17/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Mort subite du Président Ghanéen, John ATTA-MILLS

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Mort subite du Président Ghanéen, John ATTA-MILLS

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le communiqué de la presse présidentielle Ghanéenne est très laconique :

 

« C’est avec le cœur lourd que nous annonçons la mort brusque et prématurée du président de la République du Ghana ».

Ce sera tout. Pas de précisions connues pour l’heure sur la maladie qui a précipité dans l’au-delà, celui qui dirigeait le pays depuis 2009 après avoir accédé au pouvoir en fin 2008, s’étant présenté trois fois aux échéances électorales.

Cet homme avait eu le privilège d’être le premier chef d’état Africain à recevoir le Président Américain Barack Obama qui l’a félicité pour ses grandes capacités à diriger et les prouesses réalisées par son pays cité souvent comme un modèle de gouvernance sur le continent.

C’est depuis Accra que Barack Obama a déclaré que « l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais d’institutions fortes ».

Cette mort l’a fauché alors qu’il venait de fêter ses 68 ans, le Samedi dernier.

L’Afrique perd un grand leader qui avait pour modèle Kwamé N’Krumah, l’un des pères des indépendances Africaines.

 

Source:  http://www.afrik-online.com/?p=14964

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir