Vous êtes ici >> Actualités A la une Sciences & Santé Brazzaville : mobilisation contre le VIH et le paludisme

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Brazzaville : mobilisation contre le VIH et le paludisme

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le Congo Brazzaville se mobilise pour lutter contre le VIH et le paludisme. Au niveau de la prévention, le Congo a reçu ce Mardi 1er Mars 2011 du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, une subvention de 2,7 millions d’Euros pour renforcer la prévention.

Concernant la lutte contre le paludisme, une unité de production d'Artésunate va être implantée en 2011 à Brazzaville avec la coopération du Vietnam, ceci afin de lutter contre le paludisme, qui tue chaque année au Congo 21.000 enfants de moins de 5 ans.

Le Congo Brazzaville œuvre pour implanter une industrie médicale

Cette unité de production sera créée grâce à la coopération entre le ministère congolais de la Recherche scientifique et le Vietnam. Une fois installée dans le pays, ce laboratoire de fabrication d'Artésunate permettra aux Congolais de se procurer des médicaments contre le paludisme à moindre coût. Le projet Artésunate en République du Congo répondait aux critères de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Jusqu'à présent les Congolais luttaient contre le paludisme par la prévention et le traitement de l'infection avec les produits courants qui étaient généralement importés. Pour le ministre de la Recherche scientifique, Henri Ossébi, il s'agit de faire en sorte que grâce à l’implantation de cette unité, le Congo n’ait plu besoin d’importer ces produits.

Au Congo, le paludisme sévit de manière endémique et constitue le premier motif de consultation dans les hôpitaux. La maladie représente près de la moitié des causes d'hospitalisation et 35 pour cent des causes de décès des enfants dans les hôpitaux de Brazzaville et Pointe- Noire.

Un programme qui vise à promouvoir les comportements sexuels à moindre risque

Concernant la lutte contre le VIH, un vaste programme intitulé : «Renforcement de la prévention du VIH chez les jeunes non scolarisés les plus à risque et de la prise en charge des enfants vivant avec le VIH en République du Congo» vise à promouvoir les comportements sexuels à moindre risque chez les jeunes non scolarisés.

Les autorités visent en outre de couvrir 100% des enfants vivant avec le VIH identifiés, d’assurer le suivi évaluation et la coordination des interventions programmées et de renforcer l’accompagnement psychologique des enfants infectés et affectés par le VIH et le sida.

La gestion efficace et financière de cette subvention sera pilotée par les deux principaux bénéficiaires à hauteur de 24,7 millions d’Euros pour le secteur public (SEP/CNLS) et 1,8 millions d’Euros pour le secteur communautaire (CRF).

Une politique de prévention ambitieuse notamment à l'égard des plus démunis

Ce financement contribuera entre autres, à faciliter l’accès aux services de conseil et de dépistage pour les personnes de 15 à 49 ans.

Grâce à ce financement, plus de 50% des femmes auront accès aux services de conseil et dépistage volontaire dans des centres de dépistage mobiles et 4 480 enfants vivant avec le VIH bénéficieront d’une prise en charge médicale, psychologique et nutritionnelle.

Le Congo avait signé avec le fonds mondial, un accord de subvention de plus 40 millions de d’Euros. Cette subvention avait permis d'étendre les activités de lutte contre le VIH/SIDA à la population et de prendre en charge les malades dans six départements du Congo non couverts par le projet financé par la banque mondiale.

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir