23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Handball : Antoine Bisseyou dit Clint, brigue le poste de président de la Fécohand

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Handball : Antoine Bisseyou dit Clint, brigue le poste de président de la Fécohand

Envoyer Imprimer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le colonel Antoine Bisseyou, ancien Diable Rouge, vice-champion d'Afrique en 1983 et champion d'Afrique en 1984 avec Inter club, vice-champion d'Afrique des nations en 1983, vient confirmer, en ce lundi 18 février, sa candidature au poste de président de la Fédération congolaise de handball (Févcohand)

À trois mois de la tenue des assemblées générales électives des fédérations sportives nationales, lesquelles assemblées doivent se tenir entre mars et avril 2013 selon les statuts de la fédération, les états-majors s'animent et les candidatures se précisent. En effet, le handball, premier sport collectif en termes de résultats, vient d'enregistrer la candidature d'un ancien champion d'Afrique des clubs, en l'occurrence le colonel Antoine Bisseyou, Clint pour les intimes.

Interrogé sur sa candidature, Clint a répondu vouloir rendre au handball ce que la discipline lui a donné, à savoir, la notoriété et les relations, qui l'ont d'ailleurs accompagné tout au long de sa carrière administrative et sportive. « Désormais libre de tout engagement administratif, je suis entièrement disponible pour apporter mon expérience et mon savoir-faire à la discipline qui m'a fait connaître », a-t-il précisé.

Pour l'athlète, le sport est une affaire de famille, une vraie passion mais surtout une conviction. Il est issu d'une famille de sportifs, puisque deux de ses frères ont également marqué l'histoire du sport congolais. Il s'agit de Foutou Félix, des Diables Rouges et du Club athlétique Renaissance Aiglon (Cara), ainsi que de Gaspard Ngoueté, ex-sociétaire d'Inter club, Cara, footballeur professionnel en France et ancien Diable rouge.

À en croire les témoignages des admirateurs et sportifs, le  colonel Antoine Bisseyou est un vrai combattant qui ne croise jamais les bras quand rien ne marche, toujours prêt à relever tout défi. Son savoir-faire, son sens du devoir et sa discipline ont conduit le haut commandement militaire à lui confier d'importantes fonctions militaires. Il a reçu de l'État congolais les grades successifs de chevalier en 1985, commandeur en 1991, officier en 2005 et grand officier dans l'ordre du Mérite congolais en 2011. Il est actuellement le chef du quartier général des Forces armées congolaises (FAC).

Handballeur de talent, Antoine Bisseyou a été  vice-champion d'Afrique avec Inter club en 1983 et champion d'Afrique en 1984, vice-champion d'Afrique en nations en 1983 et capitaine des deux équipes de 1982 à 1985. Clint a également été international de football, de volleyball et de handball. Il fut l'un des artisans de l'épopée glorieuse du Challenge Marien Ngouabi, dans les années 1980, avec Tsila Pariss, Zoussi Gaston, Nkodia Chérubin, Kimbalou Patrick, Obambo Louis, Emmanuel Eta Onka, Bonazebi et bien d'autres.

Antoine Bisseyou a 59 ans, il est marié et père de plusieurs enfants. Actuellement, il est directeur sportif général d'Inter club, toutes disciplines confondues. Parmi les nombreux trophées gagnés avec son club, on peut citer les titres de championnes du Congo en handball avec les dames, vainqueur de la coupe du Congo en 2011, médaille de bronze à la coupe d'Afrique des clubs en 2010, vainqueur de la coupe d'Afrique des coupes en 2007.

Prosper Mabonzo


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir