27/06/2017

Dernière mise à jour01:53:03 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Sciences & Santé La lutte contre le sida se heurte à la crise économique

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La lutte contre le sida se heurte à la crise économique

Envoyer Imprimer PDF

Un rapport de l'OMS, publié à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida qui se tient ce jeudi 1er décembre 2011, montre que la pandémie est stabilisée à l'échelle mondiale. Mais la crise économique a entraîné une baisse des financements.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Unicef et l’Onusida ont affiché leur optimisme à la veille de la journée internationale consacrée ce jeudi 1er décembre à la lutte contre le sida. Les trois organisations saluent des "progrès extraordinaires de la réponse du secteur de la santé face au VIH au cours des dix dernières années". Dans un rapport publié le 30 novembre , elles notent également que "l'incidence mondiale de l'infection au VIH s'est stabilisée" et a même commencé à diminuer dans de nombreux pays en proie à des épidémies généralisées.

En outre, le nombre de nouvelles infections a atteint en 2010 son niveau le plus bas depuis 1997, avec 2,7 millions de nouveaux cas, soit un recul de 21% par rapport au pic de 1997. L’objectif fixé par l’OMS est de supprimer toute nouvelle infection en 2015.

Ces statistiques encourageantes ne doivent cependant pas masquer une réalité toujours alarmante, selon Jean-Luc Romero, conseiller régional d’Ile-de-France et activiste de longue date dans la lutte contre le sida. "Il n’y a jamais eu autant de gens qui vivent avec le sida, on l’oublie souvent mais il y a aujourd’hui 34 millions de gens qui vivent avec le sida dans le monde", rappelle-t-il lors d’un entretien.

"Le sida peut disparaître"

L’élu francilien se félicite que la lutte contre le sida ait permis de faire reculer le nombre de décès liés à cette maladie - le VIH a tué 1,8 million de personnes dans le monde en 2010 soit 5% de moins qu’en 2009. Il juge toutefois que la situation n’est toujours pas satisfaisante. "Si toutes les personnes qui en ont besoin sont mises sous traitement, le sida peut disparaître, mais malheureusement l’argent n’est pas là, alors qu’on sait aujourd’hui qu’on peut vaincre ce virus."

La crise économique de 2008 et les menaces actuelles de récession ont en effet entraîné une baisse des financements nationaux et internationaux consacrés à la lutte contre le sida - 15 milliards en 2010 contre 15,9 milliards en 2009. Le rapport de l’OMS précise pourtant qu’il faudrait consacrer 22 à 24 milliards de dollars pour que la lutte contre la maladie soit mondiale et efficace. "Il manque juste 10 petits milliards pour éviter que deux millions de personnes meurent tous les ans", note Jean-Luc Romero qui s’offusque de la baisse des financements.

Contrairement à l’idée reçue qui veut que le virus soit désormais en recul en Europe, 27 000 personnes ont été diagnostiquées comme étant porteuses du VIH en 2010 dans l’Union européenne. Un chiffre inquiétant qui, loin de diminuer, est en augmentation de 4% par rapport à 2009.

"Sida des pays riches, sida des pays pauvres"

Le virus progresse donc toujours sur le Vieux Continent, même si l’attention des médias et du grand public semble s’être quelque peu détournée de la question. Un relâchement sans doute lié au fait que le nombre de cas de maladie déclarée continue lui de chuter. Entre 2004 et 2010, le nombre de malades du sida a ainsi diminué de 50% dans l’Union européenne, notamment en raison d’un diagnostique plus rapide et de l’amélioration des traitements.

"Il y a le sida des pays riches, où les gens peuvent vivre ou parfois survivre très longtemps, et le sida des pays pauvres, où les gens continuent de mourir", analyse Jean-Luc Romero. L’Afrique est en effet toujours le continent le plus touché par la maladie. En Afrique du Sud, près de 20% de la population est séropositive.

Malgré ces disparités mondiales et un virus qui continue de se répandre, les organisations internationales ont préféré mettre en exergue les victoires remportées ces dernières années dans la lutte contre le sida. Un espoir relayé par le secrétaire général de l’ONU, Ban ki-Moon, qui a publié un communiqué, mercredi 30 novembre, dans lequel il indique que l’homme est désormais "en position d'en finir avec l'épidémie".

© Julien PEYRON - FRANCE 24


Campagne nationale de collecte des fonds destinés à la lutte contre le Sida

A l' occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida célébrée le 1er décembre, le Congo va organiser à Brazzaville, une vaste campagne nationale de collecte des fonds destinés à la lutte contre cette pandémie. L'opération intitulée "100 Fcfa contre le Sida" est une initiative des jeunes congolais, adoptée par le Conseil national de lutte contre le sida (CNLS), en vue de permettre à la population de s' approprier le combat contre cette maladie. L' argent récolté sera rassemblé dans un compte ouvert dans une banque partenaire, en vue de la construction d'un centre socioculturel dédié aux activités des jeunes contre le vih/sida.


Commentaires  

 
0 #1 milolo 02-12-2011 07:21
Campagne de collecte de fonds « 100 FCFA contre le sida » à Brazzaville - Jeudi 1 Décembre 2011 - 14:14
Une campagne de collecte de fonds « 100 FCFA contre le sida » est structurée du 1er au 30 décembre 2011 à Brazzaville, à raison d'une contribution minimale de 100 FCFA par Congolais, en vue d'appuyer les efforts de lutte contre cette pandémie. L'initiative a été prise par de jeunes Congolais et le Conseil national de lutte contre le sida (CNLS). A l'origine de cette idée, les jeunes envisagent de construire un centre socioculturel où certains pourront développer des activités.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir