Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Flash info :Mort du Général Adoua au Maroc

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Flash info :Mort du Général Adoua au Maroc

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Plusieurs fois ramené à la vie après que des rumeurs l’eussent donné pour mort, cette fois-ci, il ne reviendra pas l’au-delà. La nouvelle court les rues de Brazzaville, le Général Blaise Adoua est bien mort. Le 12 ou le 14 Avril ? En tout cas c’est entre les deux tant on ne peut pas prendre le risque d’annoncer la mort d’une personnalité de cette envergure qui jouissait d’une forte popularité au sein de l’armée.

L’an dernier, alors que des quartiers entiers étaient dévastés par les explosions au camp du régiment des blindés à Mpila, l’annonce de sa mort la veille au Maroc avait été pointée du doigt comme l’élément déclencheur du « sabotage » de l’armurerie du pouvoir perpétré par des éléments de l’armée favorables au Général prétendument victime d’empoisonnement. Ce dernier aurait rédigé un testament appelant ses hommes à le venger.

Cette thèse a aussitôt été écartée après que celle de l’accident ait été retenue par le pouvoir.

Nous ignorons pour le moment dans quelle circonstance il est mort ni quelle est la réaction à Brazzaville.

Régulièrement hospitalisé au Maroc faute de se rendre en France où il était frappé d’interdiction d’entrée de même que ses coaccusés dans l’affaire  dite des 353 disparus du Beach, le Général Blaise Adoua était le Directeur de la Sécurité Présidentielle. Il a été depuis, peu présent à Brazzaville pour cause de maladie et poursuivait sa convalescence à Rabat.

3 officiers (les généraux de brigade Emmanuel Avoukou et Blaise ADOUA ainsi que le Colonel Guy Edouard Taty) sur les neuf 9 accusés lors du procès de cette affaire, ont perdu la vie en moins de quatre 4 mois.

Très discret sur sa vie, on ne trouve que très peu de photos du Général défunt sur le net.

Nous reviendrons vers vous avec de plus amples informations.

http://www.afrik-online.com/?p=19328

NDLR : Le général Nianga Mbouala est le Commandant de la Garde Présidentielle.  Il a été nommé à ce poste en remplacement du général Emmanuel Avoukou (décédé).

Commentaires  

 
+1 #2 TonyGilbert Moudilou 14-04-2013 17:30
Trois GENERAUX / Yves Motando, Avoukou et enfin Adoua ? Pourquoi cet hécatombe des Généraux ? Le secret ! ! ! Ils en savaient trop et Sassou a peur qu'après son départ pointant à l’horizon, ceux-ci ne parlent. Alors, il vaut mieux les faire partir avant et comme ça, on en saura rien. Et Sassou Nguesso a oublié et oublie, que d'autres avaient déjà parlé : Généraux Yves Motando et Matoko, dont un était Chef d'Etat Major Général de ses Forces. Il savait que Sassou lui réserverait un tel sort. Prenant le devant, il avait fait ce que le devoir, la conscience et la morale lui recommandaient : parler et beaucoup parler laissant des documents précieux pour la prospérité et pour l'histoire. Aujourd'hui le mot SECRET est devenu une véritable croix suspendue autour du cou de ceux avec lesquels Sassou a assassiné les paisibles congolais, comme un purgatoire. Et on en est là.
Citer
 
 
+1 #1 TonyGilbert Moudilou 14-04-2013 17:28
On vient de me rappeler que ce n'est pas DEUX mais TROIS GÉNÉRAUX que Sassou a fait précéder en enfer. Pardonnez mon ignorance ! Mais vous vous imaginez ce que ce monstre froid est capable de faire ? Trois Généraux en une année et là on attend que les amis du dernier Général le vengent comme il le leur avait recommandé. "Que je meurs, la nuit, que je meurs le jour, ne vous abstenez-pas de me venger". Mon assassin, celui qui m'a empoisonné est le même, celui que vous connaissez tous. Il s'appelle Sassou Nguesso. Voilà les dernières paroles du Général Adoua quelques mois avant qu'il ne ferme ses yeux. Et la question ; mais comment lui aussi peut-il mourir, lui qui en a distribué sans discernement la mort à plus de 2000 malheureux Bakongos qui voulurent rentrer tranquillement chez eux, dans leur pays en 1999 ?
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir