Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Décès à Paris du Président Bissau Guinéen

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Décès à Paris du Président Bissau Guinéen

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Malam Bacai Sanhá, né le 5 mai 1947, est mort ce 9 Janvier 2012 à Paris, cet homme politique bissau-guinéen, a été élu président de la République le 26 juillet 2009. Il succèdait ainsi à João Bernardo Vieira, dit Nino, assassiné le 2 mars 2009 et il était entré en fonction le 8 septembre 2009.

Rappels :
La Guinée-Bissau, actuellement en période de transition, est une république multipartite représentative semi-présidentielle. Le président de la République est le chef de l’État, le Premier ministre est le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et l’Assemblée nationale populaire. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l’exécutif et du législatif. Le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) et le Parti du renouveau social (PRN), socialistes, sont au pouvoir depuis 1994.

Le pays a connu une grande instabilité depuis son indépendance et les coups d'états se sont multipliés dans un pays devenu une plaque tournante du trafic de drogue.
En 1989, le président João Bernardo Vieira commençe un programme de libéralisation politique, que l’Assemblée nationale populaire approuve en 1991. Une modification de la constitution et de nouvelles lois autorisent la formation de partis politiques d’opposition et instaurent la liberté de la presse ainsi que la liberté de syndicat et le droit de grève.

Les premières élections présidentielles et législatives multipartites ont lieu en 1994. Après la guerre civile de 1998 – 1999, le leader de l’opposition, Kumba Ialá, du PNR, est élu président. Ialá est renversé sans effusion de sang en septembre 2003 et Henrique Rosa devient président par intérim. Le retour de la Guinée-Bissau à la démocratie est freiné par une économie vacillante, fragilisée par la guerre civile et le trafic de drogue. Le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) remporte les élections de 2004 et son homme fort, l'homme d'affaire Carlos Gomes Júnior, dit Cadogo, devient premier ministre. Vieira est à nouveau élu président de la République le 1er octobre 2005 et s'oppose à Cadogo dont il dissous le gouvernement et qu'il remplace par Aristides Gomes le 2 novembre 2005.

Les partis d'oppositions à Veira s'unissent et il doit se résoudre à nommer Martinho Ndafa Kabi premier ministre en avril 2007 avant de dissoudre le parlement, de nommer Carlos Correia premier ministre en août 2008 et de convoquer des élections législatives pour novembre 2008 à l'issue desquelles le PAIGC est victorieux et Carlos Gomes Junior retrouve le poste de premier ministre (en décembre). Veira est assassiné par des militaires le 2 mars 2009, en rétorsion de l'assassinat de son frère ennemi et chef d'état-major, le général Tagmé Na Waié, probablement dans le cadre de règlements de compte orchestrés par les narcotrafiquants colombiens. Après un intérim assuré par Raimundo Pereira, président de l'Assemblée nationale populaire, Malam Bacai Sanhá, est élu président de la République le 26 juillet 2009.

Le 1er avril 2010 une action armée organisée par des militaires avec à leur tête le chef d'état-major adjoint Antonio Njai et l'ancien contre-amiral Bubo Na Tchute - auteur d'une précédente tentative de coup d'État en août 2008 et soupçonné d'être l’un des acteurs importants du trafic de drogue - arrête Cadogo et une quarantaine d'officiers dont le chef d'état-major de l'armée, José Zamora Induta, dans un coup de force présenté comme « un problème purement militaire ». Suite à des manifestations de soutien au premier ministre détenu, Antonio Njai menace de tuer ce dernier puis explique dans une allocution que l'armée « réitérait son attachement et sa soumission au pouvoir politique. Le premier ministre est relâché le lendemain tandis qu’Antonio Njai se présente comme le nouvel homme fort de l'armé.


Ya_sanza (Source :http://congo-dechaine.info)

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir