27/07/2017

Dernière mise à jour05:52:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Sassou Nguesso à Lyon, Un affront à la démocratie congolaise

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Sassou Nguesso à Lyon, Un affront à la démocratie congolaise

Envoyer Imprimer PDF

L'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), dans le cadre de ses activités organise un forum international, les 8 et 9 février 2012 à Lyon, prélude à la Conférence des Nations Unies sur le Développement durable de 2012 (Rio + 20).

Celui-ci se déroulera sous la présidence de M. Abdou DIOUF, Secrétaire général de la Francophonie et en présence de M. Sassou NGUESSO, Président de la République du Congo, M. Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger, M. Alain JUPPE, Ministre des affaires étrangères et européennes, M. Jean-Pierre RAFFARIN, Représentant personnel du Président de la République française au Conseil Permanent de la Francophonie, M. Gérard COLLOMB, Maire de la ville de Lyon, et d'autres personnalités gouvernementales, régionales et locales françaises.  Voilà une belle manière de fouler aux pieds la misère, la souffrance, les obstacles à la démocratie et au développement que de remettre en selle un président dont le peuple a successivement désavoué.

L’ambiance frénétique qui s’abat en ce moment dans la ville est loin des questions de « L’économie verte dans le cadre du développement durable et de l'élimination de la pauvreté, - et - le cadre institutionnel du développement durable » dont c’est le thème central. A l’Approche des élections présidentielles en France, tout le lobby françafricain s’active pour redynamiser des relations « contre-nature », destinées juste à renflouer les poches des uns et à redonner du crédit international à d’autres. Mais pour les peuples africains, leurs souffrances sous des dictatures innommables sont balayées, l’instant d’un forum, pour faire place à la politique en mettant en avant ce qu’il a de plus désagréable et immoral.

Le peuple congolais n’a pas la mémoire courte, il s’en souvient que notre démocratie à été torturée dès le 5 juin, assassinée et enterrée le 15 octobre 1997 suite au coup d’État qui a ramené au pouvoir l’actuel Président, Denis Sassou Nguesso. Les vainqueurs de cette triste guerre ont transformé leur victoire militaire en une victoire politique en 2002. Mais cette victoire sur le peuple est continuellement contestée à l’occasion des échéances pseudo-démocratiques de 2002, 2007 et très récemment de 2009. Ce qui confirme que notre démocratie est bâillonnée par un parti qui tente d’imposer son hégémonie par des voies autre que démocratiques.

Comme en France, en 2012, sera au Congo-Brazzaville une année d’élection. Une année où la possibilité de redonner une transparence à la démocratie congolaise peut être envisagée. Vous,  les Messieurs de la Francophonie, nous mettons à votre disposition par cette présente correspondance les remarques ci-dessous.
Nous avons attiré l’attention du gouvernement sur les points d’échauffement qui minent la situation politique.  Il s’agit de :
Le recensement administratif spécial,
La commission électorale véritablement indépendante et à composition paritaire,
Le découpage électoral qui tient compte du poids démographique,
Le retour de tous les exilés,
et pour une concertation nationale et démocratique pour 2012
.

Ces dernières remarques ont été rejetées prouvant par la même occasion la volonté manifeste de bâillonner la démocratie. Les entraves aux droits et libertés individuels sont multiples et connues de toute la communauté internationale, fermer les yeux une nouvelle fois sur ces agissements n’honore point votre institution.

C’est pourquoi, nous affirmons avec force que cette démarche unitaire du gouvernement, non seulement est suicidaire mais  retarde également  l’entrée du Congo dans une période politique d’apaisement. Vous avez la possibilité d’être du côté des peuples ou des dictatures, c’est l’occasion de montrer votre attachement aux idéaux du développement, de paix et de démocratie que vous défendez.
Accueillir Denis Sassou Nguesso à la table d’honneur est tout simplement un affront que votre institution lance aux combattants pour  la démocratie et au peuple congolais. Vous faites là aussi une grave entorse à votre règle telle qu’elle est stipulée dans le chapitre « Pour la paix, la démocratie et les droits de l’Homme ». Vous pouvez changer l’histoire.

Jean-Claude BERI
Président du DAC
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
www.dac-presse.com

Commentaires  

 
+1 #5 PM 01-02-2012 11:02
La mobilisation est en marche dans le calme et la détermination. Merci au Président de nous redonner le courage et surtout au noyau dur de Bellecour(Lyon)
Citer
 
 
-1 #4 Sabin Olouka 29-01-2012 00:53
Sassou vient avec une mallette d'argent pour financer une campagne présidentielle de l'un des candidats ou les deux mais Sassou sait que François Hollande pourrait prendre le pouvoir et pratiquer une politique différente à l'égard des dictateurs comme lui et s'il a besoin d'une faveur en ce moment, il vaut mieux la soumettre à Sarkozi car on sait que cet homme reste dans la lignée de la tradition relationnelle entre l'Elysée et l'Afrique : des rapports verticaux de maître à gouverneurs noirs. Tant que Sarkozy est encore président, il a le droit d'engager des actions au nom de la France.
Citer
 
 
-1 #3 Sabin Olouka 29-01-2012 00:52
Teodoro Obiang Nguéma en a rêvé, Denis Sassou Nguesso a réussi à avoir cet entretien qui lui permettra de rencontrer Sarkozy avant que celui-ci n'entre probablement en campagne. Et on se demande bien pourquoi le grand éléphant a fait des pieds et des mains pour rencontrer un homme dont le destin va être remis entre les mains des Français d'ici trois mois - s'il présente sa candidature à la présidence de la république française.
C'est le contexte même des événements politiques en France qui rend ce rendez-vous suspect. En effet, d'ici la fin du mois de février, il n'y aura plus de session parlementaire et toutes les affaires seront mises en suspens.
Citer
 
 
+1 #2 Makosso-Malonda Yves 29-01-2012 00:44
Cependant, est-il prudent de se montrer à la veille d'une élection présidentielle avec un dictateur, un homme qui affame son peuple, qui laisse mourir les enfants de faim et de soif sans renvoyer l'image d'un président qui soutient des bourreaux ? Nicolas Sarkozy devrait y réfléchir car les affaires peuvent se traiter autrement par personnes interposées - sans qu'il s'expose à une image qui peut avoir un impact sur les sondages - au moment où François hollande est à 60% dans les sondages.
Citer
 
 
-1 #1 Makosso-Malonda Yves 29-01-2012 00:40
Sassou veut certainement demander à Nicolas Sarkozi une faveur avant qu'il ne soit trop tard car on ne se divise pas en quatre pour rencontrer quelqu'un juste pour voir ses beaux yeux.
Sassou veut le rencontrer pour la défense de ses intérêts et non ceux du Congo. Il y a tout ce climat d'affaires juridiques qui pèsent encore sur le clan Sassou&Nguesso. Bien que nous savons la justice française indépendante, nous savons que certains juges sont nommés et sont très proches des hommes politiques.
En tout cas, Teodoro Obiang Nguéma a compris que le lobby français de Denis Sassou Nguesso est plus puissant que le sien puisqu'il a réussi là où il peine à obtenir un entretien.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir