Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Un transfèrement inquiétant !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Un transfèrement inquiétant !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le combat pour la restauration de la liberté et de la justice ne peuvent se gagner dans la mise en avant d’un acharnement justifiant une déviation judiciaire bafouant toutes les règles démocratique en vigueur. Nos compatriotes Maitre MALONGA et le Colonel TSOUROU subissent de façon répétitive de sévices psychologiques indignes.

 

Arrêté depuis un peu plus de quatre mois, pour des raisons farfelues dignes des scénarios rocambolesques d’un gouvernement stalinien, Me MALONGA vient d’être transféré dans une cellule « NON SÉCURISÉE ». Pourtant acquitté, Me MALONGA demeure en prison à cause d’une gymnastique mafieuse judiciaire déformant la loi pour inventer des stratagèmes juridiques très discutable pour le maintenir encore en détention à ce jour. Son transfèrement dans une cellule « NON SÉCURISÉE » à la merci des voyous, des dealers, des violeurs, assassins et autres ne serait-il pas un moyen d’exposer sa vie aux réactions incontrôlées et souvent tragiques de certains détenus ?

C’est également le même sort qui a été réservé au Colonel TSOUROU qui s’est vue transférer Mali-militari de sa cellule VIP vers une autre cellule « NON SÉCURISÉE ».

De même notre compatriote Paul Marie MPOUELE, Arrêté le 17 avril 2012 par les services de la police est victime des sévices inimaginables sans pour autant que cela n’interpelle les autorités judiciaires.

Nous sommes en droit de se poser la question de savoir pourquoi cet acharnement sur ces détenus dont pour la plus part les faits qui leur sont reprochés n’a jamais pu être démontré devant une quelconque cour judiciaire ? A défaut, de réussir à soumettre leur conviction, leur volonté de justice et de paix équitable, le gouvernement tenterait-il une dernière pirouette machiavélique de les exposer a une éventuelle bavure entre détenus ? Ou se serait un moyen, plus approprié de laisser infiltrer un sbire du gouvernement pour porter atteinte a nos compatriotes ?

En tout cas ce transfèrement suscite plus de questionnement qu’il n’apporte de réponses.

De ce qui précède, L’Association DAC prend le Peuple congolais ainsi que la communauté internationale à témoin et exige la libération immédiate de ces compatriotes ainsi que de tous les autres détenus et invite également les différentes chancelleries soucieuses de l’émergence d’un véritable État de Droit au Congo-Brazzaville ainsi que toutes les ONG de défense des Droits de l’Homme à voler au secours de  tous les citoyens congolais arbitrairement incarcérés.

DAC


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir