22/08/2017

Dernière mise à jour10:34:34 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Compte rendu de la conférence du 16 juin 2012 à PARIS sur le thème « l’impératif de la restauration de la démocratie au Congo Brazzaville »

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Compte rendu de la conférence du 16 juin 2012 à PARIS sur le thème « l’impératif de la restauration de la démocratie au Congo Brazzaville »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le samedi 16 juin 2012 s’est tenu dans les locaux de l’AGECA situé dans le 11ème arrondissement de Paris, une Conférence débat sur le thème « L’impératif de la restauration de la démocratie au Congo-Brazzaville » sous l’égide du Cercle de Réflexion pour des Idées Nouvelles avec le soutien d’autres personnalités de la société civile et politique congolaise.

Au programme quatre différents sous-thèmes étaient retenus, animés par les orateurs suivant :

Dr Pascal MALANDA du Centre Flamand de la communication non violente (Belgique) sur le thème : « Tragédie du 04 mars 2012: Creuset d’un véritable Etat-Nation ou tombeau de nos illusions démocratiques ? »

Armand MANDZIONO militant politique Matsouaniste sur « l’Impasse et illusion de la restauration de la démocratie » ;

Benjamin TOUNGAMANI de la Plateforme congolaise contre la corruption sur « l’Exodus ou la stratégie de l’émergence du projet national » ;

MINGWA MIA BIANGO du Cercle de réflexion pour des idées nouvelles sur le thème « Du devoir et de l’obligation à combattre la dictature au Congo-Brazzaville ».

Cette conférence qui vu la participation de près de 80 congolais et non congolais, avait pour but d’inviter les amis du Congo-Brazzaville, les militants des Droits de l’homme et de la démocratie, les Congolais opposés au régime dictatorial de Sassou Nguesso, à débattre des enjeux cruciaux auxquels est confronté notre pays et à participer à l’émergence et l’organisation de la Résistance Citoyenne Congolaise.

De nombreuses structures politiques et civiles actives de la place de Paris et de France ont répondu positivement à cette invitation confirmant la large portée de son écho. Certains participants, de nombreuses personnalités de tous horizons ont renoué avec cette forme de communion politique. Grande a été la joie des organisateurs en constatant la participation de nombreux congolais que nous croyions impossible à mobiliser.

Ce succès traduit sans doute, la pertinence des thèmes abordés, le besoin d’échanges mutuels de la part des organisations et un réel besoin de la Diaspora d’accélérer sa participation à la lutte pour l’avènement d’un état juste et démocratique, tout en étant loin de la terre natale.

Les questions ont été très nombreuses et la liberté de parole de chacun des participants a été respectée compte tenu des contingences horaires.

La force des débats et la vigueur des échanges ont obligé l’assemblée à élargir le champ et le cadre de la thématique principale en abordant à plusieurs reprises des problèmes liées à la réappropriation et au rétablissement de la vérité historique.

En prélude à la réunion, une intervention d’un invité Pietro Di Serego ami du Congo et descendant du célèbre explorateur Français d’origine italienne Pierre Savorgnan De Brazza.

En effet Pietro Di Serego a manifesté son intention de s’adresser au congolais afin de leur expliquer les tenants et les aboutissants, de la construction du mausolée dédié à son aïeul.

Il a en outre voulu apporter un témoignage sur les problèmes qui affligent les congolais, de la nature profondément rétrograde du régime Sassou et de ses méthodes d’action dignes d’un autre siècle, dont sa famille a d’ailleurs fait les frais.

Devant l’urgence horaire et étant donné sa double responsabilité d’intervenant et de modérateur, Mingwa Mia Biango a insisté sur notre devoir à tous, d’agir en rangs serrés dans la lutte pour le rétablissement de la démocratie, dont un des corollaires estl’obligation à combattre la dictature au Congo-Brazzaville .

Ce thème a été repris par un grand nombre d’intervenants dans la salle qui ont dégagé la problématique redondante dans la diaspora à savoir la nécessité d’une coordination de nos actions.

De son côté le Docteur Pascal Malanda planchant sur la tragédie du 04 Mars 2012, a rappelé l’amateurisme qui caractérise l’ensemble des acteurs politiques dans la gestion du pays et appeler à une véritable prise de conscience, à gommer les passions, à tirer les leçons des errements de notre douloureux passé et à en faire un creuset pour un véritable Etat nation.

Faisant une succincte généalogie de l’impasse de la démocratie dans laquelle nous nous sommes laissé entraîner particulièrement par le pouvoir actuel, Armand Mandziono Militant politique Matsouaniste a soulevé les approximations, les illusions de l’opposition et a invité les membres de la Diaspora à débattre sur la nécessité du retour aux acquis de la Conférence Nationale Souveraine, appelant à la définition d’une ligne stratégique pour un directoire du collectif de l’opposition chargé de l’élaboration d’un programme de lutte contre le régime dictatorial de Sassou

Enfin, clôturant la séance dans une brève allocution Benjamin Toungamani a soulevé l’importance d’Exodus, jonction entre les forces locales d’opposition et celles de l’extérieur pour enclencher une véritable dynamique et parvenir à l’aboutissement de notre combat, expérience faite de la réussite de la tenue de la Conférence Nationale Souveraine (Exodus II) et de l’échec de l’amorce d’un élan politique et économique du pays après le retour d’un grand nombre de cadres de l’AEC en 1963 (Exodus I).

Après ces échanges fructueux, l’ensemble des préoccupations et propositions des uns et des autres lors de cette conférence se structure autour de cinq, pour l’aboutissement de notre combat pour le rétablissement de la démocratie au Congo Brazzaville :

La nécessité d’une véritable stratégie de bataille pour la diaspora. Seule cette dernière pourra fédérer toutes les initiatives stériles de l’heure. La recherche de l’unité d’action autour d’objectifs clairs.

Le rejet des passions, une véritable prise de conscience et le respect des règles établis.

Un directoire élu au niveau de la Diaspora

le renforcement des liens avec l’opposition intérieure en vue d’une meilleure coordination de nos actions.

La stratégie de Exodus avec tous ses corollaires.

Tenant compte de l’engouement suscité les participants ont incité les organisateurs à la tenue d’une prochaine conférence dans les plus brefs délais pour mûrir les enseignements capitalisés lors de cette réunion.

PS

Nous ne mettons pas la liste exhaustive des nombreuses organisations participantes, n’ayant pas reçu un mandat explicite pour le faire.

Fait à Paris le 18 juin 2012

Diffusé par www.congo-liberty.com


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir