Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Congo-Brazza : Lekoundzou entendu en France dans l'affaire du Beach

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazza : Lekoundzou entendu en France dans l'affaire du Beach

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Après la mise en examen de Norbert Dabira, l'ancien ministre de Denis Sassou Nguesso, Justin Lekoundzou, a été entendu par la justice française dans l'affaire des disparus du Beach. Comme simple témoin.

 

Pilier du gouvernement congolais sous Sassou 1 et Sassou 2 (il a été ministre pendant près de quinze ans) et ancien secrétaire général du parti au pouvoir, Justin Lekoundzou a reçu le 3 septembre la visite inopinée des enquêteurs français chargés de l'affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville. Dans son appartement de la proche banlieue parisienne, où il se soigne depuis plusieurs années, Lekoundzou a été interrogé et entendu en tant que simple témoin, son nom n'étant pas cité dans la procédure. Motif : il était à l'époque des faits (mai 1999) ministre à la présidence chargé de la Défense nationale. Jugée au Congo depuis 2005, l'affaire a récemment été relancée, en France, par la mise en examen de Norbert Dabira, l'ancien inspecteur général des forces armées congolaises.

RFI

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir