Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Questions à Monsieur Marion Michel Madzimba Ehouango, Président de l’association Marien Ngouabi &Ethique.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Questions à Monsieur Marion Michel Madzimba Ehouango, Président de l’association Marien Ngouabi &Ethique.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Vous avez pu constater sur le site de DAC, www.dac-presse.com que nous nous tournons vers chacun des acteurs de la vie politique puisque le sort de notre pays est dans l’association des idées de tous les responsables nationaux. C’est à ce titre que nous pensons utile de connaître leurs opinions sur les principaux sujets qui nous occupent.

 

 

Notre invité du mois est Marion Michel Madzimba Ehouango

Président de l’association Marien Ngouabi &Éthique nous livre ses impressions

 

Question 1 : Bonjour Monsieur le Président, DAC PRESSE vous remercie de votre disponibilité pour répondre aux questions des internautes, pouvez-vous présenter votre association et décliner succinctement ses orientations ?

Depuis 2010, l’Association Marien Ngouabi & Éthique n’est plus active pour deux raisons :

D’abord parce que son objet de départ qui était de soutenir la thèse de Mr Justin Lékoundzou contre celles de Mr Sassou sur les questions relatives à la responsabilité personnelle et de la responsabilité collective dans tout ce que l’on reproche au P C T et, par voie de conséquence, sur la nécessité ou non de dissoudre le PCT (parti crée par Marien Ngouabi dont le « mystère » de l’assassinat n’a toujours pas été élucidé) dans le RMP … Cette bataille nous l’avons gagnée ! Car Mr Sassou a renoncé à éteindre le Nom de « Marien» lié à ce parti ; mais pour moi cette victoire n’en est pas une, car le P C T est devenu un parti dominé non plus par des courants de pensées mais par des clans familiaux. . Ce qui m’a poussé à démissionner de ce parti tout en continuant de me sentir très concerné par l’héritage politique de Marien Ngouabi que nous avons crypté sous la dénomination «  ÉTHIQUE » (voila pourquoi cette association s’appelait « Marien NGOUABI et ÉTHIQUE » ) . Bref …Mr Lékoudzou est resté au PCT et moi je suis parti avec l’Association «  Éthique ».

La seconde raison est que le pouvoir de Brazzaville a toujours interdit de réunion cette association ( malgré son agrément publié dans le J.O. français , lieu de sa création), lui refusant l’agrément du gouvernement ( récépissé de reconnaissance du statut d’association loi 1901) .Devant la brutalité de ce pouvoir ( j’en sais quelque chose pour en avoir souffert corps et biens) , nous avons choisi de changer la forme de notre combat politique passant des actions de terrain pour la diffusion des idées et la contestation des inepties de ce pouvoir à travers nos réunions et débats publics et virtuels.


Question 2 : Comment votre association compte t-il agir sur le paysage politique congolais ?

Nous avons de nombreux cercles de réflexion « Éthique » dans le pays et dans les principaux lieux de concentration des diasporas congolaises. Le rôle de ces cercles est de débattre des questions politiques et principalement d’apporter des améliorations à ce que j’avais présenté comme projet politique lors de l’élection présidentielle de 2009. Notamment et entre autres thèmes , les questions liées à la gestion décentralisée du pays , le rôle et la place de l’Armée dans la cohésion et la politique de développement nationale , la moralisation de la vie publique , la résorption de la dette que le pouvoir actuel est entrain de renvoyer à la responsabilité de la postérité , la question de l’école et de la formation des élites , les modalité de l’organisation de la Concertation Nationale Inclusive ( j’y crois fermement comme seul moyen de fermer la parenthèse du coup d’Etat – nécessaire vu le contexte de l’époque - de 1997) et le cahier de charge qui découlera de cette C N I. et le retour à l’ordre constitutionnel du 15 mars 1992, etc…


Question 3 : La jeunesse de votre association ne serait-il pas un inconvénient face à l’hégémonie des Partis dits traditionnels ?

Je ne considère pas les partis actuels comme hégémonique pour la simple raison qu’en fait, ils n’existent presque pas….La réalité est que ce sont des partis qui doivent payer des badauds pour les inviter aux meetings et sont incapables de faire répercuter des consignes politiques auprès de ceux qu’ils considèrent comme leurs bases. Le P C T est dans une situation encore plus dramatique car à la différence des autres qui ont parfois une élite engagée (même tribale), dans ce parti on compte des mercenaires plutôt que de militants.

Face à un tel paysage, tout reste à conquérir en termes d’espace politique. Nous avons volontairement choisi d’encadrer la jeunesse plutôt que de viser à convaincre des gens qui, de toutes les façons, sont tellement façonnés par le système du mono qu’il serait difficile de les changer. Pour conclure mon propos sur ce thème j’aimerai emprunter ce qu’un « ami » a posté sur mon mur de facebook ;

« … C'est vrai que le rapport de forces actuel est favorable au pouvoir et non à l'opposition. Car elle ne pourra rien sans le soutien du peuple. Or ce dernier étant frigorifié par la peur et bercé par la passivité, ne peut, pour le moment, renforcer l'opposition. IL incombe donc à ce contre-pouvoir que se veut l’opposition d'user de moyens ingénieux et courageux afin de convaincre le peuple et de le conduire à l'instar d'une locomotive qui tire de toutes ses forces les wagons d'un train... En attendant attention tout de même, car un tigre en papier peut en cacher un vrai… ».


Question 4 : Votre réaction face aux événements du 4 Mars 2012 ?

Outre le fait qu’en tant que leader d’opinion, j’avais, dès le 5 mars, adressé une lettre au Président de la République dont un extrait a été largement diffusé dans les médias libres de notre espace politique  (je vous fais tenir une copie) ; je suis personnellement concerné par ce drame car ma propre maison a subit d’importants dégâts, et j’ai 5 membres de la famille (frères, sœurs et cousins) qui ont tout perdu. Je trouve que le pouvoir s’est comporté dans cette affaire, de la façon la plus honteuse et cynique qui soit... Il s’est précipité de distribuer 3 millions cfa aux locataires ( les plus nombreux et les plus bruyants ) , escomptant la publicité qui en découlerait de la part de nombreux militants qu’ils ont « infiltrés » parmi les prétendus « sinistrés ». Ils ont négligé de prendre en compte les propriétaires de maisons qui, non seulement ont perdu leurs biens et parfois des être humains, mais aussi pour nombre d’entre eux, des ressources car le loyer constitue bien souvent le seul revenu des personnes âgés dans notre pays. ..Contrairement aux « locataires », on leur exige de tas de « papiers » pour justifier de leur propriété alors que tout le monde sait qu’il leur est difficile de les produire dans la situation actuelle.

Et puis …il y a ce qu’on ne nous dit pas sur cette histoire …comment se fait-il qu’il y ait tant de gens qui souffrent de brûlures sur la peau sans raison apparente, et toutes les maladies respiratoires, des accouchements prématurés, etc… Le peuple n’a-t-il donc aucun droit dans ce pays ? Même pas de savoir de quoi il meurt ?

J’ai pour ma part , soutenu l’initiative d’un groupe de « sinistré » qui se sont entourés du concours d’huissiers de justice pour évaluer l’ampleur de leurs préjudices matériels et humains afin de se pourvoir en justice contre le gouvernement propriétaire de ces casernes et donc , responsables des dégâts qui en résultent. Je pensais que l’opposition « institutionnelle » devait nous soutenir, mais hélas …

J’ai été profondément choqué par la connotation tribale que le Ministre de la justice a fait de cette affaire suite à l’arrestation du colonel Ntsourou et le prétexte politique utilisé pour museler toute voix discordante par l’arrestation des avocats Malonga et Hombessa. Le verdict du tribunal aurait dû , du reste , conduire ce Ministre à la démission …Mais le bon sens et l’amour propre ont depuis longtemps déjà déserté la conscience de ces messieurs…


Question 5 : Quelle est votre appréciation sur les élections législatives de juillet et Aout 2012 ?

J’ai déjà largement commenté, sur mon mur de facebook, les conséquences de ces élections. Je trouve que les partis du FPOC ainsi que certains « combattants » de la diaspora s’y sont comportés de façon irresponsable. Ce sont eux qui rendent légitime ces résultats. Je me souviens encore des querelles entre Dzon, Kinfoussia , Ngouolali, et autres…après la prétendue concertation d’Ewo. Et pourtant ils se sont tous précipités dans cette mascarade tout en criant à la « tricherie ». Ils devraient avoir le courage de s’amender et tirer des leçons de ces erreurs et divagations pour ravaler leurs prétentions à se poser en « recours absolus » et accepter la convocation des « Etats  généraux de l’opposition » que nous ne cessons de réclamer depuis la fin de la dernière présidentielle afin de préparer la « Concertation Nationale Inclusive ».

Je trouve cependant qu’ils ont fait un pas important en réclamant dans leur dernière déclaration les «  Etats Généraux  de la Nation » (question de sémantique avec la « Concertation Nationale Inclusive » que nous réclamons et que certains d’entre eux refusaient, préférant une « concertation nationale des partis politique » -sic !- )


Question 6 : Comment pensez-vous rentabiliser cette engouement de la jeunesse congolaise pour le changement que vous incarnez?

Je suis très flatté que vous me trouviez « incarner » l’engouement du changement de la par de cette jeunesse que je respecte et fréquente depuis bientôt 30 ans d’enseignement dans le supérieur. Mais je n’en demandais pas tant… Je ne suis pas un obsédé du pouvoir. J’exerce déjà des activités qui me plaisent et me comblent de satisfaction. Je considère que l’obsession d'accéder au pouvoir est tout aussi critiquable que le fait de s’y accrocher une fois que l’on est …Que les idées et idéaux que j’essaie d’incarner arrivent au pouvoir me rendrait déjà heureux (même post mortem)


Question 7 : Votre mot de fin, Monsieur le Président

Peut-on parler de « mot de la fin » dans une discussion politique ? …wait and see ! ….j’ai confiance en ce peuple qui a l’air de sommeiller…Et je demande à ceux qui le maltraitent de faire très attention.

Je vous remercie de m’avoir accordé l’opportunité de m’exprimer sur toutes ces questions.

Bon courage à vous. Et merci pour ce que vous faites pour notre pays.


Merci à vous Monsieur le Président.

Propos recueillis par DAC PRESSE, le 20 AOUT 2012

********************************************************

 

MESSAGE A MONSIEUR LE PRÉSIDENT Denis SASSOU-NGUESSO


Le peuple congolais est choqué par le drame qui le frappe au moment où il commençait déjà à penser que la paix enfin retrouvée, il pourrait espérer à un avenir radieux. L’immense mouvement de solidarité que nous observons à cette occasion, qui dépasse celles observées durant les récentes guerres qui ont frappé notre pays, augure d'un avenir prometteur de réconciliation.


Le moment n'est certes pas aux récriminations, mais les occasions d'avoir l'écoute de ceux qui nous dirigent sont si rares....Ce deuil passé, je demande avec humilité au Président de la République de considérer que seule une Concertation Nationale sans Exclusive permettra à notre pays de panser ses plaies. la vanité de croire que l'on détient , tout seul, la solution du bien être collectif nous conduira à des drames encore plus graves et incompréhensibles.


J'exhorte mon grand frère Sassou-Nguesso à se départir de son orgueil et à privilégier l'intérêt national parce que aucun projet viable ne sortira d'un pays miné par des ressentiments politiques et les injustices


-Un Chef qui n'est pas visionnaire n'en est pas un...
-Un initié qui ne sait pas lire les signes du temps n'en est pas un...
-Un pouvoir qui ne compte que sur la peur, les flatteries et la corruption achève souvent sa courses dans ses propres turpitudes.

 

Marion Michel MADZIMBA EHOUANGO ? Ancien candidat à l’élection présidentielle – 2009.

 


Commentaires  

 
0 #3 Ngolo cyriaque 31-10-2013 10:54
Bon courage et surtout gd bravo ,ns sommes avec vous depuis le centre de l europe.merci
Citer
 
 
+2 #2 grégoire 21-08-2012 10:01
Aux rédacteurs de DAC PRESSE, je vous félicite de ce travail immense que vous faites pour le bien du Congo tout entier. Voilà là encore un exemple que vous n'êtes pas enfermés dans les considérations sectaires et égoïstes, vous donnez la possibilité a tout le monde de s'exprimer . BRAVO A VOUS
Citer
 
 
+2 #1 magloire 21-08-2012 09:56
Mr marion madzimba font partie des hommes politiques que nous comptons pour l'avenir démocratique du congo,un grand qui est présent sur l'avenir du congo!
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir