Vous êtes ici >> Actualités A la une Société La mairie de Brazzaville se fait voler sa subvention mensuelle de plus de 200 millions de F.CFA

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La mairie de Brazzaville se fait voler sa subvention mensuelle de plus de 200 millions de F.CFA

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le sujet est à la une des conversations des fonctionnaires municipaux, à Brazzaville. Lundi 8 juillet dernier, le receveur principal de la mairie de Brazzaville s’était rendu au trésor public, pour retirer les deux cent millions de francs Cfa constituant la subvention mensuelle de l’Etat à l’entretien de la ville-capitale.

Avec la tenue du Fespam (Festival panafricain de musique), la présidence de la République tient à ce que la salubrité soit assurée dans la ville, surtout aux alentours du Stade Eboué, dans lequel est implanté le principal site des spectacles. Il faut dire que la mairie a passé quelques mois, sans plus toucher sa subvention. Seulement, en quittant le trésor, avec son chauffeur, le receveur se rend compte qu’il a oublié ses clés, dans un bureau du trésor. Il est allé les chercher, laissant seul son chauffeur, avec les fonds qu’il venait de retirer. Quand il est revenu, il n’a pas cru ses yeux de ne plus voir sa voiture: le chauffeur a disparu avec les deux cents millions. Saisie, la police a retrouvé, quelques heures plus tard, la voiture vers l’hôtel-restaurant Hippocampe: sans chauffeur, sans le «nguiri» d’argent. Le receveur a été retenu par la police, pour les besoins d’enquête. Mais, évidemment, tout le monde s’étonne de la légèreté dont il a fait preuve. Par ailleurs, il est étonnant de constater que les fonds des structures publiques se baladent en liquidité entre les mains de hauts-fonctionnaires: occasionnant ainsi la concussion, le vol, le détournement, etc. On se souvient du vol d’un demi-milliard de francs Cfa, dans un cabinet ministériel, il y a quelques mois, à Brazzaville.

Par La Semaine Africaine 

 

Commentaires  

 
0 #4 BUTUTA 15-07-2013 17:15
L'émergence ne s'improvise pas. Ce pays béni des dieux, hait par ses dirigeants reste un cas d'école sur la mauvaise gouvernance.
Citer
 
 
0 #3 lebien 15-07-2013 14:54
votre histoire qui quant lisant, manque du sérieux et ni de vérité, le trésor public ne paye pas ce genre de sommes à un simple receveur du mensonge cousu sur un file blanc
Citer
 
 
0 #2 Mawana Brazza 13-07-2013 11:46
A qui on veux faire croire une tel mensonge , les congolais ne sont pas dupes. Ils savent que les sommes d'argent disparaissent a OYO dans soi disant des cache secret. Que la mairie de Brazzaville s'aligne a cette nouvelle mode de fonctionnement n'est pas surprenant. Tout est fait pour voler , voler et encore voler. C'est cela le chemin d'avenir
Citer
 
 
0 #1 le fils du pays 13-07-2013 08:46
La mairie ne s'est pas fait vole.Hugue et ses amis ont tout simplement fait comme fait le grand elephant d'edou.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir