Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le F.P.O.C (Front des Partis de l’Opposition Congolaise) mérite notre confiance

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le F.P.O.C (Front des Partis de l’Opposition Congolaise) mérite notre confiance

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Il y a un temps pour se disperser, un temps pour s’entredéchirer, un temps pour se la jouer solitaire, mais lorsque le combat présente des incertitudes et des ramifications plus contraignantes et dont les tentacules dépassent le cadre congolais, il est temps que les patriotes se retrouvent pour s’unir afin de défendre ensemble la paix et l’unité nationale.

Relevant le poids des responsabilités et des devoirs qui incombent à nous, peuple congolais, il est exclu qu’on recule devant une quelconque forme de difficulté lorsqu’il s’agit de sauver la nation en perdition.

Faire prévaloir le patriotisme au Congo-Brazzaville

Le pouvoir en place à Brazzaville pratique sans gêne la langue de bois avec virulence. Cette pratique, relayée par les médias d’état, vise à camoufler les tensions sociales, les clivages sociaux et les accrochages politiques, le manque de liberté civique et citoyenne. Ce pouvoir aux abois n’a finalement produit qu’une société congolaise asphyxiée par les valeurs du silence, de la couardise, de l’adulation et de cette gangrène, la jalousie sociale. Ces faits, plus la corruption, le blanchiment des « affaires », l’oligarchie font du Congo-Brazzaville une cocotte minute qui peut exploser à tout moment.

Dans cette ambition de restaurer notre démocratie « mise entre parenthèses » par les forces de la régression et de l’injustice sociale, nous devons accentuer nos efforts pour faire naître un nouveau Congo. Ce but si proche ne peut être atteint que si seulement nous nous rassemblons autour d’une force dynamique soutenue par tout le peuple pour dénoncer ensemble les politiques du mensonge, de l’affaiblissement du Congo, le règne des antivaleurs et de la corruption, les perpétuels coups de poignard sur la constitution, le déni de démocratie bref la fin de la domination d’un pouvoir entre les mains de certains privilégiés constitués en caste . Il est temps de tendre la main au FPOC qui aspire à redonner sa dignité au Congo, à reconstruire le socle national éclaté en bande communautaire. Le FPOC rejette la société tribale, qui soumet la majorité congolaise à une injustice étouffante.

Beaucoup diront qu’il est complètement absurde de refaire confiance à une frange de politiciens qui ont contribué pour certain à l’échec de notre démocratie. Et d’autres diront sans état d’âme que ce sont tous des valets du pouvoir habillés en costumes blancs le jour mais la nuit sont tous assis à la même table que celui ou ceux qui sont à l’origine de la régression politique, économique et sociale du Congo. Ceux-là qu’ils prétendent combattre.

C’est un sentiment partagé par bon nombre de compatriotes qui hésitent aujourd’hui à refaire confiance aux mêmes. Pourtant ce qui force la confiance et qui accorde du crédit à l’action que chacun de nous mène, aux actes que nous posons réciproquement n’est autre que la constance dans le combat politique. Ce qui était critiquable hier, car englué dans les petites combines avec le pouvoir, attirer par l’appât du gain facile, animer par une volonté égoïste et prétentieuse de croire que ce combat pouvait être gagné seul se révèle chaque jour comme une utopie.

L’action d’aujourd’hui est tournée vers un rassemblement positif qui met à nu ceux qui tirent vers le bas la démarche d’une reconstruction de notre démocratie. L’horizon s’éclaircit car les loups tassés dans la bergerie sont non seulement démasqués mais ne peuvent plus distraire les moutons de plus en plus avisés et rusés pour déjouer toutes les actions de manipulations orchestrées, par ces derniers, pour faire échouer le combat pour la paix et le progrès social. Le peuple le sait parfaitement que ce gouvernement est incapable d’opérer un changement pour le développement solidaire. Il brille dans la mystification des bilans tronqués, l’étalage des slogans à la gloire d’un capitaine dont le navire dérive depuis 15 ans.

C’est justement cette dérivation qui a été le socle de la concertation d’EWO. Un échec ponctué par l’absence d’ambition politique pour le peuple. Ils ont opté pour l’arrogance et l’immodestie atteignant ainsi le sommet de l’ambigüité perverse.

Le FPOC lutte contre l’improvisation et l’amateurisme politique au Congo

Face à cet étalage de nullité et de contre vérité, le FPOC se rapproche chaque jour du peuple. Un rapprochement qui se traduit par le rejet de toute compromission qui dépossède le peuple de son droit le plus absolu : être libre de choisir ses dirigeants ceci dans un cadre juridique sain, viable et juste. Les revendications du FPOC rejoignent celles des Congolais de la diaspora qui unissent aujourd’hui leurs efforts pour dénoncer ensemble ce pouvoir de l’argent qui avilit, pervertit, corrompt notre jeunesse. Au delà des points d’échauffement ci-dessus :

- la révision des listes électorales de 2007 et 2009;

- l’ouverture de la commission nationale d’organisation des élections (Conel) à ceux des partis et associations de la société civile qui acceptent d’aller à Ewo;

- la validation des deux nouvelles circonscriptions électorales créées par le pouvoir.

C’est le système actuel qui nuit gravement au bonheur et à l’émancipation des Congolais qu’il est urgent d’opposer une résistance farouche en le combattant de toutes nos forces. Stoppons le mensonge en disant la vérité au peuple congolais. Il s’agit de faire du Congo un pays respectable à travers ses institutions, dans le fonctionnement de son pouvoir. Il s’agit de rendre, ou de redonner, aux Congolais le droit à la liberté dans leurs terres. Un peuple ne peut continuellement être assujetti par une frange qui se bat pour préserver leurs intérêts acquis. Une frange qui organise la corruption pour acheter les consciences afin que rien ne change. Que le monopole du pouvoir exercé par un clan dominant, entouré de quelques adeptes soumis se régalant des miettes tombées de la table.

Le FPOC est un groupement de citoyens congolais aimant la démocratie en privilégiant l’alternance pour un renouvellement des générations au détriment du rejet de l’immobilisme actuel qui empêche de prendre à bras le corps le défi du chômage des jeunes. Le FPOC rejette la perspective de voir un parti gouverner indéfiniment malgré les contestations populaires. LE FPOC récuse les pratiques mises en place par le parti « majoritaire » en installant les affidés dans une multitude de fonctions d’État. C’est pourquoi, il est important que la justice de la loi électorale passe pour redonner au Congo tout son sens de mériter sa place selon ses compétences. Quel sens politique peut-on donner, par exemple, aux élections locales puisque le Président du Comité Central du PCT continue à nommer les maires et les secrétaires généraux des mairies ?

Nul besoin de faire ici l’étalage de toutes les antivaleurs qui minent notre société actuellement et Les zones d’ombre s’étendent mais il est nécessaire de soutenir des femmes et des hommes qui se battent pour redonner confiance au peuple. De même, nous nous inquiétons du  contrôle des médias d’état par le pouvoir en place. Les journalistes pratiquent l’autocensure politique, économique. La liberté de la presse est devenue un tabou au Congo. Celle-ci passe par un changement vital. Et ce changement pour ce faire a besoin de tous les congolais qui récusent les manipulations et les manœuvres indécentes. C’est ce pacte de confiance que nous soutenons aujourd’hui pour que le Congo retrouve le chemin d’une vraie paix et du développement national.

DAC

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir