23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le courage et l’honneur sont des vertus des hommes patriotiques

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le courage et l’honneur sont des vertus des hommes patriotiques

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Soutien à nos frères emprisonnés.

« C’est tout simplement en voulant défendre des principes de justice, d’intégrité, et d'espérance que nous partageons tous, notre frère Marie Paul MPOUELE et beaucoup d’autres subissent aujourd’hui des pires humiliations dont on ne peut imaginer. » JCB

Congolais de l’intérieur et de l’extérieur quelle que soit votre condition, nous sommes tous traqués, surveillés, manipulés et demain nous serions tous opprimés dans la mesure où le droit de vivre libre et digne dans notre pays est confisqué par un clan qui conditionne notre liberté à une allégeance, à la politique contestable de l’homme de MPila. Voilà un peu plus de quatre mois que notre pays a été endeuillé par une explosion meurtrière sans précédent. Il est légitime de la part de chacun de nous d’exiger une explication ou des justifications pourquoi nos vies ont été arrachées aussi brutalement ? La quête de cette explication a mis en lumière, ce que d’ailleurs beaucoup d’entre nous savaient déjà, la vérité qui fait froid au dos: le peu d’estime des hommes du clan pour le peuple.

Le peuple subit aujourd’hui toutes les humiliations possibles pour accentuer sa servitude et sa soumission au clan. Sauf que ce dernier ignore qu’il y a des limites à l'humiliation d'un peuple. La preuve irréfutable qui saute aux yeux de tout congolais aujourd’hui est claire. Le système clanique ne marche pas. Il a été infiltré, contaminé, souillé par le clientélisme, la gabegie et la corruption qui en sont devenus ses principales tares. Depuis la nuit des temps, il est prouvé que l’humiliation ne peut vaincre le courage d’un peuple lancé dans la reconquête de sa liberté.

C’est pourquoi nous sommes conscients qu’il ne sera plus possible de continuer à entretenir la haine de l’autre, l’attentisme, le fatalisme, le désespoir, le clientélisme, la culture du clan bref le mépris pour son peuple. Il faut que tous nous comprenions que, pour recouvrer nos droits et reconquérir notre dignité, nous n’avons qu’un seul choix, c’est de nous organiser politiquement pour sauver notre démocratie. C’est simplement en voulant défendre ces principes de justice, d’intégrité, et d'espérance que nous partageons tous, notre compatriote Paul Marie MPOUELE et beaucoup d’autres subissent aujourd’hui des pires humiliations dont on ne peut imaginer. Les images insoutenables des tortures, du traitement inhumain qu’on pourrait sans hésitation qualifier de déshumanisation qui nous parviennent doivent nous interpeller pour dire que demain ça sera peut-être l’un d’entre nous si nous continuons à nous taire et soutenir la tyrannie qui sévit au Congo-Brazzaville.

Prenant pour prétexte d’un acte d’accusation fallacieuse, infondée et complètement insoutenable, les sbires de SASSOU enferment tous les jours des congolais sur qui nombre de fins connaisseurs de la vie politique congolaise portent leurs espoirs. Accepterions-nous que demain nous soyons tous des serviteurs, des esclaves du clan SASSOU ?

L'incarcération de nos compatriotes vient confirmer un état de fait lancinant depuis le retour sanglant au pouvoir du clan SASSOU. La loi régnant aujourd’hui est celle de la posture diabolique du "boucher d'Oyo".

En instaurant cette loi implicite mais souvent utilisée dans la pratique, celle de l’exclusion par la séquestration sans condition ni jugement. La réalité législatrice dominante est celle du pouvoir accordé à des personnalités très partisanes, immorales, imbues d’un sens inouï pour la torture, comme les procureurs, les enquêteurs, les commissaires de police qui jouissent de tout le pouvoir d’humiliation, d’emprisonnement et de mort, dès lors qu’il s’agit des opposants à leur régime moribond et pervers. Même pour un simple regard, une banale infraction des femmes sont battues et violées par les agents de la force publique qui se croient au dessus de tout. Semer la peur est redevenue la règle de gouvernance du clan par les "Tontons Macoute" du Congo.

Aujourd’hui notre combat doit répondre à un triple objectif: restauration de la démocratie, exigence de justice et impératif de développement équitable gage d’une paix durable.

Nos responsabilités sont énormes, nos missions grandioses, nos convictions intactes et notre espoir inébranlable!

Il n’y a rien de plus motivant que de se dire chaque jour, nous sommes entrain de contribuer à la libération de notre peuple pour lui permettre de reconquérir sa dignité. Il n’y rien de plus précieux que de donner une partie de son temps, de sa vie à l’espoir pour le peuple qui nous a vus naître et grandir, afin de lui permettre de recouvrer ses droits et de retrouver une existence libre et digne.


Tel est le sens du combat de nos frères emprisonnés. Nous qui sommes préservés de l’humiliation de la dictature clanique ne devrons jamais oublier de nous battre avec nos moyens pour rendre la liberté et la dignité à nos concitoyens injustement incarcérés.

Notre victoire ne sera possible que si nous faisons de notre dignité, une priorité au quotidien par notre engagement actif. Il est de notre devoir d’être au service de la libération de notre peuple enfermé dans la bulle du désespoir. Explosons-là pour créer les conditions de l’avènement de l’ État de droit et s’ouvrir le chemin d’une vraie démocratie.

Mais, comme le dit si justement cet adage africain: « l'aube n'est jamais aussi proche qu'au plus noir de la nuit ». La dictature sournoise, destructrice, et avilissante pour les Congolais est sur sa pente de fin de règne. Les gesticulations et les arrestations arbitraires en sont la preuve que le pouvoir est aux abois. Comme un éléphant blessé, il ne faut jamais le laisser reprendre ses forces ni encore moins s'attendre à ce qu'il boive lui-même le sang de sa déchéance. La mobilisation pour le lui faire boire est le message que nous lançons pour l’honneur de nos compatriotes subissant sous les yeux de leurs familles ces humiliations inacceptables.

Jean-Claude BERICette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.



 

Commentaires  

 
0 #19 ebale moka ange 08-08-2012 19:14
8) Mes chers compatriotes.nous sommes fatigues' on a beau ecrient,chanter ,crier et maintenant?
Je pense si j'ai garde' bonne memoire la greve generale de la CSC qui occasiona la chutte du PCT etait dans le calme ,car le serpent qui mord se se fait pas voir,meditons.
La meilleur facon de faire btomber ce pouvoir des AKANS c 'est de proceder aux tractes ou au face book pour faire passer le message et une fois la desobeissance civique et une greve illimite' des travailleurs,ta nt que il sera la` ni taxi ne travaillera pas ni marche',l'armee' gardera le pays pour ces infiltres de montage,mediton s.
Citer
 
 
0 #18 Diaf Le Kweta 16-06-2012 09:57
Au Congo de Denis Sassou Nguesso les « députés » n'ont pas la conscience du développement. Ils sont nombreux qui passe toutes leurs législatures sans avoir construit ni une salle de classe, ni un centre de santé, ni un forage, ni une ruelle…Ils sont également nombreux qui pense qu’ils n'ont aucun devoir vis-à-vis du petit peuple(les congolais d'en bas), et que la relation entre eux et la population est une relation de dépendance(les dons à volonté..la forme la plus grave de la corruption au Congo), sinon même de « maître et de l’esclave » surtout dans les régions où les députés est en même temps des chefs traditionnels. Ils sont encore nombreux ceux dont la mission vise seulement à maintenir la population dans la misère, l’ignorance et l’analphabétism e!!!
Citer
 
 
0 #17 Diaf Le Kweta 16-06-2012 09:56
Dénoncer, critiquer, conseiller ou proposer...
Dénoncer, critiquer, conseiller ou proposer sont des exercices très faciles. Mais vivre en se mettant au dessus de la haine de l'autre, du complexe n'est pas une évidence à la portée de tous les intellectuels.
Intellectuels Congolais voici nos maladies: la peur de l'autre, la haine, l'ethnocentrisme, la trahison, le silence complice, le culte du gain facile, le manque d'intégrité et de patriotisme.
Acceptons que je dise ce que je pense du fond de mon coeur et soyez rassurés, je n'ai aucun compte personnel à régler avec personne....sinon juste une ambition...pour mon pays!!
Citer
 
 
0 #16 Diaf Le Kweta 16-06-2012 09:53
En croyant que la violence, le développement du spectre de la guerre, l’appropriation des libertés, l’achat des consciences et l’usurpation des unités de productions économiques est la solution d’administrer aux générations futures une nouvelle leçon de démocratie dans un monde en pleine mutation est une grosse erreur de jugement. Au contraire, ce système qui détruit ces valeurs fondamentales est lui-même entrain de se détériorer, s’éloigner des congolais, se fissurer. Le système politique instaurer par le clan Sassou est entrain de dilapider sa « légitimité » pour apparaitre de plus en plus comme un système inhumain, enragé et prêt à tout pour se maintenir au pouvoir. Pourquoi se lance t-il dans une démarche si suicidaire ?
Citer
 
 
0 #15 Bebey Babela 16-06-2012 09:51
Donc, ne mélangeons pas vraiment les choses. Par ce qu'au nom de la même justice sociale qui nous permet de faire des analyses critiques, justes, honnêtes, veraces, vraies, crédibles et indiscutables sur Denis Sassou Nguesso Nous allons très bien aire des analyses critiques, justes, honnêtes, veraces, vraies, crédibles et indiscutables sur toi, qui que tu sois, sous la même autorité divine et Républicaine pour te montrer qu'en République du Congo n'est vraiment au dessus de la loi. Par ce que le temps ont vraiment change, en vérité''
Citer
 
 
0 #14 Bebey Babela 16-06-2012 09:50
''Au nom de la justice sociale, Nous déclarons et décrétons aujourd'hui que 16 Juin 2012 que Nous faisons des analyses critiques, justes, honnêtes, veraces, vraies, crédibles et indiscutables sur Denis Sassou Nguesso et le PCT pour lancer un message directe a tout Congolais et a toute Congolaise qu'en République du Congo personne n'est au dessus de la loi en vérité.

Si tu ne veux pas vraiment que Nous faisons des analyses critiques justes, honnêtes, veraces, vraies, crédibles et indiscutables sur toi alors le message mon frère ma sœur est très très claire. Ne touches pas a la République du Congo, a l’intérêt national de la République du Congo et a ses oints. Touches plutôt aux choses de ton père, de ta mère et de ta famille.
Citer
 
 
0 #13 Alain Malonga 16-06-2012 09:45
La SOPEKA est le diminutif de SOmbela ngai, PEsa ngai, KAbela ngai (Achète pour moi, donne-moi, offre-moi). Ce terme est une des multitudes trouvailles brazzaviloise qui stigmatise un comportement constaté chez certaines personnes irresponsables et vénales. Il consiste à vivre aux crochets des autres, de leur générosité et de la naïveté de l’entourage...
La SOPEKA n'est pas de la prostitution, mais bien pire que ça. C'est une forme de mendicité combinée à du marchandage et quelque chose d'abject qu'on nomme de l'escroquerie. Les personnes qu'on traite de SOPEKA se reconnaissent par un train de vie injustifié, un besoin incontrôlable de flatter, de s'approcher des autres, de nouer des contacts, toujours dans le but de jouir sans semer. Une fois démasquée, cette personne change de milieu afin de continuer à exercer sa sale besogne.
Citer
 
 
0 #12 Diaf Le Kweta 16-06-2012 09:44
Au contraire, ce système qui détruit ces valeurs fondamentales est lui-même entrain de se détériorer, s’éloigner des congolais, se fissurer. Le système politique instaurer par le clan Sassou est entrain de dilapider sa « légitimité » pour apparaitre de plus en plus comme un système inhumain, enragé et prêt à tout pour se maintenir au pouvoir. Pourquoi se lance t-il dans une démarche si suicidaire ?
Citer
 
 
0 #11 Diaf Le Kweta 16-06-2012 09:42
Le paradoxe entre l’extrême pauvreté qui sévit au Congo et la richesse toute aussi extrême de sa nature a de quoi révolter les âmes désireuses de justice économique.Le Congo est un pays pillé, tout le monde le sait, sa richesse fait son malheur et on espère un jour voir le bout du tunnel. Mais pour y parvenir, nous devons absolument savoir qui sont les responsables de ces pillages, quelle est l’ampleur de celui-ci et les conséquences socio-économiques qu’il entraîne!
En croyant que la violence, le développement du spectre de la guerre, l’appropriation des libertés, l’achat des consciences et l’usurpation des unités de productions économiques est la solution d’administrer aux générations futures une nouvelle leçon de démocratie dans un monde en pleine mutation est une grosse erreur de jugement.
Citer
 
 
0 #10 Diaf Le Kweta 16-06-2012 09:40
Le Gouvernement Denis Sassou Nguesso fait en sorte que la société civile Congolaise ne produise pas de mouvement capable de remettre en cause l’ordre établi, outre la répression policière, on utilisera l’éducation au rabais et inadaptée à la population et à ses besoins et plus endoctrinante qu’autre chose, on maintiendra les tensions naturelles entre les composantes de la société, on les exposera à l’endoctrinemen t religieux très éloigné des préoccupations économiques, on maintiendra le système de santé à un faible niveau puis on permettra l’émigration massive notamment des cerveaux potentiellement mal intentionnés vis-a-vis de l’ordre établi,Voilà le projet de société diabolique et satanique du chemin d'avenir, je comprend pourquoi le livre de chevet de Sassou Nguesso est le prince de Machiavel...peuple Congolais il faut sortir de ce cauchemar du chemin d'avenir...pensons à l'avenir de notre pays et de nos enfants!!!
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir