Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique LE CHANGEMENT DANS « UN MONDE MEILLEUR POUR TOUS » : Interview du Président du PPC

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

LE CHANGEMENT DANS « UN MONDE MEILLEUR POUR TOUS » : Interview du Président du PPC

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« Nous avons soufferts, nous avons finalement fait confiance et nous avons gagné. Oui, nos enfants seront biens parce que nous avons fait le bon choix. » DRN

TRIBUNE LIBRE.

Sans langue de bois ni tergiversations, mais tout dans l’humilité et la pertinence du constat, le président du PPC qui s’exprime pour la première sur votre site www.dac-presse.com nous parle à cœur ouvert de sa vision du Congo.

Son goût du pluralisme éclaire sa passion de l’unité nationale. Car il n’y a pas un peuple du Nord contre un peuple de sud, il n’y a que le peuple congolais, capable dans son unité de toutes les grandeurs.

Monsieur Dieudonné Roger Nzaba, président du Parti du Peuple Congolais.

 

DAC PRESSE : Bonjour Monsieur le Président, DAC PRESSE vous remercie de votre disponibilité pour répondre aux questions des internautes, pouvez-vous présenter votre Parti et décliner succinctement ses orientations ?

Dieudonné Roger Nzaba : DAC PRESSE, Bonjour Chers internautes,

En mon nom et celui du Parti, permettez-moi en premier lieu de tous vous remercier de l’intérêt que vous portez au Parti du Peuple Congolais (PPC) et à ses membres. Sachez que notre désir premier est de redonner espoir au peuple Congolais, plus particulièrement à la jeunesse qui constitue l’avenir de notre pays, et de redonner à tous la fierté de faire partie d’un des plus riches pays de la terre.

Cela étant dit, j’aimerais tout d’abord présenter et expliquer le choix de notre logo; emblème très significatif du cœur de notre Parti dont la devise est : unité – paix - prospérité.

L’emblème du PPC est la tête d’un aigle logé dans un cercle arboré des couleurs vert et jaune surmonté du sigle PPC. L’aigle est le symbole du courage, de la puissance et de la bravoure. Le vert représente l’espoir, la renaissance à la vie et à la création. Le jaune est la révélation de l’amour et de la sagesse, couleur du soleil et de l’or.

Le PPC est un mouvement politique démocratique, égalitaire, progressiste, sans appartenance ethnique ni régionale. Le PPC se veut d’abord et avant tout un cadre approprié de dialogue, un atelier de vie politique au sein duquel la tolérance, la justice, la préservation de l’unité nationale dans toute sa diversité, ainsi que le respect de l’alternance politique en sont les vertus cardinales. Le PPC est un parti qui prône les besoins et intérêts du Congo au lieu de prioriser les intérêts individuels et purement égoïstes.

Les buts et objectifs premiers du Parti du Peuple Congolais sont comme suit :

Unir le peuple congolais pour la démocratie et le progrès, dans la paix, l’unité et la prospérité ;

Lutter contre toute forme d’oppression, de préférence, de discrimination ;

Combattre la concussion, la prévarication, la corruption et l’impunité et faire en sorte que ces pratiques immorales disparaissent des habitudes des Congolais ;

Transformer le pays en une nation unie et solidaire, sans préférence ethnique, raciste ou sexuelle ;

Instaurer les principes démocratiques des droits de l’homme, de la liberté d’expression, de la liberté de manifestation et de grève, de la liberté de mouvement ;

Instaurer la séparation des pouvoirs grâce à une justice intègre et indépendante, une presse et des médias libres qui incarnent véritablement le quatrième pouvoir démocratique ;

Consolider les acquis démocratiques et garantir le libre choix du gouvernement et des charges publiques par le peuple à travers des élections libres et transparentes ;

Accepter le suffrage universel et les éventuels échecs électoraux ;

Œuvrer pour la justice sociale, la réduction des inégalités ;

Instaurer une bonne gouvernance dans l’explication et la clarté ;

Préserver le dialogue avec les autres parties politiques et groupes d’influence dans le respect mutuel ;

Encourager le patriotisme et la fierté d’être congolais ;

Encourager l’esprit de tolérance et reconnaitre la diversité culturelle, linguistique et religieuse des uns et des autres ;

Apporter un développement économique qui bénéficie aux Congolais ;

Soutenir et promouvoir l’égalité des femmes, leur promotion dans la société ;

Protéger les enfants, les faibles, les handicapés ;

Préserver l’indépendance nationale, la place du Congo dans le monde ;

Participer aux échanges internationaux, œuvrer pour le développement durable, pour la paix dans le monde, pour le désarmement, pour une écologie appliquée.

DAC PRESSE : Comment votre Parti compte t-il agir sur le paysage politique congolais ?

Dieudonné Roger Nzaba :

Le PPC s’engage formellement à transformer le paysage politique congolais en modifiant grandement, ou en abolissant, les manières de faire utilisées par nos dirigeants actuels.

Mes aspirations et mes revendications en tant que Président du Parti du Peuple Congolais sont exclusivement motivées/initiées par l’amour de mon pays et l’homme que je suis, qui se refuse catégoriquement à accepter la politique actuelle. Je dis non aux abus répétés de la constitution, taillés sur mesure.

Je suis indigné que le pays soit géré comme une entreprise familiale.

Je suis indigné des abus financiers qui ne sont pas suivis et répertoriés par le Ministre des Finances. Je suis indigné d’une cohorte de police qui ne respecte plus les citoyens alors que leur mandat premier est de les servir et les protéger en tout temps.

Je suis indigné d’un chef d’état qui accepte que les avocats passent la nuit dans les ténèbres, pris au piège par des geôliers, simplement parce qu’ils exercent leur métier.

Je suis indigné d’être sous la tutelle d’un gouvernement qui met aux arrêts des politiciens en faisant usage d’accusations rogatoires comme dans le cas de l’arrestation gratuite du Vice-président du PPC Monsieur Paul-Marie M’Pouele. Etc.

Beaucoup de bonimenteurs ont prononcé des discours... Des gens en qui nous avons tous eu confiance. Des gens qui ont substitué le patriotisme aux envies rogatoires ; soutenant les acabits démocratiques qui au fil des jours ressemblent à une Congocratie.

Tous les grands états que nous connaissons ont été façonnés par des hommes sans égoïsme, droits et intègres. Nous avons toujours été au service du peuple. Comment pouvons-nous expliquer que tandis que les ressources pétrolières ne cessent de proliférer, le Congo est au rang des pays les plus endettés? N’est-ce pas que cette indéniable croissance devrait être une chance inouïe pour notre pays de se reconstruire et de trouver enfin le chemin de la prospérité?

Le Congo est en mesure de donner du travail à tous nos jeunes. Pourtant, le niveau de chômage des jeunes Congolais a atteint un niveau des plus effrayants.

De manière générale, dans les pays, ce sont les écoles qui assurent l’avenir. Malheureusement, au Congo, les intellectuels ne constituent plus des modèles pour personne. La débrouillardise est de mise. Elle s’est érigée en mode de survie, brouillant tous les repères. Il vous suffit de faire le tour de quelques écoles pour assister à un spectacle désolant et révoltant. Des enfants qui étudient à même le sol dans un pays producteur de bois. L’éducation publique suscite l’indignation, la révolte et la pitié. La liste est longue…

L’engagement transparent, honnête et continu auquel le PPC se soumet publiquement devant vous aujourd’hui, chers internautes, assurera la pérennité de notre pays et son respect international.

J’ai la conviction qu’au sein de notre société qu’est la société Congolaise, tout individu, peu importe son âge, son sexe ou sa classe sociale a le droit à une chance égale et c’est sur cette conviction que sera basé le nouveau visage politique congolais.

DAC PRESSE : La jeunesse de votre Parti ne serait-il pas un inconvénient face à l’hégémonie des Partis dits traditionnels ?

Dieudonné Roger Nzaba :

Bien au contraire. La jeunesse de notre parti, tant au niveau de sa création que dans l’âge moyen de ses membres, nous permet d’avoir une vision moderne et réaliste des besoins d’aujourd’hui; loin des traditions souvent archaïques qui nous enlisent dans une suite d’actions similaires aux partis qui nous ont précédés, et ce, toujours dans un souci de plaire au peuple qui nous choisit comme Parti électoral afin de diriger son pays.

Je soulignerai également que le terme hégémonie fait référence à la suprématie, au pouvoir prépondérant, dominateur, d'un État, d'un groupe social sur d'autres. Hors, nous savons tous que la génération de nos jours, cible première du PPC, est totalement rébarbative à toute forme d’autorité, et ce, qu’elle soit juste ou non, clémente ou agitée. La dictature telle que nous la connaissons à l’heure actuelle n’a plus sa place. Le PPC s'oppose à cette vieille classe politique qui, depuis plusieurs décennies, se sert du pouvoir politique à des fins d'enrichissement personnel.

De ce fait, nous répondons à l’invitation du président Américain John Fitzgerald Kennedy, je cite : «Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays».

La mission sacerdotale du PPC est de mettre l’état et les acteurs politiques de tous bords au service du peuple et non le contraire.

Ces actes de sagesse sauront enfin réconcilier un peuple Congolais trop longtemps divisé; victime de l’ethnocentrisme, du favoritisme et d’injustices diverses.

DAC PRESSE : Dans sa première année d’existence, votre Parti vit l’une des épreuves les plus pénibles, en particulier l’arrestation de votre Vice président en la personne de Monsieur Paul Marie MPOUELE, quelle est votre réaction ?

Dieudonné Roger Nzaba :

Pour bien comprendre la galère dans laquelle nous sommes, je reculerai un peu dans le temps…

Depuis le 4 mars dernier, jour de l’explosion qui a fait des centaines de morts à Brazzaville, les arrestations arbitraires n’ont cessé de croître; officiers généraux, militaires et civils sont aussi aux nombres des capturés…

C’est d’ailleurs dans cette foulée que le 17 avril dernier à son retour une visite de travail à Johannesburg Afrique Du Sud, Paul Marie M’pouele était convoqué par la police centrale afin de répondre à certaines questions, lui dit-on. Ignorant qu’il serait arrêté, sachant pertinemment qu’il était en règle sur tous les plans, il en fit peu de cas et se rendit de bonne foi au poste de police, accompagné de quelques membres du bureau exécutif national du PPC. Les geôliers s’en emparèrent et Paul Marie M’pouele, pour notre grand étonnement à tous, ne repartit pas de la prison. On accuse à tort le PPC d’avoir, entre autres, porté atteinte à la sécurité du chef de l’état, Monsieur Denis Sassou-Nguesso, et à Paul Marie M’pouele ,en envoyant des messages SMS qui portaient atteinte à la vie du président de la république. Le 24 avril, Paul Marie M’pouele était transféré, toujours sans motif, à la maison d’arrêt de Brazzaville.

L’arrestation de Paul Marie M’pouele est non seulement illégale mais les raisons pour lesquelles il est incarcéré sont arbitraires; reposant sur des accusations fausses et dérisoires. Paul Marie M’pouele n’est qu’un bouc émissaire, une parodie de présentation devant le procureur…

A l’heure actuelle, Paul Marie M’pouele incarcéré depuis plus de deux mois déjà, survit dans des conditions très difficiles. Il a d’ailleurs développé plusieurs carences qui lui infligent de multiples problèmes de santé, tels : problèmes intestinaux, diarrhée sanguine et hémorroïdes.

En date du 28 juin 2012, toutes les négociations et demandes de libérations provisoires ont été rejetées. Une date de procès avait été fixée au 28 juin, mais cette convocation n’a pas été honorée et nous n’avons reçu aucun appel ou suivi à ce sujet. A ce jour, Monsieur Paul Marie M’pouele n’a donc pas été présenté devant un juge… Permettez-moi donc de crier mon scepticisme face à tant de manques répétitifs et, il me semble, volontaires, dans le traitement de ce dossier qui, disons-le, est pourtant suivi de près par les médias locaux, nationaux et internationaux.

Bien que cette événement nous ébranle au quotidien et que des démarches sont faites de manière assidue aux fins de relâchement de notre Vice-président, Paul Marie M’pouele, j’aimerais que les dirigeants actuels sachent clairement que son incarcération affaiblie en rien le Parti du Peuple Congolais.

L’incarcération de Paul Marie M’pouele nous pousse à redoubler d’ardeur dans nos efforts pour le changement. Nous avons des organes qui travaillent 24/7 afin de mener à terme toutes les réalisations du PPC. La volonté de Dieu est avec nous et c’est avec Jéhovah comme bouclier que nous ferons face à nos adversaires, quels qu’ils soient.

La vie politique doit continuer d’avancer et c’est bien ce que le PPC entend faire. Je suis fier de dire qu’envers et contre tous, c’est avec courage que le PPC fait face à l’adversité la tête bien haute, et ce, sans hésitation.

Le PPC est en train de structurer les adhésions.

Le PPC est représenté dans tous les villages du pays.

Le PPC est en contact avec tous les fronts des partis de l’opposition et l’ARD

A ce jour, Monsieur M’pouele, Vice-président du Parti du Peuple Congolais et candidat aux élections législatives 2012, est toujours incarcéré et nous faisons tout ce qui est humainement possible pour mettre un terme à cette mascarade et ainsi assurer sa libération imminente. Nous n’avons pas peur. Nous accepterons tout jusqu’à la fin.

Jamais nous ne baisserons les bras. Jamais.

DAC PRESSE : Votre réaction face aux événements du 4 Mars 2012 ?

Dieudonné Roger Nzaba :

A ce jour, je reste sans mot devant cet événement aurait facilement pu être évité, et ce, sans grandes actions exhaustives. Seul un souci sincère pour son peuple aurait permis aux intervenants/responsables/acteurs dans ce dossier de poser des gestes concrets afin d’éviter cette explosion et surtout ne pas exposer inutilement des hommes, des femmes et des enfants à cette menace quotidienne qu’était un bombardement d’explosifs à proximité de leurs résidences familiales. Je suis estomaqué face à la négligence et à la nonchalance de nos dirigeants avant, pendant et après les événements du 4 mars 2012. Aujourd’hui, le tout est irrécupérable.

Ci-dessous, l’intégral du message transmis au peuple Congolais (via des médias locaux et nationaux divers) le jour même de l’événement tragique du 4 mars 2012 :

« C'est bien humblement, avec beaucoup d'émotions que je m'adresse à vous. Oui, peuple du Congo Brazzaville qui aujourd'hui vit un deuil collectif. Ce n'est pas l'homme politique qui vous parle mais bien l'homme attristé et accablé par tant de douleurs. (...) comme il est écrit dans la bible ; Job: 29... Je sauvais le pauvre qui implorait du secours, et l'orphelin qui manquait d'appui. La bénédiction du malheureux venait sur moi; Je remplissais de joie le cœur de la veuve. Restez solide et uni en ce jour d'épreuve. Ne perdez pas la foi. Demain sera meilleur mes frères. Tendez-la main aux démunis, restez forts. L'épreuve est difficile à accepter, mais c'est dans l'adversité que nous gagnerons la sagesse et l'intelligence. Nous ferons savoir au pouvoir de Brazzaville notre indignation par écrit dans les prochains jours. J'offre mes sincères sympathies aux familles qui ont perdu un être cher. Que leurs âmes reposent en paix. Dieudonné Roger Nzaba. »

Je profite de la présente tribune pour réitérer mes sincères condoléances aux familles affligées encore et pour toujours par le deuil.

DAC PRESSE : Quelle est votre appréciation sur les futures élections législatives de juillet 2012 ?

Dieudonné Roger Nzaba :

Je demeure positif face à l’issue des élections législatives de juillet 2012 et suis convaincu que le PPC aura des candidats qui siègeront enfin.

« Un monde meilleur pour tous. » Tel est le thème choisi selon la vision que j’ai pour le PPC durant les échéances de Juillet 2012. Je veux faire une politique juste, centrée sur les valeurs de base qui encouragent le développement, la croissance, la justice et la paix.

Je dis Vive la démocratie au Congo de Brazzaville !

« Un monde meilleur pour tous. » C’est :

STRUCTUREL
*Nouvelle constitution citoyenne
*Sécurité des biens et des personnes
*Solidarité sociale
*Libre entreprise
*Établissement de contre-pouvoirs
*Indépendance du pouvoir législatif
*Indépendance de la justice
*Indépendance des médias
*Lutte contre la corruption
*Lutte contre la concussion et la prévarication
*Création d’un observatoire congolais des droits

ÉTATIQUE
*Décentralisation accrue
*Régulation des retraites
*Recouvrement des taxes
*Application d’un principe minimum de préférence nationale
*Application des lois
*Renforcement de la souveraineté nationale


SOCIÉTAL
*Refonte du système d’éducation
*Refonte du système de santé
*Passage aux technologies TIC
*Revalorisation des salaires en contrepartie d’engagements de moralité


OBJECTIFS
*Nominations au mérite
*Publication des décisions de justice
*Publications des débats du Parlement
*Incitation à l’installation ou au partenariat d’entreprises
*Créations d’emplois
*Développement du tourisme
*Soins primaires gratuits
*Protection des consommateurs

Nous porterons ces idéaux jusqu’en 2016, lorsque le candidat du Parti du Peuple Congolais, en l’occurrence moi-même Dieudonné Roger Nzaba, avec le soutien du peuple et de la communauté internationale serai élu à la magistrature suprême du pays.

DAC PRESSE : Comment pensez-vous rentabiliser cet engouement de la jeunesse congolaise pour le changement que vous incarnez?

Dieudonné Roger Nzaba :

Je souris en lisant votre question.

Ce qui me vient à l’esprit à priori est que je ne cherche aucunement à rentabiliser l’engouement de la jeunesse congolaise. En fait, je ne cherche pas à rentabiliser quoi que ce soit.

Pour moi, c’est simple :

La jeunesse congolaise est l’économie de demain.

La jeunesse congolaise est la pensée de demain.

La jeunesse congolaise est l’opposition de demain.

La jeunesse congolaise est le visage du Congo de demain.

La jeunesse congolaise est la police, l’école, l’hôpital, la politique de demain.

La jeunesse congolaise est la relève de demain.

Ce n’est pas moi ou le PPC qui rentabilisera cet engouement, mais bien notre pays. Oui, notre pays tout entier bénéficiera de ces jeunes qui auront suivi le PPC et son président en adhérant à nos idéaux qui en fait ne sont que la suite logique des actions qui doivent être entreprises pour assurer le bien de notre pays, et ce, pour des générations à venir.

Je suis la jeunesse et la jeunesse est moi. Voilà pour la jeunesse croit en moi.

A notre jeunesse abandonnée à elle, même si démographique elle fait la moitié de la population Congolaise. Maintenant que le PPC vous caresse, vous ne serez guidé que par les idées du progressisme qui encouragent la paix, la liberté et le travail.

J’ajouterai à ceci que la création officielle du Parti est récente mais il y a bien longtemps que nos devoirs sont faits; il y a bien longtemps que nous observons nos prédécesseurs ainsi que les Partis en place afin de faire une analyse méticuleuse et ainsi établir les orientations du PPC.

Nous sommes peut-être jeunes mais croyez-moi, chère jeunesse, nous sommes parfaitement outillés pour faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain.  Restons soudé et tout ira bien.

DAC PRESSE : Votre mot de fin, Monsieur le Président

Dieudonné Roger Nzaba :

Agissons pour un Congo progressiste et uni.....
Puisque personne d'autre ne nous accordera notre dignité, il nous revient à nous, seuls, de lever nos VOIX pour la réclamer. Nous répondons, "mais comment pouvons-nous le faire ?".

Nous avons tous lu l'histoire de ce père qui avait trois fils. Un jour le père fait venir ses enfants et leur présente une corde tressée, contenant trois brins. Il leur demande qui d'entre eux pourra la briser. Chacun à son tour, les trois fils tentèrent de briser la corde, mais aucun n'y parvint. Alors le père prit la corde, sépara chaque brin, et facilement il brisa chaque brin isolément.
Si nous luttons individuellement contre l'injustice, les crimes et l'impunité, nous serons assurément vaincus; isolés comme les brins de cette corde brisée par le père des trois enfants.
Mais si nous nous unissons à tous ceux qui luttent comme nous, alors nous devenons invincibles. Cette vérité qui était valable hier avec le père et ses enfants, demeure vraie encore aujourd'hui.

Chers amis, je vous enjoins aujourd’hui à la confiance en le PPC. Enfin, un Parti qui vous représente et veut votre bien. A titre de Président du Parti du Peuple Congolais, je m’engage à entendre vos voix et à propulser et réaliser vos rêves et vos désirs aussi loin que le Seigneur me permettra de le faire.

Moi, Dieudonné Roger Nzaba, politicien, homme d’affaires et père de famille jure devant Dieu de faire de cette cause, qu’est la renaissance de notre pays, mon oxygène. Je travaillerai nuit et jour afin que le peuple Congolais puisse un jour dire avec contentement : « Nous avons soufferts, nous avons finalement fait confiance et nous avons gagné. Oui, nos enfants seront biens parce que nous avons fait le bon choix. »

Sachez assurés qu’une fois le sommet atteint, à savoir : un Congo brillant de mille feux dans toute sa splendeur, pourvu d’un peuple souriant, fortuné, satisfait, ayant recouvré sa fierté, jamais je ne me remplirai d’orgueil et n’utiliserai votre confiance à mauvais escient.

Je préférerai pouvoir vieillir en toute quiétude en sachant qu’ensemble nous avons réussi.

Je demeure à votre disposition pour toute question ou commentaire. Prière d’écrire au : ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ).

Vive la démocratie

Vive le PPC

Vive le Congo

Je vous remercie.

Par : Dieudonné Roger Nzaba, président du Parti du Peuple Congolais.

Avec les remerciements de tous les lecteurs du site : www.dac-presse.com

Interview réalisée le 28 juin 2012 par la Rédaction du DAC PRESSE.


 

Commentaires  

 
+1 #1 BEDEL NZOMONO 11-06-2013 07:28
bjr president tres idealiste sa va marcher.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir