Vous êtes ici >> Actualités A la une Sciences & Santé Brazzaville: Gratuité de la césarienne, un mensonge cynique de plus !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Brazzaville: Gratuité de la césarienne, un mensonge cynique de plus !

Envoyer Imprimer PDF

Au Congo-Brazzaville, les mensonges se suivent et se ressemblent, mais le plus grave est que le gouvernement de Sassou Nguesso avec ce mensonge cynique joue avec la santé de ses concitoyens.

la promesse de la gratuité des soins antipaludiques du gouvernement congolais est un fiasco et n’a jamais vu le jour que l’on promet une fois de plus la gratuité des opérations de césarienne et autres interventions obstétricales de la femme enceinte dans plusieurs hôpitaux du pays dans lesquels, il n’y a pas d’ascenseurs .

Le ministre congolais de la Santé, Georges Moyen, a donné samedi à Brazzaville, le top de démarrage de la gratuité des opérations de césarienne et autres interventions obstétricales majeures de la femme enceinte dans plusieurs hôpitaux du pays.

Cette action, décidée par Dénis Sassou N’Guesso en août dernier, vise à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile, afin de favoriser l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en 2015.

Selon une évaluation réalisée avec le concours du Programme des Nations Unies pour le développement, l’amélioration de la santé maternelle et infantile constitue l’un des principaux points faibles du Congo dans la mise en œuvre des OMD.

Dans ce pays, en effet, le taux de mortalité maternelle est estimé à 781 décès maternels pour 100 000 naissances. Ce taux national est au-dessus de la moyenne africaine. Et les autorités multiplient les efforts pour améliorer la situation.

“Les gratuités des soins sont instaurées pour supprimer la barrière financière qui limitait l’accès à ces soins pour les populations démunies”, a précisé le ministre de la santé qui a invité les personnels de santé au respect de la déontologie et l’ éthique professionnelle pour garantir la qualité des prestations et la satisfaction de la population.

La gratuité de la césarienne s’ajoute à celle de VIH/Sida, du paludisme, de la tuberculose et la vaccination total des enfants de 0 à 9 mois pratiqué dans les hôpitaux publics du Congo en vue de réduire la mortalité du couple mère-enfant.

J’aurais préféré que l’on ne promette rien aux congolaises et congolais, afin qu’ils ne se fassent pas d’illusions pour ne pas faute d’argent en mourir.

Lire l’article: Journée mondiale de la lutte contre le paludisme: les mensonges de Sassou Nguesso: http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/sciences-a-sante/335-lutte-contre-le-paludisme-les-mensonges-de-denis-sassou-nguesso.html

Mingua mia Biango

NDLR:

Jean Claude IBOVI, députe de Talangaï, membre de la majorité présidentielle, estime que la gratuité des opérations de césarienne et autres interventions obstétricales de la femme enceinte a de forte probabilité d’être une utopie. A titre d’exemple, il a cité :

- A l’hôpital de Mpissa à Bacongo, il n’y a qu’un seul médecin ;

- A Impfondo, il n’y a qu’un seul médecin pour l’ensemble du département ;

- A Owando, il n’y a pas de gynécologue ;

- A l’hôpital de Dolisie, il n’y a pas de spécialiste.

Tous les hôpitaux du pays accusent un déficit en personnel qualifié.

Les ministres qui parlent du chemin d’avenir, sont les premiers à ne pas croire à ce programme politique de Sassou Nguesso. Le chemin d’avenir est un chemin court vers l'enrichissement illicite.


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir