Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Discussions entre Marie Louise Abia et Gertrude Bienvenue Malalou -Koumba EBOUEUSES QUALIFIEES ET PROFESSIONNELLES A PARIS

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Discussions entre Marie Louise Abia et Gertrude Bienvenue Malalou -Koumba EBOUEUSES QUALIFIEES ET PROFESSIONNELLES A PARIS

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le dernier passage en France de M. SASSOU NGUESSO ne cesse d’alimenter les causeries des congolais. Certains pensent même à le parodier, à mettre sur scène des sketchs,  tellement ses propos au lieu d’énerver provoquent des éclats de rire. Entre éboueur et « insalamable » nous sommes en plein délire de fin de règne du roi nègre. Un roi aveugle à qui les courtisans font croire que c’est juste les poils de son gibier de brousse qui crame alors que le feu a déjà entamé la chair. Demain il n’aura plus rien à bouffer. Drôle de Président son excellence du Congo !!!

MKGB

- Hey, tu as entendu que le président est ici ?

MLA

- Le président ? quel président ? parce qu’il y en a beaucoup des présidents !

MKGB

- Je parle du président du Congo !

MLA

- Ah, je vois ! Toi aussi tu l’as vu ? Je ne rêvais donc pas ! il y a bien des fantômes dans le coin, même chez les blancs !

MKGB

- Fantôme ? de quoi parles- tu?

MLA

- Tu as bien parlé du président du Congo ?

MKGB

- Oui, c’est bien cela !

MLA

- Eh bien, hier matin, pendant que je rassemblais les poubelles de la zone « sot métier », j’étais debout au croisement de la rue « pays propre » et la rue « ville nickel » , j’ai vu passer une silhouette à toute vitesse, c’était un homme qui ressemblait trait pour trait au Président Marien Ngouabi ; je me suis arrêtée pour bien voir et, juste à cet instant, un autre homme lui courrait après, en criant « Marien, Marien, mais attends-moi Marien ! » Je me suis retournée pour voir ce deuxième homme et là, paf ! Une autre surprise ; celui-là ressemblait au Président Massamba Débat. J’ai tout lâché d’un seul coup et j’ai voulu fuir mais ce dernier m’a parlée, m’a rassurée et m’a dit : « tu fais du beau travail ma fille ; si tu as vu Marien passer par ici, c’est qu’il a apprécié ton travail car cet homme-là n’aime que ce qui est beau et propre » ; et il a disparu !

MKGB

- Tu es sûre que tu vas bien MLA ?

MLA

- Je crois que oui MKGB ! J’en ai aussitôt parlé à Tembé qui travaillait à côté de moi, mais elle ne m’a pas cru ; toi non plus, tu ne me crois pas, n’est-ce pas ?

MKGB

- Mais bien-sûr que si, ma biche, je te crois ! je te crois même beaucoup beaucoup beaucoup ! Ils passent par ici tous les jours à la même heure, d’après les dires des voisins ! tu vois ? je te crois beaucoup beaucoup beaucoup ! Mais je te parlais plutôt d’un autre président du Congo !

MLA

- Un autre président mort ?

MKGB

- Non, celui-là a encore ses narines bien tournées vers le sol

MLA

- Pardon ?!

MKGB

- Ça veut simplement dire qu’il est vivant, celui-là, et il est en séjour à Paris !

MLA

- Ah, tu veux parler de celui qu’on appelle son excellence ?

MKGB

- Oui, le président son excellence Monsieur Denis Sassou Nguesso !

MLA

- Et au fait, pourquoi on l’appelle son excellence ? il doit faire un excellent travail, lui hein!

MKGB

- Tout à fait ! Si tu allais au Congo aujourd’hui, à Pointe-Noire ou à Brazzaville, tu vas visiter les quartiers comme Fond de Tié-tié ou Tala nguaï, c’est du pur Miami ! tu n’auras plus du tout envie de revenir faire éboueuse ici à Paris ! Là-bas, l’eau qui sort des robinets est très claire et toute fraiche, avec le goût de l’eau de source, et quand tu la bois, hmmm ! Elle descend juste là où il faut ! Et surtout qu’il y fait chaud, ah « yayaye », l’eau des robinets du Congo, c’est juste ce qu’il faut ! Et la nuit, l’éclairage des rues te donne l’impression d’être en plein jour ! Et quand tu vois les congolais, hommes, femmes et enfants, jeunes et moins jeunes, booon Dieu ! Tous très BCBG, bien en forme… ah non, laisse, c’est du Miami !

MLA

- Et c’est quand que tu y étais la dernière fois ?

MKGB

- Il y a deux mois !

MLA

- Tu y a passé combien de temps ?

MKGB

- Juste un mois des congés d’éboueuse bien mérités après une année de travail !

MLA

- Un mois seulement ? et pourquoi t’es revenue ?

MKGB

- Ah, ça, c’est une longue histoire ! En fait, j’avais fait un tour au village, à Ngélé Okassa, pour voir ma grand-mère que je n’avais pas revue depuis très longtemps, juste histoire de la revoir avant qu’elle n’avale son acte de naissance. Et là-bas, il y avait un moustique caché sous mon lit ; et chaque nuit, il sortait me zinziner dans l’oreille avant de me piquer copieusement. Pendant toute la semaine que j’y ai passée, ce moustique m’a terrorisée. J’ai tout essayé, mais je n’ai pas réussi à l’attraper, et je suis tombée malade.

MLA

- Bah ! Tu n’avais pas de moustiquaire imprégné ?

MKGB

- Si ! J’en avais rapporté un de France, mais j’avais préféré le donner à mon neveu qui n’en avait pas, vu son état, et je me contentais des bombes repousseuses de moustiques sur les vêtements et sur le corps, rapportées de France également ! Je me suis beaucoup interrogée sur ce problème : Pourquoi il y a pullulation de moustiques dans le village ?

MLA

- Je pense, MKGB, que c’est un problème propres aux villages car, on m’a dit que dans les villes, il n’y a pas un seul moustique ! Je pense que ces moustiques doivent être cultivés naturellement dans les mares d’eau stagnantes, s’il y a des mares d’eau dans les villages, bien sûr !

MKGB

- Tu dis s’il y a des mares d’eau ? Mais il n’y a que ça dans tous les villages du Congo ! Je pense que le pauvre constructeur infatigable est fatigué ! il a tellement travaillé, tellement bien construit toutes les villes du Congo, avec des routes et tous les moyens de communication moderne qu’il se repose pour pouvoir reprendre des forces ; il mérite bien son repos. Le prochain round sera pour le développement des villages ; mais en attendant, il y a des mares d’eau et des moustiques ! Bon, on ne peut pas le blâmer, le pauvre, ce n’est pas sa faute si les moustiques existent, hein ! c’est la faute à Dieu qui a créé le moustique on se demande pourquoi. Je me souviens quand j’étais enfant, que j’allais passer les vacances à Ngélé Okassa, au temps du président Marien Ngouabi, je me rappelle qu’en ce temps là, il y avait un gros camion désinsectiseur qui sillonnait tout le village et tous les enfants, moi y compris, courraient derrière le camion en chantant «  HE BILONGO BIA MBOU ! MBOU ! HE BILONGO BIA MBOU ! MBOU ! » C’est dommage qu’il n’y en ait plus ! C’est à croire que le Président Marien Ngouabi a emporté son camion désinsectiseur dans sa tombe !

MLA

- Ce serait bien que, toutes les habitations des villages soient d’office dotées de moustiquaires imprégnés et d’un ventilateur à défaut d’un climatiseur, vu qu’il fait chaud, c’est le minimum tout de même ?

MKGB

- Pour les moustiquaires je ne sais pas, mais pour les ventilateurs ou climatiseurs il faut une source d’énergie ma chérie, et dans les villages au Congo, les gens s’éclairent encore à la bougie et à la lampe à pétrole, il n’y a pas encore d’électricité, le premier barrage Imbounou est trop loin des villages. Le constructeur infatigable, c’est à dire, le président son excellence, s’offre d’abord un petit repos, mais il a promis que les travaux vont reprendre dès que les chinois seront prêts !

MLA

- Les chinois ? Que viennent donc faire les chinois dans les affaires des congolais ?

MKGB

- Mais ma chérie, tu ne savais donc pas que c’est grâce aux chinois que les congolais vivent ! ce sont les chinois qui font tout au Congo, ils préparent même le manioc, car les congolais sont trop patrons pour travailler ! Alors, les chinois travaillent pendant que les congolais font des bébés avec plusieurs maîtresses !

MLA

- Ah bon ? c’est comme ça ?

MKGB

- Mais, dis-donc, ça fait longtemps que tu n’es pas retournée au Congo, toi ? Tout à l’air de te surprendre !

MLA

- En effet, oui, ça fait très longtemps que je ne suis pas retournée au Congo !

MKGB

- Tu as tort, ma chérie ! Il faut y aller, tu vas voir comment c’est beau ! Ne va pas au village, reste en ville, c’est mieux ! là, les chinois viennent de terminer la construction du premier barrage, Imbounou1, pour l’alimentation des villes ; ils vont bientôt entamer le deuxième barrage, Imbounou2, pour l’alimentation des villages. Autrefois, dans les villes, le courant électrique était une denrée très rare ! Il y avait des délestages intempestifs plusieurs fois dans une journée ou dans la nuit ; tu pouvais par exemple être en train de lire un bon livre avant de dormir et là, PAF : le courant partait ! les gens en avaient tellement marre qu’ils s’étaient tous sentis obligés d’acheter des groupes électrogènes ! Et il se posait un autre problème ! De la pollution sonore ! Imagine juste 10000 groupes électrogènes en marche nuit et jour, sans compter les bruits des bars ! Beaucoup de personnes en ont perdu leur ouïe ! Et d’autres souffrent d’acouphène ! Alors, pour revenir à mon cas avec le vilain moustique, quand je me suis sentie malade, il a fallu que je revienne très vite en France !

MLA

- Oh ma pauvre ! … Mais, je croyais que le Congo était comme au paradis !

MKGB

- Oui, MLA, au Congo, c’est comme au paradis ; les congolais ne tombent jamais malades, et donc, il n’y a pas d’hôpitaux, ils n’en ont pas besoin. Même, les Congolais sont très intelligents, ils savent tout, et donc pas besoin d’école ; il n’y en a donc pas.

MLA

- Ah bon ?

MKGB

- Ouais ! et c’est ce qui fait que quand tu es au Congo et que par la faute d’un moustique caché sous ton lit, si tu tombes malade, il faut vite venir te faire soigner en France, ou aller au Maroc ou en Espagne, c’est là qu’il y a des hôpitaux. Même pour mourir, il faut se rendre à ces trois lieux – France, Maroc, Espagne – car il n’y a même pas de mouroir au Congo !

MLA

- Eh bein ! Et donc, tu dis que le président son excellence est venu en France pour se faire soigner  ou pour mourir ?

MKGB

- Nooon ! Il va très bien, lui ! Il se porte comme un charme ! Il vient juste rendre une petite visite à son pote !

MLA

- Son pote ?

MKGB

- Ouais ! le Président son excellence de la France !

MLA

- Ah ! d’accord ! Mais alors, il faut qu’on nettoie très bien ! Qu’on astique et que ça brille partout pour éviter qu’il ne marche sur de la saleté ou qu’il ne voie des tas d’immondices sur sa route ! Il risquerait de nous faire une mauvaise publicité, il risquerait d’aller dire aux Congolais que la France est sale ou que nous autres éboueuses professionnelles qualifiées, nous faisons mal notre travail !

MKGB

- Tu sais bien qu’il n’y a jamais des trucs comme ça ici, sauf quand il y a grève ! Tas d’immondices et puis quoi encore ? Et d’ailleurs, toi et moi, on est quand-même deux éboueuses professionnelles qualifiées, tu ne vas pas insinuer que d’habitude nous nettoyons mal ! les rues sont belles, la ville est propre, et les touristes aiment notre travail, ça veut tout de même dire que nous possédons du savoir-faire !

MLA

- Non, ce n’est pas ce que je voulais dire ! je voulais simplement dire que le président son excellence du Congo est tellement habitué à vivre dans son pays très propre que nous devons lui offrir pareil si non plus, en propreté, tu comprends ?

MKGB

- En fait, moi, je voulais te dire autre chose que j’ai appris !

MLA

- Quoi donc ?

MKGB

- J’ai appris qu’au Congo, ils cherchent des professionnels qualifiés !

MLA

- Professionnels ? Mais en quoi ? Toi et moi, nous sommes qu’éboueuses ! Tu crois que quel qu’il voudrait de nous ?

MKGB

- Justement, le Congo est tellement clean, tellement propre, tellement beau, que le président son excellence tient absolument à ce que son pays reste propre tout le temps, qu’il n’y ait pas une seule trace de saleté où que ce soit ! Il a déjà embauché tous les congolais en âge de travailler, il n y a donc plus de chômage mais il y a encore du travail ; alors, il est venu chercher les congolais de Paris pour qu’ils repartent au Congo vite fait ; il est venu avec beaucoup d’argent et beaucoup d’avions, tu ne payes rien, il se charge de tout !

MLA

- C’est vrai ça ?

MKGB

- Bien sûr ! pourquoi crois-tu qu’il viendrait en France avec toute sa flotte aérienne et tout l’argent qu’il cachait sous son lit et dans les tombes? Alors, on y va ?

MLA

- Tu es sûr qu’il n’y a pas un piège quelque part ?

MKGB

- Nooon ! il n’y a pas de piège ! Moi, je vais aller m’inscrire !

MLA

- Attend un peu ! Moi, je n’ai pas envie de perdre mon travail ici pour rien ! Si ce que tu dis est vrai, pourquoi mes grands-parents, mes neveux et mes nièces souffrent-ils au village ? Tu sais bien que si je ne leur envoie rien, ils meurent tous ; c’est grâce à mon travail ici comme éboueuse diplômée qualifiée professionnelle que je supporte toute la scolarité de mes nièces et la popote de toute ma famille au village !

MKGB

- Oui, mais ça, ce n’est pas la faute au président son excellence ! Il ne faut pas que nos familles restent terrées ou cloitrées au fin fond de leurs villages là-bas, nous devons leur dire de quitter les villages et d’aller s’installer en ville, c’est là-bas que tout se passe !

MLA

- Serais-tu en train de me dire qu’il y a désormais deux Congo, Congo-ville et Congo-village ?

MKGB

- Ah, ma chèra, ça a toujours été comme ça, et d’ailleurs c’est partout pareil ! Moi, je vais aller m’inscrire de suite auprès du président son excellence !

MLA

- Attends encore ! Et si c’était un piège, hein ! Tu y as pensé ?

MKGB

- Oui, j’y ai bien pensé, mais ce n’est pas un piège ! Le président son excellence n’a pas la tête d’un méchant ni d’un tueur, il a plutôt l’air d’un gentil gars, même si les gens racontent qu’il a mandaté des sbires ici à Paris et dans toute l’Europe pour exécuter les têtes d’affiche de la diaspora, moi, je n’y crois pas ! Il me paraît très intelligent, très gentil, un bon président quoi ! Alors, pour moi, il n’y a pas de piège, je vais y aller ! Et si jamais je me trompais sur lui, si ce que les gens racontent est vrai, il n’aura qu’à me tuer si ça lui plaît, lui qui ne mourra jamais et qui ne verra jamais la mort autour de lui, lui qui vivra plus éternellement que Dieu ! Je vais y aller déposer ma candidature !

MLA

- Souviens-toi des centaines de personnes que l’on appelle disparus du beach ma chèra, passe pour toi sur la routa, ils étaient tombés dans un piège similaire !

MKGB

- Les disparus d’où ?

MLA

- Du beach !

MKGB

- Personne n’a jamais disparu au beach ni où que ce soit ! Si c’était le cas, ça se saurait ! le président son excellence est très clair, ferme et net là-dessus ! D’ailleurs il a dit que cette histoire ne l’empêche pas de dormir, pareil pour les biens mal acquis, c’est que c’est une fausse histoire ! Comment les gens peuvent mentir comme ça sur son excellence président du Congo ?

Marie Louise Abia et Gertrude Bienvenue Malalou-Koumba, membres de Daabanyl


 

Commentaires  

 
+1 #4 ONGOUNOU 20-04-2013 07:29
:D Très belle satire les filles. Je comprend pourquoi ce vieux démen est venu parler d'éboueurs en France. Honte à lui et Dieu seul sait si un jour sa postérité ne fera pas la même chos pour subsister. Comme il les a habitués à la facilité, on verra. Hélas il ne sera plus là pour voir tout ça! Toute chose a une fin. Soyez convaincu, en 2016, Sassou partira, mais à condition que les congolais sachent ce qu'ils veulent. A l'attention des faiseurs de petits boulots comme moi en France, ce n'est pas en se précipitant sur des billets d'argent sale de 200€ pour accueillir un criminel que vous allez contribuer à inverser les forces pour qu'enfin le Congo soit sorti de la galère, de la clochardisation et de l'indigence.
Citer
 
 
+2 #3 le fils du pays 19-04-2013 09:52
Municipalisatio n acceleree:le congolisme du pct et escroquerie des politicards.
Architecte-urbaniste Jean felix Demba Ntelo avait elabore dans les annees 80 les plans pour les villes de pointe noire et brazzaville et 18 centres urbains secondaires et ses incompetents du pct n'arrivent meme pas executer ses travaux.Il faut du balai,les doivent degager
Citer
 
 
+2 #2 le fils du pays 17-04-2013 11:56
Excellent,cette pièce peut être mise en scène au theatre.Sallut mes dames
Citer
 
 
+1 #1 NTSIBA 16-04-2013 23:50
je soutiens cette interlocution pour éveiller nos consciences
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir