Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Altercation sur le tarmac de l’aéroport MAYA-MAYA

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Altercation sur le tarmac de l’aéroport MAYA-MAYA

Envoyer Imprimer PDF

Après avoir été bombardé Général de brigade par des circuits sinueux de Mpila et élevé tout récemment Directeur général de la police (nouvelle formule)

nonobstant la désapprobation de plus d’un citoyen, on croyait que Jean François NDENGUET changerait, grosse erreur.

La preuve, ce Général de brigade, qui se croit tout permis après avoir été cité dans plusieurs scandales comme, celui de l'affaire des disparus du beach, de la mort par torture d'Alguain Mampouya, des fauteurs de troubles et faussaires interpellés mais relaxés, l'affaire des faux complots et bien d'autres, il a pété les plombs en plein tarmac de l'aéroport international de Maya-Maya. Émouvant. Qui l'aurait imaginé un seul instant en cette période des fêtes de fin d'année 2011.

En effet, le 21 décembre 2011, à quelques minutes du départ de M. SASSOU NGUESSO pour Dolisie, en vue de procéder à l’inauguration du premier tronçon routier Pointe-Noire-Dolisie, le tarmac de l’aéroport international de Maya-Maya a été pris d’assaut, comme d’habitude, par tous les corps constitués, civils et militaires confondus, venus rendre des honneurs au chef de l’Etat avant son départ. Et clac ! Un ange de malheur survola les lieux et laissa planer un gros nuage, sombre et épais.

En effet, vue de dos, la cérémonie était très belle et marquée, ici et là, par des sourires interminables et quelques postures protocolaires entre les ministres, les conseillers, les officiers du commandement des FAC et tous les autres invités de marque.

C’est dans cette ambiance très gouailleuse que le Directeur Général de la Police, le Général Jean François NDENGUET, commence sa diatribe au ministre de l’enseignement Technique et Professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi, André OKOMBI SALISSA avant de lâcher, entre deux mots, ce qui suit : "tous les leaders politiques qui soutiennent les actions du Président SASSOU, ont déjà dissout leurs partis et associations politiques, conformément à la donne politique actuelle qui, depuis le dernier congrès du PCT, n’autorise plus l’existence des associations satellites... Comment, jusqu’ici, tu n’as pas encore pensé à dissoudre ton fameux CADD-MJ qui, semble-t-il, parait très flou, c’est de la traîtrise (...)". Un ange de malheur survola les lieux et laissa planer un gros nuage, sombre et épais.

En un laps de temps, le Ministre André OKOMBI SALISSA, en sa qualité de Coordonnateur du Comité d’Action pour la Défense de la Démocratie-Mouvement de Jeunesse (CADD-MJ), changea brusquement d’humeur car, les propos secs et directs du Général Jean François NDENGUET ont été très mal pris par le ministre André OKOMBI SALISSA.

Sur le tarmac, un ange de malheur survola les lieux et laissa planer un gros nuage, sombre et épais. Et pour cause ?

Cette pique du Général Jean François NDENGUET à l’endroit du Ministre André OKOMBI SALISSA a fini par jeter le pavé dans la grande marre du PCT où, avouons-le, depuis la fin du congrès, la volonté forcenée ou l’entêtement de certains leaders étaient très mal perçu par les autres membres du PCT.

Les observateurs sont d’avis que le Ministre André OKOMBI SALISSA a violemment réagi à cette boutade. Et c’est ce que voulait bien dire le Général Jean François NDENGUET.

Dans les milieux proches du Ministre André OKOMBI SALISSA, on n’a vraiment pas digéré cette plaisanterie de mauvais goût, ces propos qui sentent la méfiance car, y affirme-t-on, André OKOMBI SALISSA n’a jamais manqué une seule occasion de témoigner de sa fidélité à M. SASSOU NGUESSO. Ces propos, estime-t-on, sont encore une fois la manifestation d’une volonté pernicieuse qui date, celle de faire avaler des gênes d’infidélité illusoire à OKOMBI SALISSA pour l’écarter de SASSOU NGUESSO.

En effet, depuis belle lurette, André OKOMBI SALISSA est vu d’un air insuffisant par certains "Mbochis" qui se disent dépositaires du pouvoir. On l’accuse à tort ou à raison d’ambitieux et d’avoir des agendas cachés. Il y a quelques temps, certains officiers supérieurs avec leur chef avaient pondu un mensonge grossier, selon lequel André OKOMBI SALISSA sortait avec la première dame du Gabon. Après ce mensonge, l’ombre d’OKOMBI SALISSA a été collée au traquenard tendu au Directeur Général du journal Talassa au cours de laquelle, il avait failli être tué, n’eut été la grâce divine.

Il y a une année, la résidence d’André OKOMBI SALISSA, bien que Ministre de son état, a été copieusement perquisitionnée par les bérets rouges de SASSOU NGUESSO.

Depuis la tenue réussie, du 15 au 18 décembre 2011, des festivités marquant les 18 ans du CADD-MJ et les 4èmes universités de ladite association, plusieurs membres du PCT et de nombreux fidèles de Denis SASSOU NGUESSO ne cessent de se poser mille et une questions.

André OKOMBI SALISSA et son double scaphandre : Ministre "influent" et membre du bureau politique du PCT.

Comme quoi, les propos très croustillants du Général Jean François NDENGUET n’ont fait que percer l’abcès qui s’était déjà formé dans les esprits du dernier carré des fidèles et compagnons de lutte de M. Denis SASSOU NGUESSO qui, cela n’est un secret pour personne, accomplit son deuxième et dernier mandat de 7 ans à la tête du pays. - Sauf modification brutale de la Constitution du 20 janvier 2002 -, comme certains laboratoires et officines seraient déjà en train de l’envisager en catimini (...).

Très courroucé et afin d’éviter l’humiliation devant les autres membres du gouvernement très étonnés par la tournure des faits (...), le très remuant André OKOMBI SALISSA (Tout bouge !) ne pouvait que revêtir son double scaphandre de ministre et surtout de membre du bureau politique du PCT !

En effet, très embarrassé par la douche froide qu’il venait de recevoir de la part d’un Général soit-il un Directeur Général de la Police Nationale (DGPN), le Ministre ne pouvait demeurer sans réaction.

C’est ainsi qu’une longue dispute s’engagea entre les deux autorités qui, sans honte, se lancèrent des diatribes à la grande surprise de l’assistance qui, dans un dernier sursaut, a évité de vivre le pire : très furieux, le Ministre André OKOMBI SALISSA et le Général Jean François NDENGUET ont failli franchir... les limites de la décence et de l’acceptable en se tenant au collet !

Dieu merci, plus de peur que de mal, l’irréparable a été évité de justesse.

Est-ce tout ce qu’un Ministre et un Général ont à démontrer aux Congolais sur le tarmac de Maya-Maya ?

Décidément, il revient aux proches collaborateurs de Denis SASSOU NGUESSO, l’inquiétant privilège, s’il en est un, de briller toujours par l’exemple au lieu de se fourvoyer dans des combines louches qui n’honore personne.

En guise de contre-attaque et pour remonter les bretelles au Général NDENGUET, le Ministre OKOMBI SALISSA, le ton ferme et dans un style qui lui est particulier, a déclaré sèchement qu’il ne revient pas à un officier supérieur soit-il DGPN, de tancer vertement un ministre de la République ? Non !

Pour André OKOMBI SALISSA, un Directeur Général de la police nationale est au service de l’Etat. A ce titre, il doit faire preuve de neutralité et éviter de se mêler des questions politiques ou politiciennes, comme il en a pris la fâcheuse habitude !

Pour tout dire, cette espèce de provocation - presque - directe et devant les autres ministres membres du Parti Congolais du Travail (PCT) a fini par dévoiler certaines contradictions internes et les éternels trafics d’influence, que couvent les milieux très feutrés de Mpila où, malgré le dernier congrès du PCT, les chauves-souris et les tortues à double carapaces, font la pluie et le beau temps.

En outre, il a déclaré qu’il a longtemps défendu la cause de Denis SASSOU NGUESSO, peut-être plus que certains opportunistes qui aujourd’hui tentent de le diaboliser en cherchant inutilement des poux... sur sa tête. "Il s’agit, essentiellement, de tous ceux qui, nuit et jour, s’accrochent à certains membres de la famille SASSOU NGUESSO dans le but de trahir les autres, s’enrichir et surtout se faire une place au soleil dans la grande Cour de Mpila et ses annexes (...)" Pour quelle espèce de références ?

Serait-ce ce refus de fondre dans le PCT qui serait pris pour une dissidence et ait conduit le Général Jean François NDENGUET à prendre André OKOMBI SALISSA pour un agitateur ? Assurément. Pourquoi donc, se demandent les observateurs, ce même traitement n’a pas été accordé à Blanchard OBA, Willy NGUESSO et bien d’autres ? Serait-ce, s’interroge-t-on, parce que biologiquement, ces deux cités sont membres de la famille du président, ce qui n’est pas le cas pour André OKOMBI SALISSA dont les entrailles ont pour origine les Plateaux, donc proche de Mathias DZON ? Alors, la loyauté à un homme serait-elle fonction de l’appartenance à la même tribu ?

Comme quoi, il y a lieu de conclure qu’à Mpila, malgré toutes les recommandations et conclusions issues du dernier congrès du PCT, le CADD-MJ fait de la résistance puisque jusqu’à ce jour les chauves-souris et les tortues à doubles carapaces n’ont pas désarmé !

En cette période des fêtes de fin d’année qui exige beaucoup de pondération, d’introspection et de paix intérieure, il est temps que le Général Jean François NDENGUET, Directeur Général de la Police Nationale et son jeune frère le Ministre André OKOMBI SALISSA, membre du bureau politique du PCT, oublient l’incident ô combien déplorable survenu la semaine dernière sur le tarmac de Maya-Maya.

Dans un esprit chevaleresque, que ces deux autorités, qui se réclament très proches de Denis SASSOU NGUESSO, se laissent éclairer par les paroles de l’Evangile qui condamnent la colère, la haine, la calomnie et la jalousie.

En définitive, la morale populaire nous enseigne, chaque jour, qu’un régime superficiel appelle toujours des cadres politico-militaires superficiels en raison du caractère politico-clientéliste ou militaro-stratégique des choix opérés par la plupart des grands gourous qui règlent l’ordre des choses et des réflexes acquis. Qui dit mieux ?

Quelqu’un serait-il derrière les agissements de Jean François NDENGUET ou serait-ce simplement des blagues ?

Nous y reviendrons.

Par Ghys Fortuné DOMBE BEMBA (Talassa)


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir