22/08/2017

Dernière mise à jour10:34:34 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique L’Upads KO debout

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’Upads KO debout

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« On rentre OK, on sort KO », tel était le slogan de l’orchestre OK Jazz de Franco Luambo Makiadi. La victoire du PCT aux législatives a laissé l’UPADS littéralement KO. Les leaders de l’Upads sont sans voix. Ils ont perdu gorge. Sassou Nguesso et le PCT les ont-ils cloué le bec avec des espèces sonnantes et trébuchantes ? Le parti des « 3 palmiers » sort du round électoral laminé et pétrifié.

Au lendemain de la proclamation des résultats des législatives du 15 Juillet et du 5 Août 2012, remportées de manière scandaleuse et frauduleuse par le PCT, personne en vérité n'attendait sérieusement du parti de Pascal Lissouba qu'il marque l'histoire politique du Congo-Brazzaville d'une empreinte irrésistible, de quelques actes saillants et faits d'armes héroïques, d'une décision spectaculaire, tels la mobilisation de la population, d’un meeting de protestation, d’un appel au blocage du pays ou pont d'Arcole. On peut rêver.


Mais ce n'est pas le genre de l’Upads de mener bataille. Le parti de Pascal Lissouba attend les alouettes tombées du ciel toutes rôties. C’était le fait de Bernard Kolelas et du Mcddi avant de « tourner casaque » selon l’évangile de la paix prêchée par Saint Denis et les apôtres du Pct. Autre temps, autres mœurs.

Siamois

Toutefois, Pierre Ngolo, secrétaire général du PCT, réconforté par un scrutin truqué caractérisé par un fort taux d’abstention, ne manque pas d'humour lorsqu'il suggère au parti de Pascal Lissouba de se mettre au travail afin de gagner davantage de députés. Chacun sait que le seul travail que le PCT sache faire c’est éliminer par tous les moyens le risque de compétition. Le parti de Pierre Ngolo a vaincu sans péril, et triomphé sans gloire dans toute la ville. En témoigne le méga-concert offert à ses « électeurs » de Talangaï par Claudia Ikia Sassou après s’être offerte sa députation avec la grâce de papa. Dans la pratique de la langue de bois et le maniement du « bâton et de la carotte », le Pct et l’Upads sont des frères siamois.

Le silence des agneaux


À défaut de panache, on pouvait espérer que l’Upads parviendrait à donner, au-delà des quelques déclarations qu'elle a faites entre deux tours d’élections, des signes suffisants de manière à rendre plus lisible la politique générale qu'elle allait mener en qualité de famille politique importante d’opposition du Congo-Brazzaville.

Le parti de Pascal Lissouba n’est pas monté au filet. La publication du communiqué de l’Upads est restée à cet égard assez floue et décevante. La participation à la concertation d’Ewo et les atermoiements de L’Upads de l’entre-deux tours des législatives, réclamant mollement l’annulation du scrutin tout en maintenant ses candidats en lice au second tour, ont déboussolé ses propres électeurs et ont fini par convaincre l’opinion que sur le plan politique elle était « finie ». L’UPADS, c’est fini ! Il faut dès à présent penser à sa restructuration. C’était « un pas en avant, deux pas en arrière ». Et, depuis, plus rien. Faut-il cent jours de délai et même davantage pour que le bureau de l’Upads passe aux actions concrètes ? La politique(tout comme le spectacle) a horreur du vide. Au Congo-Brazzaville, Sassou Nguesso et le PCT ont réussi l’exploi de transformer la politique en spectacle. On attendait de l’Upads qu’elle prenne des mesures susceptibles de provoquer l’électrochoc politique dans l’opinion. En vain.

La rançon d’une alliance


Face au hold up électoral du PCT, il aurait fallu que le parti du Niboland opposât un cinglant refus quant à ses sept députés de siéger à l’Assemblée. Or ce n’est pas le cas. Au bout du compte, jouer le jeu de la participation électorale consacre de facto une assemblée nationale tout ouïe monocolore PCT aux ordres de Mpila prête à une modification constitutionnelle. . A cause de l’appât du gain, les députés Upads ne sont pas prêts à sacrifier leurs 3 millions de Francs Cfa d’émoluments. Il est plus facile de demander à un cabri de ne pas brouter l’herbe là où il est attaché qu’à un agent politique du parti des Trois Palmiers de ne pas boire le vin de la collaboration.


Benjamin BILOMBOT BITADYS


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir