Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Le Congo serait-il la proie des enfants du clan Sassou ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le Congo serait-il la proie des enfants du clan Sassou ?

Envoyer Imprimer PDF

« Pendant que les autres candidats sont soumis à une réglementation budgétaire de campagne, les portes du Trésor publics sont grandement ouvertes pour les enfants du Clan » JCB

La couleur de la contestation n’est plus unique. Elle revêt de plus en plus un caractère multiforme et hétérogène. Les actes de représailles qui se multiplient actuellement indignent les congolais dont le ras le bol du pouvoir répressif se fait de plus en plus ressentir. Cette contestation s’est radicalisée depuis le 4 mars dernier où les gens ont découvert l’ampleur de la montée de l’insécurité qui cache bien une forme d’extrémisme coaché par un clan qui tente d’imposer son hégémonie par des voies autre que démocratiques. Même au sein du PCT, habituellement conditionné à approuver aveuglement les errements des membres du clan, les langues se délient et la fronde est de plus en plus perceptible.

Le festin des enfants du clan Sassou ou la déviance monarchique

Les Congolais constatent que le pouvoir dictatorial et sanguinaire de Denis Sassou Nguesso commence à décliner vers une monarchie. Qui peut croire que Claudia Lemboumba Sassou NGuesso (futur député de Talangaï) ou Christel Sassou NGuesso (futur député d'Oyo) seraient les mieux placés pour incarner le renouveau démocratique au sein du PCT ? Pourtant il existerait bien au sein de ce parti des grandes valeurs intellectuelles et humaines qu’on étouffe, intimide pour taire leurs idéaux patriotiques afin de laisser libre court à cet espèce de dépravation politique dont les fils du clan sont devenus des maître en la matière. Le pays est dépecé entre les sœurs et frères qui s’érigeraient les mêmes prérogatives que le père. Non seulement c’est contre institutionnel mais c’est également un affront inacceptable à la démocratie congolaise. (1)

Aujourd’hui les congolais prennent conscience de l’expansion nuisible de cette domination clanique et surtout les violences qu’elles engendrent dans la société. La riposte se prépare et se met progressivement en place pour contrer cette montée obsessionnellement destructrice d’un pouvoir extrême. Ce qui est inquiétant, plus même déshumanisant, c’est que le clan exploite la misère du peuple pour obtenir des voix. Comme cette visite sur fond de propagande mensongère où Claudia SASSOU découvre, comme par hasard le dénuement le plus humiliant dans lequel les braves femmes de l’arrondissement 6 « Talangaï » vendent leurs produits. Il aurait fallu qu’elle soit propulsée, par une manipulation nauséabonde au sein du PCT, candidate à la députation dans cet arrondissement pour se rendre compte de l’inexistence des stands modernes et de l’étroitesse des rangées dans ce marché. A cela, il faut ajouter la cohabitation des déchets dangereux des denrées alimentaires et les populations. Voila un peu plus de dix ans qu’elle gravite autour de son père, s’érigeant des pouvoirs incontrôlés. Pourtant, elle est restée durant tout ce temps aveugle, insouciante, distante, irresponsable et surtout préférant les honneurs des musiciens à qui elle distribue gracieusement des millions pour chanter ses déboires. Les vendeuses des marchés « Maman Mboualé », « Petit-Chose », « Ngamakosso », « Ecole et Terrain », ont été consolées par la remise d’une enveloppe financière. Voilà une belle manière déshumanisante d’une population en la soumettant à une indescriptible misère et sortir demain comme le sauveur en distribuant des billets de banque en guise de programme de compagne. Quelle compagne électorale indécente et dégradante posture !!! Comme si au Congo, seul l’argent compte, la morale et l’exemplarité seraient inexistantes dans la conscience des congolais. (2)

Le règne du « m’as-tu vu » du clan Sassou

De même, certains vont jusqu'à penser que c’est normal que Claudia Lemboumba Sassou NGuesso construise des forages à 60 millions de FR CFA à Talangaï pour pallier à la pénurie d’eau dans cet arrondissement. Et que le reste de la population des arrondissements du pays qui n’ont pas un SASSOU comme candidat à la députation en soit privée. Comment les populations vont-ils apprécier ces candidats multimillionnaires, pour beaucoup les membres du clan, qui promettent vents et marées pour sortir le Congo de l’impasse du développement alors que les autres candidats parfois du même parti seraient incapables de proposer ne fusse que la construction des latrines modernes tant bien même que leurs projets seraient plus éloquents ? Confronté au déficit financier, ils sont perçus par les populations comme des agitateurs politiques. Comment on peut tolérer le conflit d’intérêt cruellement mis en évidence entre la candidate du PCT et présidente de l’Association Demain le Congo (ADC) Claudia Lemboumba Sassou NGuesso lorsqu’elle fait des dons ? Les populations de Talangaï profiteraient-elles de l’enchantement des dons et largesse dont l’origine est plus que douteuse de l’Association Demain le Congo (ADC) ou du programme du PCT ? Comme le témoignage ce compatriote habitant de Talangaï sous couvert d’anonymat : «  Depuis 2000 nous vivons un grand calvaire dans ce quartier 68 (regroupant la zone de Petit Chose, Maman Mboualé et Ngamakosso), son cortège passait ici à vive allure sans prêter attention à nos souffrances, maintenant qu’on commence à critiquer leur pouvoir, la voilà qui vient donner des miettes après nous avoir abandonnés. Beaucoup de mes amis sont morts de misère, de manque de soin et d’insalubrité, pendant ce temps elle distribuait des millions aux musiciens d’en face…. Elle veux être député pour voler encore plus que son père… » (3) et (4)

Pendant que les autres candidats sont soumis à une réglementation budgétaire de campagne, les portes du Trésor publics sont grandement ouvertes pour les enfants du Clan. Où est l’esprit de parité dans cette mascarade, ce simulacre d’élection ou tout est mis en ordre pour plonger demain dans une situation irréversible le règne du Sassou. Les congolais passeront encore des heures de plus en plus sombres. On peut toujours agir et non subir.

Le pouvoir de Denis Sassou Nguesso est finissant, il faut lire les signes du temps. Face au déficit de l'autorité de l'état, Sassou Nguesso impose l'autoritarisme. Comme riposte à ce pouvoir mourant, le peuple congolais doit méthodiquement se lever et bien s'organiser, pour éviter le prolongement du règne du clan Sassou et absoudre les tares de ce pouvoir: La peur et la haine de l’autre, l’ethnocentrisme, la récompense de la médiocrité, les assassinats, les empoisonnements, les arrestations arbitraires pour cause d’opinion, la trahison, le culte de la personnalité et du gain facile, la corruption, l’obsolétisme du programme économique et social, la dépravation des mœurs, la pauvreté, le chômage exponentiel des jeunes, le manque d’intégrité et de patriotisme… (5)

Les congolais doivent bannir à jamais l’incurie incarnée par les membres du clan Sassou et refuser la spoliation de notre pays par la famille Sassou Nguesso. Le Congo ne doit pas être une monarchie sous la botte du Clan Sassou.

Jean-Claude BERI, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

(1) - Au non du père et du fils, le Congo nous appartient !

(2) - Les élections législatives de 2012 : l’obligation du juste choix

(3) - Le règne sulfureux des 4 amazones sur l'économie congolaise

(4) - Denis Sassou Nguesso : Son pouvoir affairiste crucifie et ruine les chances de développement du Congo

(5) - Congo-Brazzaville : L’illusion de l’homme providentiel


Commentaires  

 
0 #23 Lubricantes 25-08-2015 04:24
It's going to be finish of mine day, but before finish I am reading this
wonderful article to improve my knowledge.

my blog Lubricantes comestibles: http://enblum.bcz.com/2015/04/14/can-you-do-oral-it-right/
Citer
 
 
0 #22 Bejamin Okouéré 19-06-2012 11:22
Même si du côté de cet ancien directeur de cabinet du président déchu, Pascal Lissouba, on veut rire du peu de connaissance de la région par leur challengeur, le membre du gouvernement, fort du soutien de son parti, ne manque pas d’arguments pour donner du suspense à cette bataille. Une autre confrontation qu’offre le traditionnel défi Upads-PCT opposera, à Makabana dans le Niari, l’actuel ministre des Affaires foncières, Pierre Mabiala, et le député sortant, Dominique Nimi Madingou, une des voix pesantes du premier parti d’opposition à l’hémicycle.
Citer
 
 
0 #21 Bejamin Okouéré 19-06-2012 11:20
L’on ne s’y attendait pas, l’opposition entre les deux grands partis de l’échiquier congolais, l’Upads, ancien parti au pouvoir, et le PCT, ne manque pas d’animer l’actuelle campagne législative.
Dans la première circonscription électorale de Sibiti (chef-lieu du département de la Lékoumou), la lutte s’annonce sans merci entre l’actuel ministre des Postes et télécommunica tions, chargé des nouvelles technologies, Thierry Lézin Moungalla, et l’actuel président de la commission Éducation, culture, sciences et technologies de l’Assemblée nationale, Martial-de-Paul Ikounga.
Citer
 
 
0 #20 Samba Esthelle 19-06-2012 11:06
Il en sera tout autant pour le choc annoncé entre le secrétaire général et président par intérim du PCT (le parti au pouvoir), Pierre Ngolo, et le porte-parole du Club 2002- Parti pour l’unité et la République (PUR), Juste Désiré Moundelé, présenté en indépendant. Cette opposition dans la première circonscription du cin- quième arrondissement, Ouenzé, en- tre le manœuvrier politique que l’on sait de l’actuel premier secrétaire de l’Assemblée nationale et ce jeune tri- bun considéré comme « l’enfant du quartier » a été évitée de peu en 2007. Le challengeur entend vendre sa peau chère mais l’on voit mal, en certains lieux, pourquoi les mêmes arguments d’il y a cinq ans ne pré- vaudraient pas cette fois-ci.
Upads-PCT, les combats de bonne guerre
Citer
 
 
0 #19 Samba Esthelle 19-06-2012 11:05
Dans la cinquième circonscription électorale de Talangaï, le 6e arrondissement de Brazzaville, l’opposition entre l’ancien patron de la Société nationale de télécommunica tions, René Serge Blanchard Oba, et la conseillère aux relations publiques de Sassou Nguesso, Claudia Ikia Sassou N’Guesso, ne laissera aucun chroniqueur indifférent.
Citer
 
 
0 #18 Samba Esthelle 19-06-2012 11:04
Est-ce le signe d’une concertation au goût d’inachevé ou la volonté délibérée de laisser chacun mesurer son poids électoral au premier tour des élections législatives ? Le Parti congolais du travail (PCT) et ses alliés offrent à la scène politique quelques belles batailles riches en suspense.

Ainsi, dans la première circonscription électorale d’Owando, le pronostic est difficile entre l’actuel ministre des Finances, du budget et du portefeuille public, Gilbert Ondongo, et son propre collègue de l’Industrie touristique et des loisirs, Martial Mathieu Kani, présenté sous l’emblème du Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD). Affublés des suppléants Emmanuel Ebolo et Jean-Jacques Yhombi- Opango, les deux ministres de Denis Sassou N’Guesso, originaires du bord de la rivière Kouyou, se seraient chacun engagés à ne pas y aller pour perdre. Deux autres duels d’amis sont annoncés dans la capitale.
Citer
 
 
0 #17 Samba Esthelle 19-06-2012 11:02
"Le journal de l'élection Législative "
Le duel des fauves dans une fausse septique s annonce desserré .
la campagne électorale, pré lude au scrutin législatif du 15 juillet, la direction générale des Affaires électorales tarde à publier la liste définitive des candidats retenus dans différentes circonscription s électorales L’afflux de dossiers dans les deux dernières heures du 11 juin, date de clôture du dépôt des candidatures, est avancé par des membres de cette administration comme la principale cause du retard pris dans leur triage. Cependant, dans les rues, les bus et les troquets de la capitale, les commentaires vont déjà bon train sur les duels de haut niveau annoncés entre les candidats à la 13e législature.
Les chocs des amis
Citer
 
 
0 #16 hamed Diafouka-M. 18-06-2012 20:01
Tout le monde n’a que la succession de Sassou Nguesso en tête. Qui, quand, comment, pour en faire quoi ? Je mens pour la dernière interrogation car ici tout le monde a la réponse. Pour faire quoi du pouvoir? Le successeur de Sassou Nguesso, devrait faire manger son clan, quelqu’il soit. Dis aux gens (ceux qui comptent, les cadres, les militaires, les administrateurs de poids ou en puissance, les opérateurs économiques… et ce qui ne comptent pas) que tu veux qu’après Sassou chacun vive de son salaire et que l’égalité et la justice règnent pour tous, tu finiras empoisonné par ta propre épouse.
Quelle société ?!!!
Citer
 
 
0 #15 hamed Diafouka-M. 18-06-2012 19:59
Que promettent ces élections à venir ?
Le système électoral n’est pas plus transparent. La vie politique n’est pas plus assainie, ni juridiquement, ni financièrement. L’issu est connue parce que par le découpage électoral, le PCT aura toujours la majorité. « Alors pourquoi aller aux urnes ? » ai-je demandé à un grand frère, ancien ministre et cacique de l’UPADS ? « Parce qu’il faut exister en attendant le changement, pour en tirer profit et ne pas le subir » m’a-t-il répondu. L’opportunisme est donc devenu le plus grand parti du Congo. Être au bon moment au bon endroit est la seule stratégie. Mais dans ces conditions, sans préparation, quel changement sera-t-il possible? Vers quoi ? comment ?
Citer
 
 
0 #14 Bertin Mbemba 18-06-2012 19:56
La coup de poker de Yoka Aimé Emmanuel à Vinza est la tentative la plus risquée. S'il y parvient, ca sera la preuve que l'ensemble du scrutin a été truqué. S'il échoue, ca sera un désavoeu fort du régime.
Enfin, bien malin qui saura dire à quoi pense le président, à quoi il veut arriver, et comment compte t-il endiguer d'éventuelles érosion.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir