobilistes congolais sans éprouver le moindre scrupule et la moindre vergogne. Une situation explosive qui agace les nationaux. Tous ces faits exaspèrent les Congolais. L’envahissement de toutes les sphères économiques par les étrangers dont les pratiques sont devenues totalement répugnantes.

La concentration dans les seules mains d’un individu, qui est lui-même importateur, transitaire, grossiste et même détaillant des marchandises de tous genres et de toutes marques. Celui-ci exerce un monopole de complaisance, entretenu par des fonctionnaires de l’Etat au détriment de la République et des citoyens ayant choisi le métier de boulanger.

Pire, le panier de la ménagère souffre horriblement !

C'est drôle ce réaménagement artificiel. Certains ministres sont toujours inamovibles et pourtant ils sont traités d'incompétents par les députés de l'assemblée nationale. Ces ministres esquivent sans aucune excuse les questions orales de l'assemblée nationale et du sénat. Quoi que les parlementaires n'ont aucune influence sur ce gouvernement. L'actuelle constitution avait été taillée par rapport à Sassou Nguesso. Bon nombre de ces ministres font partie du clan d'Oyo et ne peuvent être limogés.
Le paradoxe au Congo est que Denis Sassou Nguesso n'accepte pas de se séparer de certains membres de son clan, peu importe qu'ils soient incompétents. Ce qui prime pour Sassou Nguesso est la préservation du pouvoir par tous les moyens.

DAC, www.dac-presse.com

* * * * * * * * * * *

Denis Sassou N’Guesso a procédé ce jour, par décret n°2011-737 du 12 décembre 2011, au remaniement du gouvernement.

Ancien ministre de la recherche scientifique, Henri Ossebi a été nommé ministre de l’énergie et de l’hydraulique, en remplacement de Bruno Jean-Richard Itoua qui a été porté à la tête du ministère de la recherche scientifique. Le reste de l’équipe du gouvernement demeure sans changement.

Ce décret a été lu par le ministre d’Etat, directeur de cabinet du chef de l’Etat, Firrmin Ayessa.

Ainsi, la nouvelle équipe gouvernementale se présente comme suit :

1- Ministre d’Etat, coordonnateur du pôle des infrastructures de base, ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande : M. Isidore Mvouba

2- Ministre d’Etat, coordonnateur du pôle économique, ministre de l’économie, du plan, de l’aménagement du territoire et de l’intégration : M. Pierre Moussa

3- Ministre d’Etat, coordonnateur du pôle de la souveraineté, garde des sceaux, ministre de la justice et des droits humains : M. Aimé Emmanuel Yoka

4- Ministre d’Etat, coordonnateur du pôle socioculturel, ministre du travail et de la sécurité sociale : M. Florent Tsiba

5- Ministre d’Etat, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé : M. Rodolphe Adada

6- Ministre des finances, du budget et du portefeuille public : M. Gilbert Ondongo

7- Ministre des affaires étrangères et de la coopération : M. Basile Ikouébé

8- Ministre de l’intérieur et de la décentralisation : M. Raymond Zéphyrin Mboulou

9- Ministre des mines et de la géologie : M. Pierre Oba

10- Ministre du développement durable, de l’économie forestière et de l’environnement : M. Henri Djombo

11- Ministre de la fonction publique et de la réforme de l’Etat : M. Guy Brice Parfait Kolelas

12- Ministre de l’enseignement technique, professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi : M. André Okombi Salissa

13- Ministre de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat : M. Claude Alphonse Nsilou

14- Ministre de l’équipement et des travaux publics : M. Emile Ouosso

15- Ministre à la présidence, chargé de la défense nationale : M. Charles Zacharie Bowao

16- Ministre de l’agriculture et de l’élevage : M. Rigobert Maboundou

17- Ministre des petites, moyennes entreprises et de l’artisanat : Mme Adélaïde Mougany

18- Ministre du commerce et des approvisionnements : Mme Claudine Mounari

19- Ministre de l’enseignement primaire, secondaire chargé de l’alphabétisation : Mme Rosalie Kama Niamayoua

20- Ministre de la pêche et de l’aquaculture : M. Hellot Mampouya Matson

21- Ministre de l’énergie et de l’hydraulique : M. Henri Ossébi
22- Ministre de la recherche scientifique : M. Bruno Jean Richard Itoua

23- Ministre des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies de la communication : Thierry Moungalla

24- Ministre des hydrocarbures : M. André Raphaël Loemba

25- Ministre de la culture et des arts : M. Jean Claude Gakosso

26- Ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité : Mme Emilienne Raoul

27- Ministre à la présidence chargé des zones économiques spéciales : M. Alain Akouala Atipault

28- Ministre de la santé et de la population : M. Georges Moyen

29- Ministre de l’enseignement supérieur : M. Ange Antoine Abena

30- Ministre de l’industrie touristique et des loisirs : M. Mathieu Martial Kani

31- Ministre des affaires foncières et du domaine public : M. Pierre Mabiala
32- Ministre de la communication et des relations avec le parlement, porte parole du Gouvernement : M. Bienvenu Okiemy

33- Ministre des sports et de l’éducation physique : M. Léon Alfred Opimbat

34- Ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement : Mme Madeleine Yila Boumpoto

35- Ministre de l’éducation civique et de la jeunesse : M. Anatole Collinet Makosso

36- Ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, chargé de la marine marchande : M. Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou

37- Ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de l’économie, du plan, de l’aménagement du territoire et de l’intégration, chargé de l’aménagement du territoire et de l’intégration : M. Josué Rodrigue Ngouonimba.

TÉLÉCHARGER LA VERSION PDF DE LA LISTE DU GOUVERNEMENT

Commentaires  

 
0 #13 MariamRHeinz 18-06-2016 17:55
I blog often and I truly appreciate your content.
The article has truly peaked my interest.
I am going to book mark your blog and keep checking for
new information about once per week. I opted in for your
Feed too.

Here is my site - MariamRHeinz: http://www.palview.ps/index.php/component/k2/author/19919
Citer
 
 
0 #12 Everlight Hack v1.7 18-12-2015 00:37
Asking questions are really pleasant thing if you are not understanding
something fully, except this post gives fastidious understanding yet.
Citer
 
 
0 #11 Jeffry 01-11-2015 10:18
Fantastic website. Plenty of helpful info here. I am sending it to some pals ans additionally
sharing in delicious. And obviously, thanks on your
sweat!
Citer
 
 
0 #10 Free iOS Hack 28-06-2015 13:56
Way cool! Some extremely valid points! I appreciate you penning this
post plus the rest of the site is also really good.
Citer
 
 
0 #9 target gift card 30-09-2014 11:28
Thanks very nice blog!
Citer
 
 
0 #8 dofus kamas hack 13-04-2014 20:24
I’m not that much of a online reader to be honest but your sites really nice, keep it up!

I'll go ahead and bookmark your site to come back in the future.

All the best
Citer
 
 
0 #7 Strauno Guy 16-12-2011 23:58
Il lui faut vite se mettre à l’ouvrage, pour soulager les usagers de l’électricité dans les deux plus grandes villes du pays, Brazzaville et Pointe-Noire, où ça grogne, chaque fois qu’il y a délestage. Quant à Bruno Jean Richard Itoua, il peut au moins se consoler d’être, maintenant, à l’abri des griffes de l’intersyndical de la S.n.e (Société nationale d’électricité).
Citer
 
 
0 #6 Oscar Lewis 16-12-2011 23:57
Electricité: espoir relancé? Pontenégrins et Brazzavillois y croient.

La permutation qu’il y a eu entre Bruno Jean Richard Itoua et Henri Ossébi au gouvernement a suscité l’espoir sur les promesses du président de la République de faire de 2012, une année de l’électricité pour tous. Bruno Jean Richard Itoua a quitté le département de l’énergie et de l’hydraulique, pour prendre celui de la recherche scientifique. Henri Ossébi, qui dirigeait ce dernier, a pris celui de l’énergie et de l’hydraulique. Les observateurs n’ont pas manqué de relever que les deux ministres font partie du même pôle, le pôle des infrastructures de base, dirigé par le ministre d’Etat Isidore Mvouba, et sont aussi originaires du même département, les Plateaux. Henri Ossébi n’a, sans doute, pas de période de grâce.
Citer
 
 
0 #5 Oscar Lewis 13-12-2011 13:50
La concertation politique nationale prévue du 15 au 17 décembre à Ewo.
Le Ministère de l’intérieur et de la décentralisatio n a choisi de passer des messages publicitaires dans les médias audiovisuels, pour appeler les acteurs politiques, ceux de la société civile et les partenaires internationaux à participer à la concertation politique nationale, prévue à Ewo (département de la Cuvette-Ouest), du 15 au 17 décembre 2011. Ce rendez-vous a pour objectif de permettre un déroulement apaisé des élections législatives de 2012, par une organisation transparente du scrutin. Mais, l’on sait, déjà, que certains partis de l’opposition, qui réclament la mise en place d’un comité préparatoire de cette concertation, refusent de se rendre à Ewo.
Citer
 
 
0 #4 Bangou 13-12-2011 13:24
L'Assemblée nationale a en effet adopté le rapport sur le projet de loi de finances exercice 2012, au cours de sa séance plénière du 8 décembre 2011 dirigée par Justin Koumba, président de la chambre basse du parlement. Rappelons que le projet de loi de finance exercice 2012 que le ministre des finances, du budget et du portefeuille public, Gilbert Ondongo avait présenté au parlement s'élevait à trois mille six cent quarante cinq milliards cinq cent soixante quinze millions (3.645.575.000.000) Fcfa et l'ensemble des dépenses se chiffrent à la somme de deux mille six cent quarante cinq milliards cinq cent soixante quinze millions (2.645.575.000.000) Fcfa. Après les débats en commissions, le budget adopté est majoré de 8 milliards, compte tenu des objectifs visés par ce budget.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir